Michele Pirro, en tant que pilote test, est le fils rouge d’une écurie Ducati qui arbore les mêmes couleurs. Mais elles sont devenues moins écarlates en ce samedi après-midi puisque, à l’heure du déjeuner, Andrea Dovizioso a déclaré qu’il ne remettrait pas le couvert en 2021 avec la Desmosedici. Une issue qui devenait de plus en plus inéluctable au fur et à mesure que le temps s’écoulait et que les commentaires fusaient. Le couple était usé et il faut maintenant du sang neuf. Selon Pirro, c’est l’occasion de repartir de zéro…

Andrea Dovizioso et Ducati se quitteront à la fin de cette année, et le paradoxe veut que depuis que cette issue est devenue officielle, les deux parties semblent comme soulagées. Mais dans les coulisses, que s’est-il vraiment passé ? Michele Pirro lève un peu le voile sur GPOne : « après huit ans, Andrea a estimé qu’il n’y avait plus de conditions pour continuer » commence l’Italien. « Les résultats de ces premières courses n’ont certainement pas aidé et je suis désolé. Dovi et Ducati ont fait de grandes choses et moi aussi j’ai fait partie de cette combinaison au fil des ans. Cependant, en moto, on assiste à un changement de génération et même Ducati, voyant les demandes de Dovi, a décidé de se concentrer sur les jeunes ».

Vraiment ? Mais alors on peut d’ores et déjà désigner Bagnaia comme le successeur de Dovi… « Pour ce qu’il a montré, c’est à la hauteur. Il va sans dire que si vous prenez Lorenzo ou gardez Dovi, vous remporterez le championnat du monde, à moins que vous n’ayez Marquez. En fait, les choses doivent être construites ». Une construction qui commence par poser des bases : « le problème est que si vous ne commencez pas, vous ne savez jamais. Si vous restez comme ça, alors la politique de Yamaha et KTM consistant à se concentrer sur les jeunes est erronée ».

Va donc pour la carte jeune, par ailleurs déjà adoptée par Suzuki. Mais alors, pourquoi parler avec insistances d’un retraité de type Jorge Lorenzo ? « Honnêtement, je ne sais pas quoi dire de Jorge, même si dans ce cas il faut évaluer l’ensemble » reconnaît Pirro. « Dans ce monde, personne ne vous attend et si vous êtes quatre dixièmes de retard, comme moi aujourd’hui, si vous êtes hors-jeu ».

« Je sais que Lorenzo a toujours l’idée de revenir »

« Je sais que Lorenzo a toujours eu l’idée de vouloir revenir après la façon dont il avait terminé l’année dernière, même si être compétitif après être passé d’une moto à une autre n’est pas si facile. De plus, l’année d’arrêt peut avoir un impact. Lorenzo est très fort, mais aucun de nous n’a la baguette magique pour dire qu’il peut venir battre Marquez ».

Il revient sur la séparation d’avec Dovizioso : « tout le monde doit faire le calcul à la maison et si Ducati a évalué cela, c’est parce que les conditions étaient réunies après une saison particulière. Dovi a fait un pas, Ducati un autre, mais ils ne se sont pas trouvés ». Mais il reconnaît : « dans la séparation entre Dovi et Ducati, nous perdons tous les deux, étant donné qu’Andrea a pu s’exprimer au maximum avec le Rouge et en même temps Ducati a fait beaucoup avec lui ».

Au passage, il existe dans le clan Ducati un pilote encore assez jeune et qui a en plus de l’expérience. Ce serait le meilleur des deux mondes. Il est Français et c’est Johann Zarco

 



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team