Cette saison, Valentino Rossi sera pour la première fois depuis des lustres un pilote satellite en Grand Prix. Il rejoint en effet pour la saison 2021 son académicien le plus doué Franco Morbidelli qui est le vice-champion du monde de l’an passé en MotoGP. Les deux hommes ne sont pas sur la même trajectoire de carrière mais l’aîné peut influencer d’une façon ou d’une autre le cadet. Et d’après le directeur de l’équipe aux couleurs malaisiennes, il y a déjà des conséquences …

Johan Stigefelt est la cheville ouvrière de l‘enseigne Petronas en Grand Prix. Ses responsabilités de directeur d’équipe s’étendent également aux projets Moto2 et Moto3, si bien qu’il est à l’écoute des pilotes. En 2021, il sera le directeur d’équipe de Valentino Rossi puisque le nonuple Champion du Monde aux 42 ans consommés sera un des membres de la nébuleuse Petronas en Grand Prix.

Un hôte de choix, placé par Yamaha, et qui va s’accorder six ou sept Grands Prix, selon son complice de toujours Uccio, pour décider de ce qu’il fera en 2022. On le dit prêt à franchir le pas vers une fonction de directeur d’écurie. Et en ce sens, il est carrément en concurrence avec le box qui l’accueille puisqu’il n’est pas exclu qu’il récupère les Yamaha pour en être un représentant à côtés de la structure usine.

Nous n’en sommes pas encore là, mais côté avenir immédiat, Stigefelt est à l’unisson avec le clan Rossi : « nous verrons la performance de Valentino dans les premiers mois de l’année, et nous vérifierons également sa volonté de continuer en 2022 », explique-t-il. « Si nous décidons de rompre, nous chercherons un pilote débutant ».

Rossi est à 25 contre 1

La réflexion est en cours, mais elle n’est pas neutre sur un Franco Morbidelli qui doit tout à la VR46 Académie. Le même Stigefelt dit d’ailleurs : « Franco est un garçon très calme, il est vrai qu’il ne peut cacher un peu de nervosité et d’émotion pour l’idée de travailler à côté une légende comme Valentino. Mais jusqu’à présent, après les discussions que nous avons eues, tout s’est parfaitement déroulé. Je pense que tout ira bien, je suis confiant ». Certes, mais il y a tout de même débat …

Pourtant, pour les bookmakers italiens, il n’y a plus photo entre les deux pilotes. Franco Morbidelli n’a pas à se faire du souci étant évalué à 6,50 contre un dans la perspective de la conquête d’un titre mondial en 2021. Il est au niveau de Miller, Quartararo ou Rins, tandis que Mir et Marc Marquez, malgré le fait qu’il soit incertain, ont une côte de 4,50. Et Rossi ? C’est du 25 contre un. Autant dire qu’il n’est même plus un outsider. Les temps changent …

Rossi n'a plus la côte mais garde son influence ...



Tous les articles sur les Pilotes : Franco Morbidelli, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team