Chez Yamaha, cette saison 2021 ne doit pas être celle de l’approximation, des irrégularités et de la déception. Mais plutôt celle de la rédemption, étant entendu à l’usine d’Iwata que l’on a atteint le seuil de tolérance en 2020. Il y a donc une grosse attente. Mais d’ores et déjà la marque aux diapasons a pris un gros risque. Elle va en effet tout miser sur le Qatar et Cal Crutchlow pour définir les bases sur lesquelles elle se reposera ensuite…

Chez Yamaha, on ne s’est montré jusqu’à présent que lors de la présentation officielle des troupes aux couleurs de l’usine en vue de la saison 2021 de MotoGP qui s’approche à présent à grands pas. Pendant ce temps, Bradl enchainait les tours à Jerez sur la Honda, Aprilia faisait tourner sa nouvelle RS-GP au même endroit qui a aussi été limé par Pirro sur la Ducati. Certes, on n’a pas plus vu les Suzuki, mais la GSX-RR a permis à Joan Mir d’être Champion du Monde et peu de personnes ont trouvé à redire sur la qualité de l’opus d’Hamamatsu. La base est donc apparemment encore bonne et solide. Du côté des diapasons, en revanche …

Au vu de la saison passée et des autres écoulées, puis en écoutant ses pilotes, la M1 a visiblement besoin de grosses évolutions et donc de roulage pour les valider. Justement, c’est pour ça que Cal Crutchlow a été embauché. Mais où est-il et quel est son plan de charge ? Maio Meregalli ci-devant le directeur du team MotoGP Yamaha répond : « nous n’avons pas pu faire les tests plus tôt, tout d’abord parce que notre constructeur est au Japon, et aussi à cause de la quarantaine que Cal devrait faire s’il s’envolait pour le Japon pour faire les tests ». Et il ajoute : « mais même notre pilote d’essai japonais n’a pas été en mesure de faire un shakedown correct au Japon. Donc le vrai shakedown aura lieu au Qatar ».

Yamaha mise donc tout sur Losail. Six jours pour Crutchlow et cinq jours pour les pilotes titulaires sont ainsi programmés. Il faudra  espérer des conditions favorables et aucune chute. Puis projeter les enseignements sur les échéances suivantes de Portimao et Jerez … « Cal devra probablement adapter son style de pilotage à la Yamaha, mais je pense que si vous comparez avec Jorge Lorenzo qui est monté sur la Yamaha à Sepang en 2020, il a dit ‘pour moi, il semble que la moto soit toujours aussi facile à piloter qu’il y a deux ans’ » rappelle Meregalli.

Yamaha aura un programme très chargé au Qatar

« Le premier jour du Shakedown sera donc important pour que Cal s’habitue à la moto, mais dès le deuxième jour, il sera prêt à comparer les nouveaux éléments. Je sais que le matériel qu’ils apportent est très important » prévient le directeur du team MotoGP Yamaha qui termine : « je suis vraiment curieux de voir ce que Cal peut apporter à Yamaha grâce à son expérience précédente et nous attendons de lui qu’il apporte une contribution importante ».

Lin Jarvis ajoute sur crash.net : « nous sommes impatients de participer aux deux tests au Qatar, car on ne sait jamais comment on va être avant d’avoir affronté ses concurrents. Ces premiers tests seront donc très, très importants ». Et il confirme : « nous avons beaucoup de choses à tester, et nous sommes très heureux d’avoir Cal Crutchlow à bord pour travailler avec nous dans ces tests. Il a un programme très chargé devant lui, donc nous avons beaucoup de nouvelles choses à essayer ».

Jarvis a ajouté : « nous sommes assez confiants. Nous ne nous attendons pas à avoir le genre de problèmes techniques que nous avons eus l’année dernière, et nous pensons que notre moto devrait être très équilibrée cette année ». Les pilotes Maverick Viñales et Fabio Quartararo attendent aussi beaucoup de Cal Crutchlow, de Yamaha et du Qatar

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow, Fabio Quartararo, Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP