La saison 2020 n’a pas encore commencé et elle est même incapable de donner une date de départ, mais, en coulisse, les discussions ne connaissent pas le confinement. Dernièrement, c’est le cas Petronas Yamaha qui a défrayé la chronique. Razlan Razali a mis le feu aux poudres en évoquant la perspective d’un Fabio Quartararo toujours sous les couleurs malaisiennes en 2021, en raison d’une année 2020 possiblement pour rien. Maio Meregalli, du team usine Yamaha a réaligné la mire en précisant que le sujet concernait également les assurances données à Valentino Rossi. Aujourd’hui, c’est Wilco Zeelenberg pour Petronas qui apporte de l’eau au moulin…

Wilco Zeelenberg est le directeur d’une équipe Petronas Yamaha qui doit vivre en 2020 sa seconde saison en MotoGP comme équipe satellite du constructeur d’Iwata, après des débuts fracassants. Une entame de carrière brillante parmi l’élite qu’elle doit à sa trouvaille Fabio Quartararo, à qui elle a accordé sa confiance alors qu’il n’était qu’un espoir. Un parcours probant qui a ouvert au Français les portes de la structure officielle pour 2021 et 2022. Mais en 2020, il fera la compétition avec, déjà, une M1 dernier cri.

Pendant ce temps, Valentino Rossi doit se trouver une place, puisque la sienne est déjà promise à un autre. L’idée est qu’il glisse chez Petronas en succédant à son successeur. Un plan simple. Mais c’est en fait compliqué. Car les parties ne se sont apparemment pas encore assises à une table pour acter toutes ces bonnes intentions. Et pour cause, il semble qu’elles contredisent une vocation : celle qu’a le team Petronas de promouvoir des jeunes…

Wilco Zeelenberg exprime ainsi la complexité du problème : « nous ne sommes pas sous pression car nous sommes dans une situation où de nombreux pilotes veulent venir dans notre équipe », a déclaré le directeur de l’équipe Petronas à GPspirit. « Bien sûr, nous avons à l’esprit des pilotes que nous aimerions avoir. Mais je ne peux donner aucun nom. Nous avons le temps. Nous devons d’abord attendre et voir quand et si le championnat commence. »

 

 

 

Le projet Petronas est né précisément pour donner de l’espace aux jeunes pilotes et lors de la première année en MotoGP, il a obtenu des résultats extraordinaires, au-delà des attentes avec Fabio Quartararo. A tel point que cette année, le titre mondial est carrément visé, s’il y a un championnat. « Nous avons vu avec Fabio qu’il y a toujours un pilote qui peut très bien rouler sur cette moto. Lorsque nous avons engagé Fabio, personne ne s’intéressait à lui. Nous le voulions parce que nous connaissions ses compétences. En tant que successeur, nous avons quelques noms en tête qui, à notre avis, peuvent très bien fonctionner. Notre structure d’équipe est organisée de manière à attirer de nouveaux talents et à les former pour une équipe d’usine à l’avenir. C’était notre souhait », a déclaré Wilco Zeelenberg.

Certes, mais, du coup, quelle place pour le quadra Valentino Rossi, partant du principe que la place de Franco Morbidelli n’est a priori nullement menacée ?  « Les nouvelles de Valentino sont une autre histoire. Nous n’en avons pas encore parlé à Yamaha. » Une conclusion qui met en lumière l’ampleur du problème à résoudre…



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team