Le weekend prochain, l’officiel Yamaha Quartararo poursuivra sa lancée au Grand Prix du Portugal à Portimão. Ce sera d’autant plus passionnant à suivre qu’un certain Marc Márquez fera son retour à la compétition sur sa Honda après une longue convalescence. On rappellera que le tracé sera une découverte pour l’octuple Champion du Monde au guidon d’une MotoGP. L’Espagnol n’a arpenté ce circuit situé en Algarve qu’avec une RC213V-S d’entraînement. Mais chez le pilote Yamaha, si cette échéance est attendue avec impatience, c’est surtout parce qu’elle livrera quelques certitudes sur le niveau général de la M1…

Yamaha sort incontestablement grandi des deux premiers Grands Prix de la saison 2021 qui se sont déroulés sur le même tracé de Losail. Ses deux pilotes que sont Maverick Viñales et Fabio Quartararo se sont en effet partagés la victoire en deux week-ends consécutifs, se jouant avec leur agile M1 des puissantes Ducati réduites aux accessits. De bon augure pour la suite de la saison ? Voire ! Les M1 version Petronas ont été loin du compte et il est déjà arrivé que la moto frappée des trois diapasons montre un niveau diamétralement opposé d’un Grand Prix à l’autre.

Un mystère dont le vainqueur du Grand Prix de Doha, Fabio Quartararo, attend la résolution avec impatience. Sur le prochain Grand Prix du Portugal, il dit ainsi sur sa monture : « Nous verrons dans deux semaines car Portimão est l’une des pistes les plus difficiles pour nous. Nous y avons souffert et, au final, à part Franco (Morbidelli) qui a des spécifications 2019 et qui a terminé troisième, je crois que nous avons fini 10e, 11e et 14e. ». Nous étions alors en 2020 et mis à part Franco Morbidelli qui avait alors la version 2019 de la Yamaha, et qui avait terminé à la troisième place, les autres pilotes du constructeur d’Iwata avaient dû se résigner aux places de 11e, 12e, 14e.

Quartararo : « Je ne peux pas dire si ça va marcher partout »

« Cela sera le moment où nous verrons le potentiel de notre moto. Pour le moment, je peux dire que les dépassements sont bien meilleurs par rapport à l’année dernière, car j’ai le feeling pour sentir la limite : je sais où est la limite ! J’ai eu de très bonnes sensations ici au Qatar donc nous verrons lors des autres courses, mais je me sens bien sur la moto ! » insiste le Français, second provisoire du championnat MotoGP derrière son compatriote Johann Zarco. « En ce moment, les dépassements sont bien meilleurs que l’année dernière car je sens la limite et je sais où est la limite. Je me sentais très bien dans les dépassements. Je pouvais freiner très fort et garder le frein sur l’angle. Mais nous verrons dans les autres courses. »

Une prudence que l’expérience de la saison précédente a forgée : « Chaque chose en son temps ! L’année dernière, j’ai remporté les deux premières courses à Jerez, la deuxième avec huit secondes d’avance ou huit secondes au moment de la course, donc chaque chose en son temps. Nous avons couru deux fois sur le même circuit, donc…
J’ai confiance avec la moto, et je sens que nous pouvons être rapides, mais je ne veux pas vous dire “oui” puis que ce soit “non” » a déclaré l’équipier de Viñales lors de sa conférence de presse d’après Grand Prix de Doha.

« Pour le moment, c’est un moment où je crois en notre moto mais je ne peux pas dire que cela va fonctionner plus tard. Pour le moment, nous avons une très bonne moto » termine Quartararo qui ne regrette ouvertement qu’une seule chose sur sa Yamaha : l’absence du dispositif avant du « holeshot », soit le système d’aide au départ sur la fourche que réclame également Maverick Viñales.

Quartararo Qatar

 



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP