La conférence qui s’est tenue à l’issue du Grand Prix du Japon a réuni Marc Márquez, Fabio Quartararo et Andrea Dovizioso.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les propos bruts de Fabio Quartararo, sans la moindre interprétation journalistique.


Fabio, félicitations pour votre troisième deuxième place en quatre courses. Vous êtes également le Rookie de l’année, et c’est un moment magique pour vous. Durant le warm-up, vous avez essayé le pneu arrière médium : étiez-vous tenté de le prendre  et, à votre avis, cela aurait-il fait une différence, ou Marc était-il trop fort aujourd’hui ?

Fabio Quartararo : « nous l’avons essayé durant le warm-up pour pouvoir comparer les deux pneus, et je me sentais mieux avec le tendre. Avec l’équipe, nous nous sommes dits que si la température grimpait beaucoup nous aurions besoin d’utiliser le médium. Mais je pense, en regardant le rythme qu’ils ont eu, que cela change un peu mais pas beaucoup, donc je pense que nous avons pris la bonne décision. Comme je l’ai dit, avec notre moto il est bien de créer un petit écart dès le premier tour, et c’est ce que nous avons fait. Et oui, Marc était super rapide aujourd’hui et j’étais vraiment à la limite lors des premiers tours pour essayer de le suivre. Mais cette deuxième place est vraiment bien. »

Vous êtes maintenant le Rookie de l’année, ce qui était votre objectif en début d’année, et vous menez le championnat des pilotes indépendants. Le titre des équipes indépendantes peut également revenir à Petronas : vous devez attendre les prochaines courses avec impatience ?

« Oui, je suis très content car lors des tests en Malaisie, nous nous étions fixés l’objectif de marquer entre 50 et 90 points, ainsi que d’être le Rookie. C’est donc bien mieux que ce à quoi nous nous attendions et j’en suis très heureux pour l’équipe car c’est seulement notre première année en MotoGP, pour moi comme pour l’équipe. Donc j’espère qu’on aura ce titre pour le team. »

Durant cette course, c’était réellement votre première chance de pouvoir observer Marc pendant un long moment. Qu’avez-vous appris et cela vous a-t-il donné des idées pour pouvoir combler cet écart dans le futur ?

« Le rythme de Marc était meilleur que le nôtre durant ce week-end mais j’ai pu analyser quelques trajectoires, davantage que ce qu’il nous manquait. Je pense cela m’a beaucoup aidé pour économiser le pneu. Par exemple dans le virage #1, durant les essais la qualification, je conservais beaucoup plus de vitesse. Puis dans ce premier virage, j’ai pris la même trajectoire que lui et j’ai élargi, et je pense que cela nous a pas mal aidé pour économiser le pneu. Je n’étais pas assez près pour voir exactement ce dont nous manquons, mais il est vrai que nous peinons beaucoup en accélération avec le pneu usé. C’est donc un point important à améliorer, mais c’est à nouveau une course où nous avons appris à gérer le pneu, même si nous avons peiné à la fin : nous avons géré pour faire un bon chrono d’une autre façon. Et je pense que c’est la principale chose que nous avons apprise ici. »

Votre course de l’année dernière en Moto2 était parfaite. De quelle façon compareriez-vous celle-ci ?

« L’année dernière, j’étais en Moto2. Cette année, nous savions que si nous choisissions le pneu arrière tendre, nous serions vraiment à la limite en fin de course. Actuellement, je ne dirais pas que nous avons fait une course parfaite mais que c’était le meilleur résultat que nous pouvions obtenir car Marc était bien plus rapide que nous. Je pense donc que ce n’était pas comme en Thaïlande où nous nous sommes battus pour la victoire jusqu’au dernier virage. Ici, Marc s’était déjà échappé de deux ou trois secondes, et la deuxième place était le mieux que nous pouvions obtenir ici à Motegi. »

Parmi les trois circuits qui restent à faire, quel est le meilleur pour tenter de battre Marc ?

« Je pense que finir trois fois d’affilée derrière quelqu’un qui est huit fois champion du monde n’est pas mal (rires) ! Je pense que l’Australie sera un circuit bénéfique pour nous, donc je pense que nous devons rester concentrés pour travailler comme nous l’avons fait durant ce week-end : se concentrer sur les pneus et sur les réglages, puisque nous les avons pas mal changé ce week-end. Mais plus qu’un circuit, je pense nous devons nous concentrer pour apprécier et essayer de nous battre pour le podium. »

Classement du Grand Prix MotoGP du Japon :

Crédit classement et photo : MotoGP.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team