Nous avons assisté aujourd’hui à Sepang à la véritable rentrée des classes 2019 du MotoGP avec, pour principal objectif, l’appel des présents et la vérification du matériel.

A sa manière, la météo était de la partie puisque, assez exceptionnellement, le ciel était complètement dégagé et aucune goutte de pluie n’est venue perturber cette première journée d’un ShakeDown réservée aux pilotes d’essais ainsi qu’aux pilotes titulaires des constructeurs bénéficiant des Concessions, à savoir KTM et Aprilia.

En conséquence, il a été relevé une température de piste montant jusqu’à 60°, ce qui explique en partie que certains constructeurs ont préféré assurer un service minimum, en attendant demain. Pour les autres, la chaleur a été si élevée qu’il a parfois fallu créer des aérations pour évacuer les calories de l’électronique sous les faux réservoirs…

Chez Yamaha, qui à la base est le constructeur qui loue la piste malaisienne pour ce ShakeDown avant de la sous-louer aux autres, on a seulement mis en température les M1 de Katsuyuki Nakasuga et Jonas Folger (récemment blessé à la clavicule) pour vérifier qu’elles seront prêtes demain. À l’inverse, la structure d’Iwata dédiée à la R1 des 8 Heures de Suzuka a été beaucoup plus active, peut-être mise sous pression par le retour du HRC dans l’épreuve phare de l’endurance mondiale aux yeux des Japonais…

Chez KTM, en l’absence d’un Dani Pedrosa toujours blessé à la clavicule, Mika Kallio (qui semble avoir abandonné son numéro 36 à Joan Mir pour adopter le 66) s’est chargé de faire rouler toutes les motos autrichiennes des teams Red Bull KTM Factory Racing et Red Bull KTM Tech3, en attendant que Pol Espargaro, Johann Zarco, Hafizh Syahrin et Miguel Oliveira en prennent le guidon à partir de la 2e journée.

Mika Kallio testing for KTM at Sepang

KTM test rider Mika Kallio starts the factory's 2019 MotoGP track action in Malaysia.

Gepostet von Crash Net Motogp am Freitag, 1. Februar 2019

On a toutefois pu noter un nouveau montage aérodynamique sur une moto officielle, constitué, grosso modo, du haut du carénage « classique » comportant ses petits appuis latéraux, auquel on est venu adjoindre les ailerons inspirés de ceux des Yamaha. Jusqu’à présent, ceux-ci n’étaient apparus qu’avec un haut de carénage moins anguleux et sans appui. Avec cette version montrée par GPone, on cumule donc les appuis aérodynamiques sur le train avant.

Chez Aprilia, Bradley Smith a mis en piste une RS-GP toute de carbone vêtue maintenant parvenue au poids minimum de 157 kilos. Avec l’arrivée de Massimo Rivola au sommet de la structure de Noale, Romano Albesiano a pu se consacrer à la technique pendant cet hiver, et de nombreuses solutions doivent être testées durant ces prochains jours.

Bradley Smith tests 2019 Aprilia at Sepang

Aprilia test rider Bradley Smith is putting in the laps on day one of the Sepang Shakedown test.

Gepostet von Crash Net Motogp am Donnerstag, 31. Januar 2019

Chez Suzuki, Ducati et Honda, les motos de Sylvain Guintoli, Michele Pirro et Stefan Bradl arboraient leurs couleurs de course, et ces 3 pilotes ont chacun effectué plusieurs runs pour commencer ou continuer le travail de déverminage. Avec Bradley Smith, ils ont été les plus actifs en ce domaine, Sylvain Guintoli ayant été le dernier en piste.

Sylvain Guintoli tests 2019 Suzuki MotoGP bike

Sylvain Guintoli riding the 2019 Suzuki GSX-RR MotoGP bike during the start of private testing at Sepang.

Gepostet von Crash Net Motogp am Donnerstag, 31. Januar 2019

Bien sûr, en attendant les pilotes officiels pour le test officiel IRTA qui se déroulera du 6 au 8 février, aucun transpondeur n’était monté sur les motos, et l’objectif était plus d’aligner des kilomètres que de tenter le moindre chrono.

La suite demain aux même horaires (3h00 – 11h00)…

Crédit photos (et nos remerciements ) : Peter Mc Laren /Crash.net

Tous les articles sur les Pilotes : Bradley Smith, Michele Pirro, Mika Kallio, Stefan Bradl, Sylvain Guintoli

Tous les articles sur les Teams :