Son début de saison timide laissait craindre une saison 2018 d’exception pour Luca Marini, frère de Valentino Rossi et à présent chef de file d’un team Sky VR46 tenante du titre en Moto2. C’était avec Bagnaia. Ce dernier est à présent en MotoGP et le désormais équipier d’un Bulega débutant n’arrivait pas à s’affirmer comme un successeur potentiel à son compatriote jusqu’au dernier Grand Prix d’Italie. L’air du pays lui a fait retrouver le podium en même temps qu’un nouveau châssis Kalex. Pendant ce temps, Álex Márquez travaille pour aller rejoindre son aîné Marc Márquez en 2020 dans la catégorie reine. Et lui-même ? Il répond…

Les tractations d’Emilio Alzamora pour son poulain Álex Márquez en vue d’un poste chez Pramac Ducati en MotoGP l’an prochain pose la question de la montée en catégorie reine pour les pilotes du Moto2. Il faut dire que le cas Quartararo et la bonne tenue des actuels rookies depuis l’entame de cette campagne encourage les team managers à chercher le jeune encore abordable qui cassera tout ensuite. Une bonne affaire à ne pas manquer.

Mais les places sont aussi chères que rares, si bien qu’il ne faut pas manquer le bon moment. Une question qui se pose aussi à Luca Marini qui répond ainsi : « le MotoGP ? Honnêtement, je n’en sais rien. J’aimerais obtenir de bons résultats en Moto2. Si je dois regarder cela dans une perspective future, même si je ne l’ai pas encore fait, mais si je dois y réfléchir, je peux vous dire que je ne vais certainement pas à me précipiter pour aller en MotoGP. Je préfère d’abord monter sur le podium, remporter une autre course et me battre pour les positions qui comptent chaque week-end, car j’estime qu’en tant que pilote, je peux encore m’améliorer et apprendre beaucoup de choses ».

« Bien sûr, je vois que les pilotes venant du Moto2 réussissent à être très rapides en MotoGP. Mais j’aimerais bien me préparer, être dans la bonne situation. Dans le monde de la moto d’aujourd’hui, le paquet technique est très important car le niveau est tellement élevé. Tu ne vas pas en MotoGP juste pour être là, je voudrais entrer par la bonne porte, pas par hasard ».

Sur la suite d’une saison de Moto2 qui est la première sous l’ère Triumph, il assure qu’il peut encore y avoir des surprises : « le Moto2 a tellement changé. Je pense que personne n’a bien compris la situation avec ces nouvelles motos. Les pneus ont également changé et l’électronique subit une mise à jour à chaque Grand Prix. Nous cherchons toujours à comprendre comment tout faire fonctionner à 100%. Les pneus évoluent aussi, la situation n’est pas bien cernée. Je pense que tout le monde a besoin de temps pour que les choses puissent être alignées. Lorsque nous comprendrons tout, nous pourrons aller encore plus fort ».

« Mais je pense que c’était un changement positif » termine Marini sur Tuttomotoriweb. « J’aime la nouvelle moto, elle roule très bien. Nous essayons de tout comprendre mieux que les autres. Nous devons essayer de rester en tête sur chaque piste ».



Tous les articles sur les Pilotes : Luca Marini

Tous les articles sur les Teams : Sky VR46 Moto2