Le pavé a été jeté dans la marre par Fabio Quartararo à l’arrivée du Grand Prix de la République tchèque. Plus que déçu par le résultat de sa course à Brno qu’il a qualifiée comme la plus difficile de sa encore courte mais déjà brillante carrière en MotoGP, le Français a fait remarquer que KTM n’était pas en terrain inconnu en Tchéquie. Les Autrichiens avaient fait des tests sur le tracé, comme le règlement leur permet. De quoi connaître mieux la gamme Michelin, une allusion qui a agacé du côté du Bibendum.  Le Français persiste et signe dans son approche de la prochaine échéance sur un Red Bull Ring également bien connu de KTM. Une analyse qui est aussi celle de Michele Pirro, pilote test pour Ducati. Qui se montre cependant plus prudent à l’égard de Michelin…

Michele Pirro sera au front ce week-end, du côté du Red Bull Ring. Il logera chez Pramac, du côté du box normalement réservé à Pecco Bagnaia. Mais ce dernier est blessé et se remet d’une fracture du tibia. « J’irai en Autriche pour essayer de donner le meilleur de moi-même, mais surtout pour comprendre la situation actuelle liée aux pneus dont on parle tant » commente l’Italien au sujet de son expédition en Styrie. Une ambition qui risque, cependant, d’être contrariée par la météo qui fera sortir les pneus pluie.

« A Brno, la différence n’a été faite que par les pneus »

Mais Pirro revient sur la question de ce nouveau pneu : « c’est comme si nous étions confrontés à un changement de pneus de Bridgestone à Michelin. Seulement dans ce cas, il s’agit du même fournisseur, à savoir Michelin avec Michelin. Malheureusement, le nouveau pneu change la dynamique de la moto et il n’y a rien à faire. Ensuite, il y a un autre aspect ».

Et là, nous retrouvons les arguments de Fabio Quartararo : « après le confinement, KTM a testé trois jours à Misano, six à Brno et autant encore au Red Bull Ring et il est normal qu’ils aient un avantage. Je n’ai tourné qu’un jour à Misano. Entre autres, si l’on considère la dernière course, le fait de l’effet du pneu est clair, étant donné qu’entre le meilleur tour et le pire, il y a trois secondes de différence, alors que dans un contexte classique seulement une demi-seconde. Grâce à ces chiffres, nous nous sommes déjà donné toutes les réponses ».

« Au Qatar, nous étions tous plus ou moins au même niveau, mais maintenant KTM arrive aux courses avec un avantage de 15 jours car il a effectué les tests. En Autriche, KTM sera certainement le favori, étant donné qu’ils ont fait six jours d’essais. Nous devrons travailler et être forts. A Brno, la différence n’a été faite que par les pneus ». Elle a aussi été faite un peu par Brad Binder, mais dont acte… Au passage, KTM a testé autant que le règlement le lui permettait au regard de l’aménagement dit ‘des points de concessions » dont bénéficie, aussi Aprilia.



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Michele Pirro

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac