Le « kolossal » patron du Yamaha Austria Racing Teams (YART) a magnifiquement redressé la barre en remportant les 8 Heures de Sepang avec Niccolò Canepa sur une Yamaha R1 préparée par Christian Giglio. Après un abandon au Bol d’Or, en raison d’une chute sur de l’huile de Loris Baz, le YART occupe la quatrième place du classement provisoire du Championnat du Monde.

Puis le coronavirus a compliqué les choses en Autriche comme ailleurs, et Mandy a tenté de gérer la situation au mieux. « Nous avons maintenant mis onze personnes sur seize en chômage partiel », explique Manfred « Mandy » Kainz, le cerveau du YART. Cependant, un mécanicien italien et un mécanicien polonais ne pouvant pas rentrer chez eux, ils sont restés au siège de la compagnie à Heimschuh. Selon Kainz, « Les licenciements sont hors de question pour nous. Nous avons vraiment travaillé très dur pendant 20 ans pour avoir une telle équipe. Mais bien sûr, nous avons senti en Asie, avant même le 16 mars, que quelque chose se dirigeait vers nous. C’était soudain complètement silencieux. »

Dans le nouveau siège du YART à Heimschuh, dans le sud de la Styrie, tout est calme ces derniers temps. D’après Kainz : « Nous livrons encore quelques motos individuelles à des clients par le biais d’un transport de marchandises sans contact. Heureusement, nous avons très bien fait notre travail et avons livré 70 motos pendant l’hiver, principalement en Europe. En outre, nous avons également livré en Asie de nombreux moteurs préparés  pour le championnat qui s’y déroule. Nous avons gagné notre argent pendant l’hiver, mais nous avons aussi 100 des nouvelles Yamaha R1 qui sont encore avec nous. »

Kainz prédit : « Nous allons nous en sortir, nous avons heureusement une sorte d’autosuffisance. Nous ne sommes pas vraiment dépendants des sponsors. Nous sommes une entreprise industrielle, après tout, et nous travaillons actuellement sur des commandes pour la division industrielle. Les fraiseuses fonctionnent donc avec entrain. »

La crise sanitaire actuelle a incité beaucoup de personnes à réfléchir sur la situation, et Mandy Kainz en a profité pour avoir une perspective assez large : « Peut-être qu’au cours de cette crise ou après, une sorte de remise en question s’installera, en particulier chez les jeunes. Peut-être se demanderont-ils : « Pourquoi avons-nous besoin de tout cela ? » Nous sommes des vieux pour un garçon de 20 ans. Et peut-être que le petit commerçant du village du coin n’est pas si mal après tout. Tout ne doit pas venir de Chine. »

Kainz pense également à la vie future dans le monde des affaires et aux adaptations possibles pour l’avenir : « Vous pouvez voir que le travail à domicile ou même les réunions au téléphone peuvent peut-être fonctionner dans une certaine mesure et que les employeurs devraient avoir plus confiance en l’avenir. »

Même le chef d’entreprise autoproclamé du sud de la Styrie n’a pas perdu son sens de l’humour, loin de là. « Ici, au YART, nous vivons actuellement dans ce qui est probablement le plus beau musée du monde; nous avons aussi des voitures de collection ici. Je suis un vrai fanatique de moto, alors dans cette crise, ce musée est une sorte de « bunker » pour ma famille », a-t-il révélé.

Mais Kainz a également dessiné un scénario intéressant : « Je m’inquiète pour les petites gens de l’industrie. Mais je pense que nous sortirons plus forts de la crise. Yamaha a également beaucoup de confiance en nous et ils ont besoin de nous pour le moment où les choses reprendront. L’hiver durera sept, huit ou même dix mois cette année. Mais les gens dépensent beaucoup moins d’argent aujourd’hui. Dans le passé, ce n’était pas le cas, et ils ont pu se permettre beaucoup de choses pendant leur temps libre. »

 

Source : Speedweek.com

Photos © Yamaha et YART



Tous les articles sur les Teams : YART-Yamaha