Et de trois, avec Sylvain Guintoli ! Si, dans cette saison en Grand Prix, nous avons deux Français au sommet de leur forme, lors du dernier test MotoGP en Catalogne, un troisième larron tricolore a pointé la roue d’une Suzuki GSX-RR qu’il avait perdu de vue depuis un petit moment. Celui que l’on retrouvera au départ des 24 Heures du Mans ce week-end a remplacé au pied levé un Alex Rins blessé. Mais qui devrait être à son poste dans dix jours, sur le Sachsenring pour le Grand Prix d’Allemagne.

Parce que Alex Rins a été blessé après un accident de la circulation en effectuant son entrainement à vélo, Sylvain Guintoli s’est retrouvé sur la GSX-RR lors du test MotoGP à Montmelo. Au Grand Prix de Catalogne, le Français de 38 ans travaillait toujours en tant qu’expert pour BT Sport.

« Ce test a été un plaisir pour moi, je n’ai pas roulé sur la GSX-RR depuis le test du Qatar », a déclaré le pilote d’essai Suzuki. « Mon ressenti était très bon. J’avais un peu peur qu’après une si longue période pendant laquelle je n’avais pas été sur la moto, alors que tout le monde sortait juste de la course, je me fasse complètement démonter en termes de temps au tour », a-t-il admis avec un sourire. « En fait, j’ai eu de bons retours de la moto et des pneus ».

« J’ai très bien terminé le programme d’essais, j’ai effectué 72 tours, c’était un test solide. J’ai fait des tests de référence et travaillé sur un large éventail de choses, y compris le bras oscillant », a déclaré Guintoli qui n’est pas allé plus loin dans le détail.

Suzuki bekam für den Test Unterstützung von Sylvain Guintoli

Guintoli heureux, Rins convalescent, et Joan Mir ? 

Pendant ce temps, Alex Rins travaille dur pour être opérationnel pour le prochain Grand Prix d’Allemagne. Et il le faut car cet accident hors compétition lié à quatre chutes consécutives en Grand Prix met l’Espagnol dans une position délicate dans le box Suzuki. Son chef mécanicien Manuel Cazeaux avoue : « nous traversons la pire phase depuis qu’il fait partie du projet » dit-il. « Les chutes à Portimao et au Mugello étaient similaires. Il est tombé après une petite erreur. À Jerez et au Mans, il y a eu de plus grosses erreurs. Nous devons rester calmes maintenant et rester ensemble en tant qu’équipe ».

Et pour cause : plus personne au sein de celle-ci ne parle de titre de champion du monde pour le n°42. « Notre objectif a changé. Nous devons nous en remettre et obtenir régulièrement de bons résultats pour reprendre confiance. C’est la seule façon de montrer qu’il peut se battre pour les premières places », déclare le chef d’équipe qui n’a aucun doute sur les capacités de son protégé. « Ses performances dominicales nous ont toujours ravis. Malgré des entraînements pas particulièrement bons, il n’arrêtait pas de remonter le dimanche », explique Manuel Cazeaux.

Après sept courses, Alex Rins est à la 15e place du classement des pilotes. Lors des courses précédentes, le pilote Suzuki avait récolté 23 points.

Alex Rins

De son côté, le Champion du Monde Joan Mir a ainsi commenté sa journée d’essai en Catalogne : « ce fut une bonne journée d’essais. Nous n’avions pas beaucoup de choses à tester, mais nous avons travaillé sur la géométrie, des choses comme ma position sur la moto et l’électronique. Tout était positif. J’ai également travaillé un peu sur le réglage de l’amortisseur », a déclaré Mir. « J’ai pu fournir à l’équipe des retours et des informations importants sur un certain nombre de domaines. Maintenant, ils vont travailler sur tout cela et analyser les données », a ajouté le pilote d’usine Suzuki, qui a tout de même critiqué son employeur ce week-end pour son manque d’audace dans l’évolution de la GSX-RR…

Suzuki

MotoGP Test Catalogne : chronos

Crédit classement motogp.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins, Joan Mir, Sylvain Guintoli

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar