Pol Espargaró était considéré comme un leader dans un projet KTM auquel il avait adhéré dès son début, mais il a choisi d’aller défier en tant que challenger le redoutable Marc Marquez dans son antre Repsol Honda. Sa première saison sur la RC213V n’est pas encore terminée, mais l’Espagnol se rend déjà à l’évidence. Comme Dani Pedrosa et Jorge Lorenzo avant lui, l’octuple Champion du Monde a dilué son équipier dans l’espace Honda jusqu’à dissoudre sa confiance. En plein spleen, Pol Espargaró rend ainsi les armes.

Silverstone avec sa pole position et son top 5 obtenu à l’arrivée d’une course qu’il a menée à son début n’auront été qu’une furtive éclaircie dans le parcours de Pol Espargaró chez Honda. Une marque qui ne brille pas elle-même en MotoGP, catégorie où elle n’a ramené que deux podiums en deux ans. Son grand leader Marc Marquez est encore loin de sa forme et c’est un véritable souci car il est tout simplement incontournable. Tout repose encore sur lui. Et Honda ne change pas de stratégie.

Ainsi, c’est Marc Marquez qui travaille, malgré son état, sur la version 2022 à venir de la RC213V. Le pilote test Stefan Bradl l’a signalé en avouant qu’il ne voyait même plus passer les nouveautés, directement envoyées dans le box de Marc Marquez. Les autres pilotes de la marque n’ont qu’à subir, attendre, et faire avec. Une situation peu valorisante qui s’applique aussi à Pol Espargaró, qui assiste d’autant plus à la scène qu’il est aux premières loges en tant qu’équipier de l’octuple Champion du Monde.

Pol Espargaró

Pol Espargaró : “vous ne pouvez pas suivre ce que les pilotes plus lents vous disent

Le cadet d’un Aleix en pleine euphorie sur son Aprilia prend-il ombrage de ce rôle de faire-valoir pour lequel il n’a certainement pas signé ? Même plus. Il se montre en revanche résigné : « c’est simple : c’est le plus rapide. C’est la chose la plus évidente qu’une équipe doit faire, vous ne pouvez pas suivre ce que les pilotes plus lents vous disent. Ce serait un gros problème », a-t-il déclaré à Motorsport.com. L’Espagnol ajoute : « je ne sais pas ce qu’ils ont prévu pour les essais à Misano, mais je sais qu’ils travaillent dur. Je suis convaincu que nous allons progresser ».

Après la première journée du Grand Prix de Saint Marin, le pilote d’usine Honda de 30 ans avait repris un peu du poil de la bête : « ça s’est plutôt bien passé, surtout le matin, j’étais rapide sur le sec. J’ai fait le sixième tour le plus rapide avec des pneus usés, ce qui était vraiment bien. J’en suis satisfait. L’après-midi aussi, ça s’est bien passé avec les pneus pluie », a ajouté le pilote Repsol Honda, malgré un temps au tour modeste sur le mouillé. « J’étais rapide quand c’était encore très humide, mais avec le temps les performances se sont détériorées car j’avais fait beaucoup de tours avec les pneus. Je pense que c’était 23 tours, après quoi les pneus étaient passés. Mais dans l’ensemble je suis content du départ, c’était une bonne journée ».

Pol Espargaró




Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team