Diego Gubellini est le chef mécanicien de Fabio Quartararo depuis que ce dernier est arrivé en MotoGP par la porte Petronas Yamaha qui s’installait alors sur la grille de départ en lieu et place du team Aspar Ducati. Il l’a suivi dans l’équipe officielle du constructeur d’Iwata et la paire se retrouve en tête du classement général du championnat. Une période faste vécue l’an passé, mais cette fois, la base semble plus solide avec un pilote français qui a mûri. Mais rien n’est acquis et on l’a vu en Catalogne avec ce rocambolesque épisode de la combinaison ouverte à quatre tours du but. On en connait les conséquences mais on reste sur notre faim pour ce qui est des causes. Voici l’appréhension des faits par un proche dans le box dont il faudra se souvenir lorsque les experts de l’équipementier Alpinestars rendront enfin leur copie…

Le site MOW apporte une intéressante pièce au dossier en cours sur le mystère de la combinaison Alpinestars ouverte de Fabio Quartararo en fin d’épreuve du Grand Prix de Catalogne. Une course qui lui semblait acquise au vu des essais avant une perte de régime de toutes les Yamaha en ce dimanche après-midi qui a révélé une KTM menée de main de maître par Miguel Oliveira. Cependant, la tâche du Portugais a été rendue facile par un incident de course qui entrera dans l’histoire de la catégorie et qui restera dans les mémoires.

Un spectacle aussi effrayant qui a ainsi été vécu par le chef-mécanicien Diego Gubellini : « alors qu’il restait 4 tours à faire, lorsque Fabio a atteint le virage 1, il a freiné et la fermeture de sa combinaison s’est complètement ouverte. La combinaison ouverte s’est transformée en parachute. Fabio l’a remarqué et le tour dans lequel Zarco l’a dépassé a été plus lent. Le tour après c’est Miller qui l’a dépassé. Fabio a réagi en récupérant sa position et il a franchi la ligne 3e. À la fin de la course, il a reçu la pénalité de 3 secondes pour avoir coupé le virage. Quatre heures plus tard est arrivée la notification de la pénalité de 3 secondes supplémentaires pour avoir couru avec la combinaison ouverte ».

Voilà pour la dynamique des faits. Et pour leur appréhension ? “J’étais également inquiet pour sa sécurité car il se battait avec Jack pour la troisième position donc dans l’adrénaline de la lutte pour le podium, prendre des risques avec un cuir ouvert était risqué. Chez Yamaha, personne n’a pensé à l’arrêter car il restait quelques tours et dans le replay on a vu que Fabio essayait de fermer la combinaison. Maio Meregalli et Lin Jarvis discutaient et réfléchissaient à ce qu’il fallait faire ».

« En fait, Fabio a ralenti. Il tournait en 1’40 et a commencé à tourner en 1’41. Il a également fait un tour en 1’42 à cause de l’encombrement de la combinaison ouverte et parce qu’il tentait de la refermer. Je pense qu’il a fait tout ce qu’il pouvait dans l’excitation de la course car il ne voulait pas perdre le contact avec les pilotes de tête » ajoute Gubellini qui se souvient des propos de son pilote de retour au box : « il nous a dit que la combinaison s’est ouverte soudainement et complètement et qu’il l’a remarqué lorsqu’il est sorti de la coque pour freiner au virage 1. Il a ensuite essayé de la refermer et, au virage 4, pour tenter de remonter la fermeture éclair, le plastron s’est également envolé. Avec Alpinestars nous avons également vérifié la caméra embarquée pour vérifier si la combinaison avait été correctement fermée sur la grille, ce qui nous a été confirmé ».

Catalogne

Diego Gubellini : “lundi, lors du test, Fabio portait une combinaison avec une fermeture modifiée”

« La combinaison s’est ouverte et le plastron a bougé parce que la combinaison était ouverte. Lundi, lors du test, Fabio portait une combinaison avec une fermeture modifiée avec un velcro supplémentaire qui se replie sur lui-même et qui est plus difficile à ouvrir » précise le chef mécanicien.

Il ajoute : « le règlement comporte de nombreuses zones d’ombre, soumises à l’appréciation de la Direction de Course et des commissaires sportifs. En effet, le drapeau noir n’est pas automatique et Fabio a été touché par les commentaires des autres pilotes. A mon avis, tout d’abord les 3 premières secondes de pénalité sont très discutables, aussi parce que la décision n’était pas opportune et que la pénalité a été communiquée en fin de course. Fabio aurait préféré le signal pour abandonner sa position dans la course, aussi parce qu’il a perdu 7 dixièmes à la sortie du virage 1 et, selon le règlement, il aurait suffi de 3 dixièmes de plus pour éviter d’être pénalisé ».

Il termine : « hormis le résultat de dimanche dernier, Fabio est content de sa performance car il a toujours été compétitif dans toutes les conditions depuis le début de la saison ». Quartararo n’est donc pas déstabilisé par cet événement et aura sans doute à cœur de le montrer lors du prochain rendez-vous sur le Sachsenring. Ce qui laisse le temps à Alpinestars de nous expliquer ce qui a bien pu se produire avec sa combinaison, dont il se confirme avec ce qui précède, que l’airbag ne s’est pas déclenché. Mais d’ici là à dire que tout a été parfaitement fonctionnel, il y a un pas que les images diffusées interdisent au bon sens de franchir. On rappellera que le pilote, qui a passé troisième la ligne d’arrivée, a d’abord été rétrogradé quatrième puis, en soirée, sixième.

Diego Gubellini



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP