C’était un dossier que l’on croyait définitivement classé depuis la décision du 28 septembre 2016 prise au bout de 4 années de procédure par le Conseil d’État à l’encontre de l’association écologiste Lubéron Nature, permettant ainsi d’obtenir la réouverture du vénérable circuit de Goult (84), fermé pendant 4 ans sur décision du Préfet du Vaucluse.

Mais non, les associations écologistes sont revenues à la charge pour tenter de retirer l’homologation récemment acquise au tracé de cross construit initialement sur une décharge.

Et, une nouvelle fois, le département juridique de la Fédération Française de Motocyclisme est monté avec succès au créneau pour faire respecter le bon sens face à des associations radicalisées en quête de boucs émissaires : on rappelle que n’importe quelle épreuve motocycliste pollue moins que le moindre décollage d’un jet et que le trafic aérien double tous les 15 ans, avec 38 millions de vols en 2018. Plus facile d’essayer de s’en prendre à une trentaine de motards…

Bien sûr, cela ne concerne pas directement la vitesse, mais plusieurs activités sur circuits asphaltés sont depuis longtemps dans le collimateur des riverains ou des associations, et qu’il est donc fort heureux que la FFM s’oppose systématiquement à ce genre d’attaques.


Communiqué de presse FFM :

France Nature Environnement déboutée une nouvelle fois

L’association France Nature Environnement vient de subir une nouvelle défaite dans ses actions contre le sport motocycliste.

En effet, France Nature Environnement accompagnée de l’association Lubéron Nature ont tenté encore une fois d’obtenir en justice l’annulation de l’arrêté d’homologation du circuit de Goult (84).

Rappelons que cela fait près de 8 ans que la Fédération Française de Motocyclisme et le Moto-Club de Goult mènent une bataille afin de permettre à ce Moto-Club de pratiquer le sport motocycliste sur son circuit.

Par une décision du 20 septembre dernier, la Cour d’Appel Administrative de Marseille a rejeté l’ensemble des arguments de France Nature Environnement et a souligné que « ce projet est mesuré et raisonnable et que l’ouverture de cette piste permettra de concentrer la pratique locale du motocross sur un site dédié et de minimiser ainsi la pratique sauvage sur les sites naturels alentours. » reprenant ainsi les propos du Président du Parc Naturel Régional du Lubéron.

La FFM continuera à soutenir ses clubs et n’hésitera pas à les défendre chaque fois que cela sera nécessaire.

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :