Jerez le 19 juillet pour un Grand Prix d’Espagne qui lancera la saison 2020 de MotoGP, c’est l’objectif désigné. Les intentions sont là, la tendance semble positive, puisque les autorités espagnoles ont officiellement pris acte de l’importance de la moto pour leur pays. Mais on attend la grande annonce gouvernementale qui libérera tout le monde. Ce sera pour quand ? Carmelo Ezpeleta donne un indice : il faudra regarder ce qui sera décidé pour la reprise du championnat espagnol de football… Mais même s’il y avait une déception, ce serait un contre-temps. Car le patron de Dorna voit déjà plus loin !

Son navire a été dans la tourmente du Coronavirus, mais il a tenu bon la barre. Même si les eaux calmes sont encore loin, rien n’a chaviré et Carmelo Ezpeleta continue à mener sa barque Dorna avec détermination. Les deux Grands Prix de Grande Bretagne et d’Australie qui viennent d’être annulés ne sont que des péripéties. Sur Marca, il garde le cap : « le plan A est celui qui va sortir, celui de courir en Europe sans spectateurs, du moins pour le moment. Ce serait la première partie ».

« Et pour la deuxième partie, nous envisageons en dehors de l’Europe. Jusqu’à présent, nous avons dû nous préparer à aider à la subsistance des équipes », a déclaré Carmelo Ezpeleta qui a cependant un point de repère : « nous avons eu plus de réunions que jamais et nous suivons le football, ce qui est le plus important. S’ils commencent à la mi-juin, alors nous nous donnons un mois de plus. Le 19 juillet, j’espère que nous pourrons commencer », a- t-il avoué.

“Les droits TV sont essentiels, sinon il n’y aurait pas de championnat”

Ezpeleta a révélé que lors des entretiens avec le Conseil supérieur des sports « cette crise a toujours été envisagée du point de vue sportif, mais aussi du point de vue de ce que nous sommes un moteur de l’économie ». Il précise : « sa compréhension a été très importante. La chose la plus importante est la santé, mais si nous ne parvenons pas à avancer, nous serons en très mauvaise posture plus tard. Il est nécessaire que la nouvelle normalité soit aussi similaire à la précédente », a prévenu l’Espagnol.

Pour atteindre cette nouvelle normalité, Ezpeleta a souligné qu’il était « très important de terminer cette saison pour montrer que nous avons le muscle nécessaire. Nous devons soutenir financièrement les équipes les moins puissantes afin qu’elles ne perdent pas de sponsors . Nous espérons pouvoir atténuer cet automne. Les promoteurs sont heureux et veulent continuer. Nous avons des contrats à long terme. Si les spectateurs peuvent venir dès la saison prochaine, je pense que nous pouvons bien sortir de cette situation », a-t-il rassuré.

« Il y aura des séances d’entraînement le mercredi précédent le Grand Prix à Jerez afin que les sensations puissent être récupérées. Dans cette situation, une chute et un zéro pèseront beaucoup plus donc les stratégies devront changer. La saison sera très compétitive » promet-il avec cette ambition : à la fin du mois de juillet, il dira s’il peut inclure des courses hors d’Europe : « nous avons convenu ça avec toutes les équipes », a-t-il conclu en précisant au sujet du huis-clos : « nous sommes une entreprise qui fait des courses et les donne à la télévision, même sans public, les droits TV sont essentiels, sinon il n’y aurait pas de championnat ».