Selon la rumeur du paddock, il y a eu une féroce bataille entre Yamaha et KTM sur le sujet Raul Fernandez. Un bras de fer que deux faits ont révélé. D’abord celui de la sortie de KTM demandant au promoteur Dorna de rappeler la nécessité d’un minimum de déontologie sur le marché des transferts. Puis l’acte de contrition venu de Petronas mentionnant qu’on ne veut pas fâcher la marque autrichienne. Une démarche aux airs d’épilogue de ce qui a été une offensive japonaise sous la bannière malaisienne vers l’espoir espagnol soutenu par les Autrichiens, que l’on peut expliquer ainsi…

C’est sans doute avec le sentiment d’avoir gagné la bataille Raul Fernandez face à Yamaha que KTM va s’installer sur le tracé d’Assen. Et encore, on peut dire qu’avant la grande offensive de la marque d’Iwata, le blason de Mattighofen a dû se garder d’une tentative de percée dans ses lignes de la part d’Aprilia. On apprend ainsi sur Marca l’histoire de Raul Fernandez sur le marché des transferts qui semble s’être terminée avec un succès total de KTM.

Avec ses deux victoires et ses trois pole-positions, le jeune Espagnol s’est vite affirmé comme le représentant le plus talentueux de la relève. Selon Marca, Aprilia a été le premier à tenter sa chance en proposant une place en MotoGP dans ce qui aurait dû être son équipe satellite Gresini. Mais celle-ci a été captée par Ducati. Qu’à cela ne tienne, la marque de Noale a ouvert la perspective d’une entrée comme pilote d’usine dans le team officiel aux côtés d’Aleix Espargaró. Le PDG du groupe Piaggio, Colaninno aurait lui-même suivi l’affaire en déliant les cordons de la bourse. Mais les négociations ne sont pas allées plus loin.

Et pour cause. Entre-temps, Yamaha est entré dans la danse. Avec un plan qui a de quoi faire déprimer Franco Morbidelli… Ainsi, l’offre venait directement de l’usine, contrairement à Morbidelli, dont le contrat est avec Petronas. C’était pour deux saisons, plus une optionnelle. La première année, le Madrilène aurait couru avec l’équipe malaisienne portant une M1 comme celle actuellement menée par Quartararo, Viñales et Rossi. En 2023, Fernandez aurait eu une moto officielle. En fait, il y avait une forte possibilité de promotion chez Monster Yamaha…

Raul Fernandez

Raul Fernandez : le nouveau Quartararo pour Petronas

Maverick Viñales n’était donc plus à ce stade considéré. Ce qui, au vu de sa situation actuelle, interpelle. On rappellera qu’il est sous contrat Yamaha jusqu’en 2022. Pour la suite, il va devoir convaincre. Toujours selon Marca, chez Petronas, on s’enthousiasmait de la perspective d’une arrivée de Fernández. Les Malaisiens le considèrent en effet comme « le nouveau Quartararo ». Ils lui laissaient même emmener avec lui des mécaniciens de confiance pour que son adaptation soit meilleure.

Mais KTM a repris la main, fait valoir ses droits et lors d’une réunion en Autriche a rappelé les points du contrat tout en les valorisant. Il est fort probable que Raul Fernandez fasse une seconde année chez Ajo en Moto2 avant de monter sur une KTM en MotoGP. Tech3 serait logiquement la structure d’accueil puisque Brad Binder a signé avec le team officiel jusqu’en 2024 tandis qu’il n’est certainement pas question de se passer d’Oliveira.

On rappellera que Remy Gardner, son équipier actuel et leader du championnat Moto2, a déjà son contrat en proche avec les Français pour 2022. Mais si Raul Fernandez devait devenir Champion du monde dès cette saison, ça pourrait accélérer les choses. La suite au prochain numéro ?

Raul Fernandez

 

 




Tous les articles sur les Pilotes : Raúl Fernández

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP