L’équipe de l’ancien Champion du Monde Fausto Gresini a une situation unique en Grand Prix en ce sens qu’elle est la seule à représenter une usine, en l’occurrence Aprilia. Quand Luigi Dall’Igna quitta la tête du service compétition de ce constructeur fin 2013, son successeur Romano Albesiano confia la partie logistique au team Gresini Racing. Celui-ci se situe donc à mi-chemin entre une équipe d’usine et une équipe satellite, au moins jusque fin 2021.

Ensuite Massimo Rivola, successeur d’Albesiano, a annoncé qu’Aprilia aurait à partir de 2022 sa propre équipe d’usine, comme les cinq autres constructeurs engagés en MotoGP.

« Ce projet m’a toujours rendu très fier » a expliqué Gresini à Serena Zunino de Motosprint.corrieredellosport.it. « Nous sommes la première « équipe indépendante » représentant un constructeur et nous serons ensemble en 2021, au moins. Ce n’est pas comme quand nous étions chez Honda, que nous étions une équipe satellite avec des motos officielles, ici nous avons une gestion plus directe, même avec la supervision de l’entreprise. L’engagement se trouve au milieu. Cette année arrive une nouvelle moto, il y a beaucoup de désir d’être compétitif. Nous espérons que nous pourrons récolter les fruits de ce travail. »

Fin 2021, il y aura sept ans de cohabitation Aprilia–Gresini en MotoGP : que prévoyez-vous ?

« Aprilia a le désir de s’engager directement comme constructeur. Nous verrons si nous continuons ensemble ou si nos chemins se séparent. Quoi que décide Aprilia, je continuerai en MotoGP et c’est la chose la plus importante pour moi. »

Fausto Gresini est un des hommes les plus omniprésents du paddock avec un team engagé dans chacune des quatre catégories. L’Aprilia Racing Team Gresini fournit des RS-GP à Aleix Espargaró et Andrea Iannone en MotoGP, tandis qu’en Moto2, Nicolò Bulega et Edgar Pons constituent le team Federal Oil Gresini Moto2. En Moto3 l’équipe Kömmerling Gresini Moto3 compte sur Gabriel Rodrigo et Jeremy Alcoba, et en MotoE sur Matteo Ferrari, vainqueur de la catégorie en 2019 et de la e-course dimanche dernier.

Pour ce qui est de l’avenir sur les circuits, « J’aimerais continuer un peu plus longtemps », a souhaité le natif d’Imola, âgé de cinquante-neuf ans, « parfois je me dis qu’un jour je devrai arrêter de faire ce travail, parce que je deviens trop grand, mais quand je pense à ce jour-là, je suis triste. Je veux donc profiter de ce monde, et contribuer à le faire grandir, à le laisser encore meilleur. »

Double Champion du Monde 125 cm3 en 1985 et 1987, entouré au palmarès d‘Ángel Nieto en 1984, Luca Cadalora en 1986, Jorge Martinez en 1988 et Álex Crivillé en 1989, comment Fausto Gresini se voit-il ?

« Comme un fou (sourire) ! Je suis passionné par ce que je fais. J’aime tellement ça que je gâche ma vie. Ma vie a toujours été axée sur les motos et les compétitions, d’abord en tant que pilote, puis en tant que directeur d’équipe, et je suis passionné par la recherche de nouveaux talents. »

« Vous ne réussissez pas toujours, dans ces cas-là, vous vous sentez peut-être mal, mais vous essayez à nouveau. J’ai construit Gresini Racing, une entreprise à part entière qui travaille tous les jours pour les compétitions et pour faire des résultats et fournir des services à nos partenaires, j’en suis fier. Au centre se trouve la compétition, qui est une plateforme à utiliser pour développer l’entreprise. Nous avons réfléchi à 360 degrés. »

Vous qui êtes devenu Champion du Monde dans la catégorie mineure du MotoGP, qui était le 125 cm3 à l’époque, comment décririez-vous la Moto3 ?

« Dans cette classe, vous regardez attentivement les jeunes pour leur donner un avenir. Ce serait bien d’avoir la possibilité de les faire passer dans les catégories supérieures plus tard, mais pour l’instant nous n’avons pas encore pu le faire directement. »

« Nous avons lancé de nombreux pilotes italiens, de Niccolò Antonelli à Lorenzo Baldassarri, puis Enea Bastianini qui a remporté ses premières courses avec nous, nous avons découvert Fabio Di Giannantonio. Et puis nous avons gagné avec Jorge Martin. Pour tout le monde, la Moto3 n’est qu’un passage, mais c’est aussi vrai pour la Moto2.  »

La Moto2 à moteur unique est-elle une classe à part ?

« C’est une catégorie qui ressemble beaucoup plus au MotoGP, avec une moto beaucoup plus puissante. Même si toutes les motos sont les mêmes, c’est toujours une moto de compétition qui entraîne les gars vers le grand saut. »

Qu’attendez-vous en Moto2 de Nicolò Bulega et d’Edgar Pons ?

« Bulega est arrivé avec le grand désir de se lancer dans cette nouvelle aventure. Je pense qu’il avait besoin de changer d’équipe, simplement pour faire une nouvelle expérience. Il arrive avec enthousiasme et nous sommes heureux d’avoir un pilote italien en Moto2. A ses côtés se trouve Pons, qui a remporté le CEV. C’est une équipe jeune et forte. »

Vous êtes un ancien pilote, cela vous a-t-il aidé dans votre travail ?

« Beaucoup, parce que je comprends beaucoup de choses que les autres ne peuvent pas comprendre. Un mécanicien ou un chef mécano n’a peut-être jamais roulé sur ces motos, ils ne savent donc pas ce que c’est que d’affronter une piste avec une moto qui ne vous permet pas de faire ce que vous voulez. »

« Il est vrai qu’aujourd’hui, par rapport à l’époque, l’électronique, l’enregistrement des données et les ingénieurs vous aident, mais mon expérience compte. Dans les moments difficiles, je peux me rapprocher des pilotes et parler “leur” langue. Je l’appelle “pilotesco”. Je sais exactement ce qui se passe dans ces moments-là. Mais je ne m’occupe pas des décisions techniques, je n’ai mon mot à dire que dans certains cas, et avec les pilotes, je fais de même. J’essaie de les accompagner sans gêner au milieu du chemin. »

Que vous a appris la MotoGP sur le plan humain ?

« A être une personne sérieuse qui prend des engagements quand elle sait qu’elle peut les tenir. Je dis toujours aux enfants que le sport est une gymnastique très importante dans la vie et qu’il permet d’apprendre beaucoup de choses, comment vivre et combien le respect est important. Beaucoup de valeurs que j’ai acquises dans ce sport, je les ai apportées avec moi dans la vie. »

Avez-vous un regret ?

« Il y en a toujours. En tant que pilote, c’est de n’avoir pas battu Luca Cadalora quand j’en ai eu l’occasion, en 1986, et de ne pas avoir couru en 250 cm3. »

Votre meilleur souvenir ?

« J’en ai beaucoup de beaux et beaucoup de laids. Les motos m’ont donné et m’ont enlevé beaucoup de choses. Un très beau souvenir est celui de ma première victoire en 250 avec Loris Capirossi en 1999, qui a été une grande satisfaction. À cela, j’ajoute le premier podium en 500 avec Alex Barros et le premier Championnat du Monde remporté avec Daijiro Kato. »

Un souvenir plus récent ?

« 2018, quand nous avons terminé premier et deuxième du Championnat du Monde Moto3 avec Martin et Di Giannantonio. C’était un championnat que je voulais de toutes mes forces, parce que je viens un peu de cette catégorie. Ce titre m’a manqué, je le voulais, cette année-là j’ai gagné tout ce qu’il y avait à gagner. Beaucoup de choses ! »

Votre carrière de chef d’équipe a croisé celle de Simoncelli. Quand on parle de vous, il est inévitable de penser à lui.

« Son sourire, sa voix, ses cheveux, sa légèreté, sa façon de rivaliser… C’était un vrai guerrier, il aimait se battre, il aimait le combat au corps-à-corps, il n’a jamais reculé. Il a apprécié ces choses. Il ne s’est jamais fâché, il a ri. C’était un homme très combatif et les gens l’appréciaient pour cela. Et puis il a été très spontané… Il était fort. »

Fausto Gresini et Loris Capirossi

Il y a 20 ans, Loris Capirossi offrait sa première victoire au Gresini Racing à Sepang en 250 cm3

Photos © Gresini Racing



Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini