L’intersaison aura été source de bien des bouleversements pour Bradley Smith, après avoir, en 2019, disputé 4 Grands Prix sur Aprilia en MotoGP (17e à Jerez), 1 en Moto2 sur une Kalex pour l’équipe Petronas Sprinta Racing (abandon à Silverstone), et 6 en MotoE (2e de la Coupe du Monde, avec 4 podiums).

Pilote testeur chez Aprilia cette année, sa situation basculait soudain quand l’éventuelle suspension du titulaire Andrea Iannone lui offrait la place de pilote permanent pour au moins le début de la saison.

Lors des tests de Misano de la semaine dernière, Brad et son coéquipier Aleix Espargaró effectuaient de bons essais avec la nouvelle Aprilia.

« J’ai l’impression que ça a été un bon test. En passant de pilote d’essai à pilote de course, il y a un changement que vous devez faire à la fois mentalement et physiquement, surtout quand il s’agit de pousser pour un temps au tour » a expliqué le Britannique à son compatriote Simon Patterson de The-race.com.

« J’ai pu arriver assez rapidement à mon temps le premier jour, et il m’a fallu un certain temps pour franchir ce mur. Le dernier jour, j’ai pu comprendre où se situait la limite de la moto, même si, malheureusement, j’ai trouvé la limite dans le virage le plus rapide possible ! »

« Nous commençons à trouver des éléments qui améliorent les sensations et la maniabilité de la moto, mais dès le début du projet, le réglage de base de la moto était déjà assez bon. Lorsque nous l’avons lancée à Sepang et au Qatar, elle était déjà là, mais depuis, je travaille à la faire mienne au lieu de copier les autres pilotes. »

Smith affirme que les progrès réalisés par Aprilia deviennent lentement mais régulièrement apparents. « Nous avons des connaissances maintenant, et c’est la chose la plus importante quand on commence un nouveau projet. Peut-être que nous n’avons pas la vitesse ultime en ce moment, mais nous savons ce qui m’aide et aide la moto, et dans un week-end serré où vous n’avez pas le temps d’essayer beaucoup de choses, nous avons un avantage. »

« Notre pyramide s’agrandit de plus en plus, et j’ai hâte de commencer la saison avec tout le monde ensemble sur la grille. Nous savons ce qu’ont fait Aleix, Pol [Espargaró] et [Miguel] Oliveira et c’est la zone du top 10.

« Il reste une demi-seconde à trouver si nous voulons être là, mais c’est à moi de la trouver et c’est déjà mieux que la 1,2 seconde qu’il y avait à Sepang. L’écart se réduit, mais il est toujours là, donc [il y a] encore du travail à faire. »

Le directeur technique de l’équipe, Romano Albesiano, s’est fait l’écho des louanges de Smith pour la nouvelle moto et du travail acharné accompli par lui, Aleix Espargaró et le pilote d’essai Lorenzo Savadori, et a déclaré que l’équipe abordait la saison mieux préparée que jamais. « Ce sont des tests importants pour définir le point de départ de notre championnat », a déclaré Albesiano. « Nous avons évalué les différentes solutions en matière de châssis, de moteur et d’électronique, en plus d’intégrer une équipe qui est toute nouvelle à bien des égards. »

« Les pilotes avaient également besoin de ce test pour retrouver le rythme après un si long arrêt, et je dois dire que je les ai vus s’améliorer jour après jour. Les décisions en vue de Jerez ont été prises. »

« Beaucoup des nouvelles caractéristiques que nous avions préparées ont bien fonctionné et je suis plutôt satisfait du niveau général de la moto. En tout cas, il reste beaucoup de travail à faire sur les détails, notamment pour augmenter la fiabilité globale. »

« Nous le disons chaque année, mais ce n’est pas une erreur : le niveau du championnat a encore augmenté et cela nous pousse à faire un effort encore plus grand. »

Photos © Aprilia, Motogp.com / Dorna



Tous les articles sur les Pilotes : Bradley Smith

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini