Ils sont aux manettes, mènent parfois à la baguette et ils sont des relais incontournables entre le pilote et les ingénieurs de l’équipe. Ce sont les chefs mécaniciens. Autrefois artisans de l’ombre, ils sont maintenant en pleine lumière jusqu’à se retrouver le jouet des polémiques. Et le centre de toutes les récriminations. Personnage charnière tout comme fusible idéal, ils ont aussi leur marché des transferts. Et il n’a jamais été aussi agité en 2018. Voici donc la nouvelle donne 2019…

D’abord, commençons par la stabilité. Partant du principe qu’on ne change pas une équipe qui gagne, voici ceux qui poursuivront leur mission : Santi Hernandez sera encore l’ombre de Marc Marquez, Christophe Bourguignon sera toujours l’homme lige de Cal Crutchlow et Silvano Galbusera le lieutenant de Valentino Rossi. Après, il y a des variantes, comme chez Tech3 où si l’on change de pilote, on ne bouge pas le cadre. De fait, Guy Coulon garde son fauteuil qu’il partagera cette fois avec Miguel Oliveira au lieu de Johann Zarco. Nicolas Goyon qui a servi Folger en 2017, continuera de travailler avec Syahrin.

Pour le reste, l’échiquier est chamboulé. Jugez-en : Viñales a un nouveau chef d’équipe, comme Lorenzo, ainsi que Bagnaia, Iannone, Aleix Espargaró, Morbidelli et Zarco. Et les partants sont de renom. Du genre Gabarrini et Forcada.

Commençons par Aleix Espargaró qui a tout de même eu trois chefs mécanicien différents au cours des trois derniers mois chez Aprilia. Il y eu l’Allemand Marcus Eschenbacher avant d’être relevé de ses fonctions dès qu’il a signé pour le team Red Bull KTM. Pietro Caprara est arrivé de l’équipe Sky VR46 d’où il s’occupait de Bulega. L’accord ne s’est pas fait avec le pilote espagnol qui aura avec lui Antonio Jimenez. Ce dernier a travaillé pour Melandri et Gibernau et il était récemment responsable de son compatriote Xavi Vierge chez Intact en Moto2.

Fabrizio Cecchini est le nouveau contact pour Andrea Iannone chez Aprilia. Il vient de l’équipe Gresini, d’où il s’est occupé des as du Moto3 de l’équipe Del Conca Honda, à savoir le champion du monde Jorge Martin et le vice-champion du monde Fabio Di Giannantonio.

De son côté, Jorge Lorenzo n’a pu amener avec lui Christian Gabarrini. Bien que ce dernier ait fait ses classes chez Honda. D’abord chez LCR, puis chez Repsol, en supervisant Casey Stoner et Jack Miller. Mais « Gaba » se sent plus à l’aise chez Ducati. Il a déménagé chez Pramac pour se retrouver aux côtés du prometteur Pecco Bagnaia.

Chez Repsol-Honda, on a donc affecté Ramón Aurin à Por Fuera. Il a été chef mécanicien de Pedrosa en 2015 et 2016, avant de s’occuper de Miller puis de Nakagami. Giacomo Guidotti, qui travaillait avec Pedrosa au HRC, a été transféré vers Takaaki Nakagami et LCR.

Maverick Viñales est quant à lui l’homme du grand ménage chez Yamaha. Il s’est séparé après une saison difficile de Ramon Forcada, qui avait remporté trois titres de champion du monde MotoGP avec Lorenzo. Forcada est maintenant au sein du team satellite d’Iwata Petronas-Yamaha, aux côtés de Morbidelli.

Viñales a été rejoint par son compatriote Esteban Garcia chez Yamaha à la place de Forcada. Il dirigeait Mika Kallio chez KTM à l’été 2017. Il faisait partie de l’équipe d’usine autrichienne en s’occupant de  Bradley Smith. Sa soeur Bea reste coordinatrice de l’équipe chez Red Bull KTM. Viñales a remporté le Championnat du Monde Moto3 avec Esteban en 2013 sur le Calvo KTM dans l’équipe LaGlisse.

Fabio Quartararo jouira de l’expérience de Diego Gubellini, qui a travaillé pour Gresini pendant 19 ans. Il a rejoint Stefan Bradl dans l’équipe d’Aprilia pendant un an et demi jusqu’à la fin de 2016 avant de passer chez Marc VDS pour Rabat en 2017, et Morbidelli en 2018.

Joan Mir, Champion du Monde Moto3 2017, aura Francesco Carchedi comme chef d’équipe chez Suzuki Ecstar. Il a travaillé pour Abraham dans l’équipe Ángel-Nieto-Ducati en 2018.

Dans l’équipe Ducati Corse, Dovizioso et Petrucci travaillent avec les mêmes techniciens en chef qu’en 2018. Soit respectivement Andrea Giribuola et Daniele Romagnoli.

Alex Rins a gardé l’argentin José Manuel Cazeaux chez Suzuki. Une personne que Viñales aurait aimé avoir. Il le connaît depuis ses débuts en MotoGP, lorsqu’il était officiel sur la GSX-RR.

Enfin, chez Red Bull KTM, le Néo-Zélandais Paul Trevathan reste aux côtés de Pol Espargaró. Marcus Eschenbacher est embauché pour Johann Zarco.

Les équipes de MotoGP 2019 et leurs chefs mécanicien:
Movistar Yamaha
Rossi: Silvano Galbusera
Maverick Viñales: Esteban Garcia

Repsol Honda
Marc Márquez: Santi Hernández
Jorge Lorenzo: Ramón Aurín

Suzuki Ecstar
Alex Rins: José Manuel Cazeaux et
Joan Mir: Francesco Carchedi

Ducati Corse
Andrea Dovizioso: Andrea Giribuola,
Danilo Petrucci: Daniele Romagnoli

Red Bull KTM
Johann Zarco: Marcus Eschenbacher
Pol Espargaró: Paul Trevathan

Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaró: Antonio Jiménez
Andrea Iannone: Fabrizio Cecchini

Alma Pramac Ducati
Jack Miller: Cristhian Pupulin
Pecco Bagnaia: Christian Gabarrini

LCR Honda
Cal Crutchlow:
Takaaki Nakagami : Giacomo Guidotti

Tech3 KTM
Miguel Oliveira: Guy Coulon
Hafij Syahrin: Nicolas Goyon

Petronas Sepang Yamaha
Franco Morbidelli: Ramón Forcada
Fabio Quartararo: Diego Gubellini

Real Seguros Avintia Ducati
Tito Rabat: Jarno Polastri
Karel Abraham: Paolo Zavalloni