Le team Yamaha usine est attendu au tournant dans une saison 2021 où son sort sera entre les mains d’une paire de pilotes rajeunie. Et pour cause : Valentino Rossi est parti faire grimper une moyenne d’âge dans l’équipe Petronas qui veut former les jeunes tandis que celui qui a été révélé sous les couleurs malaisiennes, en l’occurrence Fabio Quartararo, fait le chemin inverse en prenant place aux côtés de Maverick Viñales. Certes, mais le meilleur pilote 2020 de la marque a été Franco Morbidelli qui sera a priori techniquement le moins bien servi cette année. D’où cette interrogation : pourquoi Yamaha ne semble jamais dans le bon tempo ?

Chez Yamaha, on est bien placé pour savoir que les titres se ratent depuis 2015, et que le dernier Champion du monde connu à Iwata est Jorge Lorenzo. Il faut dire que la marque a subi comme les autres la domination d’une Honda avec un Marc Marquez dessus. Mais même ce dernier absent, les M1 ne concrétisent pas. Et pourtant, avec sept victoires en 14 courses en 2020, il n’y a pas de quoi jeter la pierre au Général en chef Lin Jarvis.

Sans doute, mais le résultat final est là et souvent décevant. A ceci s’ajoute des problèmes d’adhérence, sans parler d’un moteur qui ne se fait plus seulement remarquer par une vitesse de pointe déprimante, mais aussi par des soupapes qui lui ont valu une sanction. Et puis à quoi bon des victoires si elles sont partagées ? Il manque un patron et une régularité. Comment faire, dès lors, pour retrouver de la cohérence. D’aucuns pensent qu’il faudrait déjà faire les bons choix au bon moment.

Ce qui revient à parler des décisions au sujet des pilotes. Maverick Viñales a été confirmé le 20 janvier 2020 et dans la foulée Fabio Quartararo a été annoncé. Mais au terme de la campagne 2020, le vice-champion du monde s’appelle Franco Morbidelli… Sur ce constat qui suscite des interrogations, Lin Jarvis commente : … « Nous sommes très contents de notre choix. Nous croyons en nos pilotes que nous avons choisis pour 2021 et 2022 », a déclaré le directeur général. « Il y a six constructeurs et tout le monde comprend que le pilote est très important si vous voulez atteindre votre objectif d’être champion du monde ».

Yamaha assume ses choix

Oui mais quid de Morbidelli ? « Les résultats ultérieurs de Franky cette saison ont été très, très bons. Et cela met Franky dans une bonne position » a ajouté Lin Jarvis. « Mais gardez à l’esprit que Franky pilotera une Yamaha en 2022, si nous confirmons le nouveau contrat avec Petronas. C’est donc toujours difficile. D’une certaine manière, c’est le jeu. À un certain moment, vous devez faire votre choix avec toutes les informations, avec toutes les bonnes attentes que vous avez. Faites votre choix et courez avec. Je suis content de nos choix ».

Et en effet. Il y a un an, Ducati voulait Viñales tandis que Quartararo était plus que courtisé après sa très probante première année en MotoGP. Il a donc fallu ancrer ces deux pilotes chez Yamaha, et c’est ce que Lin Jarvis a fait. On est certes toujours plus malin après et comme le souligne le Britannique, Morbidelli peut toujours être sur une M1 en 2022. Mais avant cela, il y aura 2021. Et peut-être encore une nouvelle donne !



Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP