Après avoir remporté le titre Moto2 en 2018, Francesco Bagnaia est prêt à faire ses grands débuts officiels en MotoGP. Le week-end prochain, il participera à sa première course dans la catégorie reine des Grands Prix. Celui que l’on identifie aussi sous Pecco sera parmi les pilotes les plus regardés au Qatar. Même s’il est un débutant et qu’il doit donc apprendre beaucoup, il suscite déjà une grosse attente.

Et pour cause. S’il n’a pas impressionné lors des derniers tests sur la même piste de Losail qui lancera les hostilités, il a frappé les esprits en Malaisie en échouant de peu dans la conquête de la feuille des temps. Par ailleurs, il pilotera une moto compétitive, en l’occurrence la Ducati Desmosedici GP18 dans une équipe aussi experte que Pramac. Il a donc tous les ingrédients pour faire une excellente saison.

Bagnaia a été interviewé par le journal La Repubblica et a parlé de ce qui l’attend. Et notamment du plateau relevé qu’il va devoir affronter. « L’équilibre des forces est quasi parfait »- explique – t- il -, « même si la Dream Team est celle de Honda, avec des champions tels que Márquez et Lorenzo. Mais ils sont tous deux de retour de blessure, il est impossible de les juger pour le moment. Viñales et Yamaha m’ont beaucoup impressionné. Il a été le plus compétitif des tests. En Malaisie, ce qu’il faisait était exceptionnel. Il faisait tourner la moto et il la relevait très vite ».

Mais Pecco ne peut oublier Valentino Rossi, son maître à la VR46 Riders Academy. Le jeune pilote turinois a une grande estime pour le Doctor : « il reste un pilote extraordinaire, l’un des favoris. Il m’a toujours inspiré et il continue à le faire. J’ai la chance de pouvoir m’entraîner à ses côtés à Tavullia. C’est un stimulus, un exemple. Personne n’a autant le désir de faire des sacrifices et de s’améliorer, de s’amuser et d’essayer de gagner. Et il est en pleine forme, vous le remarquerez bientôt ».

Bien que son modèle soit Rossi, le style de conduite de Bagnaia ressemble beaucoup à celui de Jorge Lorenzo. En fait, chez Ducati, ils ont constaté que ses données de télémétrie étaient peu ou prou similaires à celles de Por Fuera. En 2019, le pilote Pramac a pour objectif de devenir le meilleur débutant en MotoGP. Il reste donc humble : « pour l’instant, l’objectif est d’apprendre. En étant le meilleur des « rookies », et rester toujours dans le top 10 ».

Il termine sur cette idée qu’il serait avec Morbidelli, les héritiers de Vale… « Les héritiers de Rossi, moi et Morbidelli ? Valentino est inaccessible. Il n’y a pas d’héritier. Mais nous pourrons aussi donner beaucoup de satisfaction aux supporters italiens ». On notera, au passage, qu’il n’a pas dit un mot sur Dovizioso



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac