Pour le moment, il est encore “le frère de”, mais, peu à peu, Darryn Binder est en train de se forger un prénom… Et une sacrée réputation.

Depuis 3 ans, Brad Binder défend les couleurs officielles KTM en Moto2 et son talent est tel qu’il pourrait très bien se retrouver sur une MotoGP RC16 dès l’année prochaine…

Plus jeune de 3 ans, un look de surfeur californien, son frère cadet Darryn a encore tout a prouver malgré des débuts dans la même formule Red Bull MotoGP Rookies Cup. Sa carrière est davantage en dents de scie que celle de ce dernier, avec notamment un passage assez décevant chez Red Bull KTM Ajo en 2018. Mais le Sud-Africain n’a assurément pas froid aux yeux et, cette année, ses freinages commencent à être d’anthologie.

A ce titre, il suffisait de regarder sa course au Mugello pour s’en rendre compte : Systématiquement doublé par les Honda dans la longue ligne droite, sa KTM du team CIP-Green Power faisait le freinage à tout le monde à San Donato. Cette capacité à freiner fort, très fort,  lui a d’ailleurs valu une 2e place en Argentine et quelques plaintes, mais le #40 n’entend pas en rester là.

C’est donc avec une certaine impatience que le pilote de 21 ans s’est rendu en Toscane en Italie pour le sixième Grand Prix de la saison, malgré une douleur persistante suite à sa récente opération de la main gauche. Contraint de serrer les dents tout au long des trois jours. Darryn Binder le fut également de passer de justesse par une Q1 où le Sud-Africain s’est toutefois montré suffisamment incisif pour terminer troisième de la séance. Finalement positionné 13e sur la grille, Darryn Binder a encore réalisé un départ fulgurant pour se hisser dans le peloton de tête, et même à la 2e place au 5e passage. Après une lutte au coude-à-coude, dans les derniers tours, il se fait accrocher par un concurrent et perd du terrain. Il conclut l’épreuve sur une honnête dixième place à 1.5s du leader.

Darryn Binder (10e) : « Ce week-end a été quasiment parfait. J’avais un bon feeling à la fin de la première journée. Samedi, j’ai réussi à rejoindre la Q2 et à décrocher une bonne place sur la grille. En course, j’ai pu rejoindre le groupe de tête et je me battais pour le podium. Mais à cinq tours de l’arrivée, un pilote m’a percuté, ce qui m’a fait perdre 1 seconde et décrocher du groupe de tête. J’ai vraiment essayé de faire la jonction, mais malheureusement, au moment où j’ai commencé à revenir, la course touchait à sa fin. Dans l’ensemble, le week-end a été positif et j’attends Barcelone avec impatience ».

Alain Bronec (Propriétaire de l’équipe) : « Encore une fantastique course de Darryn qui partait de la 13e place sur la grille. Il s’est hissé aux avant-postes dès le départ et il y a longtemps figuré. Il signe le cinquième meilleur tour à deux dixièmes seulement. C’est très intéressant pour nous, car il est encore en pleine convalescence avec des douleurs persistantes à la main gauche. Il a animé la course et il a toujours été présent. Un accrochage lui a fait perdre du temps et l’aspiration du groupe. Il n’a ainsi pas pu se battre pour la victoire dans le dernier tour. Il a néanmoins démontré que tout allait très bien et nous sommes très contents ! »

Darryn Binder vous donne rendez-vous dans une semaine, au bout de la ligne droite de Barcelone…

Tous les articles sur les Pilotes : Darryn Binder

Tous les articles sur les Teams : CIP-Green Power