En 2021, Valentino Rossi sera à nouveau sur la grille de départ MotoGP. Cette vingt-sixième saison sera cependant sa première comme pilote satellite. Au vu du palmarès 2020 de l’équipe Petronas par rapport à celui de la structure usine Yamaha, il n’y a pas de quoi en prendre ombrage. Mais c’est tout de même un signe qui ne trompe pas : il faudra bien se résoudre bientôt à raccrocher le casque. Dans un entretien avec Sky Sport, le Doctor montre qu’il y pense, et qu’il s’organise en conséquence…

Valentino Rossi poursuit sa route en MotoGP, et on sait que lorsqu’il se résoudra à lâcher son guidon, il se mettra derrière un volant pour limer des circuits avec un bolide. Certes, mais encore ? Dans la vie d’après de Vale, il y aura d’autres moments, qui façonneront sans aucun doute un autre homme. Dans un entretien avec Sky Sport, il en a dessiné les contours. A commencer par la question d’être un père…

Le Doctor débute ainsi sur le sujet : « je pense qu’il y aura une autre partie de la vie. Il y aura d’autres satisfactions, qui cependant ne seront jamais comparables à être un pilote de MotoGP ». Mais les moments seront forts, à commencer par celui-là : « bien sûr, j’adorerais être père. Si je dois attendre pour être prêt, cela n’arrivera jamais. Donc, à un moment donné, je me jetterai à l’eau. Il est également important d’avoir la bonne personne à ses côtés, qui vous fait vous sentir bien ».

Valentino Rossi a été marqué par l’expérience COVID-19

Une compagne qu’il semble tout de même avoir trouvé. Le couple s’affiche de plus en plus fréquemment, et surtout depuis la quarantaine imposée par l’infection à la COVID-19. Une expérience qui a laissé des traces : « avoir des gens qui m’aiment, sur lesquels compter, c’est important » commente Rossi. « C’était une expérience dont je me serais volontiers passé. Pour la première fois, les gens ne voulaient pas s’approcher de moi, même ma maman était distante. Cela m’a fait une petite impression, je n’avais pas peur car j’ai toujours été bien. J’étais désolé de ne pas courir ».

Mais lorsque tout s’arrêtera, pourrons-nous encore profiter du prodige de Tavullia dans le paddock. Comme team manager de ses couleurs VR46 par exemple ? « Il y a des années, je vous aurais dit non », analyse Vale. « Ensuite, nous nous sommes retrouvés très bien dans l’équipe Moto2 et Moto3 avec Sky. Être une équipe MotoGP est une tout autre chose, il faut bien se structurer et trouver beaucoup d’argent. C’est la chose plus compliquée. L’année prochaine, nous allons le tester avec Luca Marini et ensuite nous déciderons quoi faire ».

Il termine : « je pense que je déciderai au cours de l’été prochain de continuer ou non. Je n’ai pas encore décidé d’arrêter. J’espère que l’année prochaine en Europe nous courrons avec les bonnes dates, il y aura une petite pause entre les deux et je pense que je déciderai à ce moment -là. Donnez-moi encore une fois un peu de temps, et je vous ferai savoir  ».



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP