Pol Espargaró a prévenu : il ne veut pas vivre lors de la seconde partie de cette saison de MotoGP ce qu’il a déjà vécu lors de la première. Soit une Honda incernable qui lui a apporté comme seul record jusqu’à présent celui du nombre de chutes par concurrent engagé après neuf Grands Prix. L’ancien de KTM en est à 13. Et il est suivi de près par Alex Marquez qui en regrette 10, Marc Marquez qui en a 9 avec deux meetings en moins au compteur alors que Nakagami tente de limiter les dégâts à 6. Mais ça fait tout de même beaucoup de pilotes Honda dans ce classement peu prisé…

Pol Espargaró est arrivé chez Honda avec un sourire qui s’est depuis crispé. Les premières impressions de l’intersaison somme toute encourageantes ont fait long feu avec une succession de déceptions au fur et à mesure que le calendrier s’est écoulé. Aux chutes s’est ajouté une méthode de travail aussi mal cernée que la RC213V ce qui a amené l’Espagnol à faire des commentaires qui ne sont pas passés inaperçus. Sincère et maladroit, il s’est attiré les foudres d’anciens cadres tel que Livio Suppo tandis que la victoire de Marc Marquez au Sachsenring a été une dure leçon.

La trêve estivale était donc plus que souhaitée pour stopper cette spirale infernale, recharger ses batteries et se recentrer pour le cadet des Espargaró qui, cependant, n’édulcore toujours pas son discours lorsqu’il s’agit de parler de Honda. On sait qu’il a déjà fait part de sa certitude que le premier constructeur mondial travaillait moins que ses concurrents, jusqu’à prendre deux ans de retard, et voici, qu’à présent, il prévient HRC sur l’avenir.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Pol Espargaró (@polespargaro)

Pol Espargaró : “il peut y avoir 50 chemins de travail différents. Mais cela ne signifie pas que ces motos vont fonctionner

Dans des propos ramenés par Motorsport qui l’a croisé lors d’un entraînement à Barcelone sur une CBR triple R, Pol Espargaró fait ainsi la leçon : « je ne pense pas que nous puissions commencer à travailler sur l’année prochaine si nous ne résolvons pas les problèmes actuels avant ». Il ajoute : « les améliorations futures commencent par les améliorations actuelles, maintenant. Nous devons comprendre ce qui nous arrive, pourquoi cela nous arrive et comment le résoudre ».

« On ne peut pas construire une moto à partir de zéro sans remédier d’abord aux problèmes que nous avons », explique le pilote lors de sa journée de piste. « Bien sûr, Honda travaille sur les nouvelles motos, et il peut y avoir 50 chemins de travail différents. Mais cela ne signifie pas que ces motos vont fonctionner. Si nous parvenons à renverser la situation, la moto de l’année prochaine sera celle qui roulera et fonctionnera dès le premier jour, sans avoir à se battre jusqu’à la fin de la saison comme cela s’est produit cette année », termine Pol Espargaró qui insiste ainsi sur le fait qu’avoir les moyens sans les exploiter avec méthode ne sert à rien. En ce sens, et au vu de la force de réaction rapide de son ancien employeur KTM constatée après une entame compliquée pour les RC16,  l’Espagnol a de quoi effectivement s’interroger.

Pol Espargaró

 



Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team