Chez Suzuki, la saison est terminée. Entendez par là que le titre pilotes acquis l’an dernier est perdu. Cependant, même défait, Joan Mir veut faire un baroud d’honneur qui l’amènerait, au moins, à être vice-champion du monde. De son côté, Alex Rins souhaiterait apporter une note positive à une année décevante et les deux aimeraient ramener une victoire à une usine Suzuki qui n’a encore rien gagné. Le bilan est décevant même s’il n’est pas catastrophique. Comment en est-on arrivé là ? L’absence d’un team manager et surtout de Davide Brivio aurait beaucoup pesé. En 2022, on attend une action corrective forte de la part de l’usine d‘Hamamatsu dans son organigramme.

Pour ce retour sur le tracé de Misano après la première visite mi-septembre, le sujet qui semble préoccuper Suzuki n’est plus tout à fait le retard technique de la GSX-RR, mais plutôt l’embauche d’un team manager, qui pourrait carrément passer par un retour de Davide Brivio. La rumeur que l’Italien ne soit finalement pas heureux en Formule 1 et souhaite revenir à ses premières amours court depuis déjà un petit moment. Et à Misano, elle s’est un peu plus amplifiée.

Joan Mir a ainsi déclaré : « sur Davide Brivio, je pense qu’il a fait un très bon travail au cours des dernières années, son absence s’est fait sentir et personnellement, cela ne me dérangerait pas qu’il revienne, mais pour l’instant, ce ne sont que des rumeurs non confirmées ». Il ajoute : « sûrement une personne comme lui est une valeur ajoutée pour l’équipe, nos collègues japonais l’ont aussi remarqué et quand nous avons appris qu’il serait parti ce n’était pas facile pour nous de gérer en son absence ».

Joan Mir, Alex Rins, Team Suzuki Ecstar, Michelin® Grand Prix of Styria

Il n’y a pas le même air chez Suzuki depuis son départ

Et on en arrive au constat : « je pense qu’ils ont compris qu’une personne comme lui sert l’équipe, je sais qu’ils font ce qu’ils peuvent dans ce sens et qu’ils évaluent sérieusement ce problème car cette année, comme déjà mentionné, n’a pas été facile”.

Alex Rins est tout à fait de l’avis de son équipier en MotoGP : « la vérité est que l’absence du team manager s’est beaucoup fait sentir, il n’y a pas le même air dans l’équipe depuis son départ. Il y a beaucoup de rumeurs ces jours-ci, je ne sais pas lesquelles peuvent être vraies. C’est sûr que Davide Brivio a fait un travail remarquable ici chez Suzuki et j’ai d’excellentes relations avec lui, donc ça ne me dérangerait pas son retour ». Comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu.

Mir, Rins, Team Suzuki Ecstar_RSM_2021




Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins, Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar