Marc Marquez est ce soir potentiellement déjà en Q2 puisqu’il pointe huitième du classement combiné de la journée du vendredi qui était la première du Grand Prix de France. C’est un minimum syndical au vu de l’immense talent de l’intéressé. Mais ce dernier précise en toute honnêteté que, pour le moment, c’est le maximum qu’il peut donner. Il n’est pas encore le Marc Marquez qui repousse les limites. Au contraire, il doit les respecter, car son corps, il le répète, n’est pas prêt…

« Ma confiance n’est pas encore très élevée, il vaut donc mieux rester calme ». C’est ainsi que Marc Marquez a commencé son évaluation de sa première journée de son troisième Grand Prix après une longue pause pour blessure. L’Espagnol a terminé huitième de la feuille de temps combinée des FP1 et FP2 et a perdu 0,885 seconde face au plus rapide Johann Zarco de l’équipe Pramac Ducati. Cela signifie que Marc est directement qualifié pour Q2, si les conditions du FP3 ne permettent aucune amélioration de l’heure le samedi matin.

Il insiste : « je dois considérer le niveau de risque que je prends. Ce n’est pas que je ne veuille pas prendre de risques. Mais mes performances ne sont pas encore assez bonnes pour pouvoir maîtriser le risque. Je parle de ma condition physique. Je ne pourrai peut-être pas contrôler la moto comme avant après avoir fait un faux mouvement. Cela n’a pas non plus de sens de prendre un risque en FP1, je le fais en qualifications et en course ».

« Ma journée était normale. Je ne me sentais pas mal sur le mouillé, aussi parce que ce n’est pas si exigeant physiquement. J’ai eu plus de difficultés sur le sec » avoue-t-il. « La moto ne fonctionnait pas comme je le voulais, je ne me sentais pas bien. Au début, je pensais qu’il y avait un problème avec la moto, mais c’était moi. Ni ce que je ressens, ni mes déclarations ne sont précis. Je dois travailler là-dessus. Mais même dans ces conditions, je ne suis pas très loin des meilleurs » ajoute l’octuple Champion du Monde.

Marc Marquez : « je ne suis pas fort sur aucune piste pour le moment »

Au vu de sa situation, il a accueilli favorablement l’annulation d’un Grand Prix de Finlande qui va rallonger la trêve estivale : « c’est mieux pour moi », a déclaré Marquez. « Cela me laisse plus de temps pour me préparer. Pour moi, il ne s’agit pas de savoir sur quelle piste notre moto est la plus forte, je ne suis pas fort sur aucune piste pour le moment. La Finlande aurait été avant les vacances d’été, maintenant j’ai plus de temps pour être en bonne forme en Autriche. Dès que je serai à nouveau en forme, je serai plus proche du sommet ».

Marc Marquez termine son intervention en ayant une pensée pour Alberto Puig dont les problèmes de santé sont actuellement aussi importants : « tous les pilotes ont leur propre équipe, qui comprend également des assistants personnels, puis il y a les chefs d’équipe. Dans le cas d’Alberto, sa présence est peut-être plus importante que celle d’un team manager normal, étant donné que son expérience est vraiment utile pendant les week-ends de course. Et je ne cache pas le fait que sa présence est l’une des raisons qui m’ont convaincu pour prolonger mon contrat avec Honda. Sa présence vous permet de tout garder sous contrôle ».

Marc Marquez France

MotoGP Le Mans France J1 : chronos

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team