Razlan Razali ne connaitra pas l’intersaison dont il rêvait et qui passait par une rentrée en grande pompe sur son tracé national de Sepang pour une présentation aux petits oignons de son nouveau pilote Valentino Rossi. L’homme de Petronas en a pris son parti et il se rattrapera sur la toile avec une levée du voile en distanciel. Dans un entretien très fourni à GPOne, il parle de cette arrivée du Doctor qui succède à Fabio Quartararo, dont il dit aussi un mot …

Les couleurs Petronas n’ont pas mis longtemps à briller au firmament. En exactement deux ans, elles se sont révélées comme incontournables au sommet des grilles de départ et des podiums du MotoGP. Mieux, en 2020, elles ont apporté six des sept victoires que Yamaha peut revendiquer avec sa M1. Razlan Razali peut être fier de ses troupes et, pourtant, il n’a pas les coudées franches.

Dans son entretien sur ses pilotes 2021, il signale ainsi que Valentino Rossi n’pas été son choix. Par ailleurs, le Doctor succède à un Fabio Quartararo à qui il a donné la chance de sa vie et dont il signale une marge de progression nécessaire à présent qu’il est un pilote du team usine de la marque aux diapasons.

Razlan Razali : « nous avons fait une exception pour Valentino Rossi »

Sur Valentino Rossi, le Malaisien rappelle la raison pour laquelle sa structure évolue en Grand Prix : il s’agit de révéler des jeunes talents. Ce qui n’est pas vraiment le cas de Vale : « nous avons fait une exception pour Valentino Rossi, principalement à cause de la pandémie. Yamaha nous a parlé de Valentino fin 2019 et dans une situation normale nous l’aurions évalué. Comme n’importe quel pilote venant du Moto3 ou du Moto2. Nous sommes toujours à la recherche de jeunes, comme cela s’est produit avec Fabio Quartararo ».

« Mais avoir Valentino est une autre affaire car pour nous en 2021, il sera essentiel d’avoir la stabilité et la performance, c’est important pour la continuité de l’équipe. Nous avons fait une exception pour Valentino, mais nos plans sont toujours de découvrir de nouveaux talents et de les faire grandir pour nous et pour Yamaha à l’avenir ».

Razlan Razali : « vous avez aussi vu à la télé comment Fabio réagit » 

Fabio Quartararo a montré que cette politique porte ses fruits. Mais qu’elle a aussi son revers. Un jeune pilote en pleine expansion découvre ainsi, lorsqu’il arrive à un certain niveau de performance, une pression qui lui était jusque-là étrangère. Le Français a connu une fin de saison décevante au vu des promesses affichée lors de l’entame. Il y a donc un travail à faire de ce côté-là, ce que ne nie pas Razlan Razali qui, malgré les trois victoires enregistrées, a quelques remarques à faire : « je pense que c’était une combinaison due à la nouvelle moto et aussi à l’inexpérience de Fabio dans la gestion des situations » dit-il au sujet de la huitième place final au championnat du tricolore.

« Quand les choses ne vont pas bien, vous avez aussi vu à la télé comment Fabio réagit : il est trop chaud. Il doit se calmer dans certaines situations. Sa moto avait quelques problèmes par rapport à celle de Franco, qui était plus éprouvée et testée. La M1 2020 était complétement nouvelle et nous n’avons pas pu la tester à fond et cela aurait été peut-être nécessaire ». En 2021, Fabio Quartararo aura le statut de pilote d’usine aux côtés de Maverick Viñales.



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team