Alors que le MotoGP va clôturer sa saison ce week-end à Portimao, le WSBK est déjà dans son intersaison 2021 à Jerez. L’occasion d’écouter les derniers potins et même les petites histoires qui font les grandes. Ainsi, entre les séances d’essai, le Turc Toprak Razgatlioglu avoue qu’il aurait dû faire ses grands débuts en MotoGP lors du premier meeting à Valence. Mais un monstre lui a coupé les ailes. Explication…

Il est l’un des grands espoirs de la catégorie WSBK et le successeur de Kenan Sofuoglu sur la piste et dans les cœurs des Turcs. Il s’agit du bouillant Toprak Razgatlioglu, aussi impitoyable sur la piste que discret dans le box. Mais on le sait déterminé. On rappellera que s’il est actuellement chez Yamaha, c’est parce qu’il a estimé que Kawasaki, la marque avec laquelle il s’est formé, ne le considérait pas suffisamment…

Chez Yamaha, on revanche, on l’a repéré. Au point qu’il aurait dû faire ses débuts en MotoGP lorsque l’infection à la COVID-19 n’était pas levée pour un Valentino Rossi qui sortait de quarantaine et qui venait de manquer les deux courses en Aragon. Arrivé à Valence, le Doctor n’était pas certain de reprendre le guidon de sa M1. Une opération qu’il n’a pu faire que le samedi, après quitus médical.

Un problème de boisson

Mais le vendredi, on a vu le pilote WSBK Garett Gerloff évoluer aux côtés de Maverick Viñales. Une journée au cours de laquelle l’Américain a fait très bonne impression. Une chance pour lui, car on comprend avec Toprak Razgatlioglu qu’il n’aurait jamais dû être là…

Le Turc explique ainsi sur Motosprint : « Yamaha m’a vraiment demandé, mais je ne pouvais pas. Mon sponsor est Red Bull, le sponsor de l’équipe est Monster. Les choses ne s’emboîtaient pas, au contraire, elles se heurtaient ». Le monstre lui a donc coupé les ailes. Mais au vu de la considération dont jouit Toprak, il n’est plus loin de prendre son envol…