C’est un des événements de ce début de saison dans les championnats vitesse sur circuit. Et il ne vient pas pour une fois du MotoGP. Il s’agit de Superbike, une discipline qui était jusque-là sous le joug d’un Jonathan Rea sur une Kawasaki et qui est tombé sous le règne sans partage d’un Alvaro Bautista sur une Ducati V4R. La faute à la moto ? Pas vraiment. Son équipier Chaz Davies a la même et il est loin de pouvoir prétendre à la victoire. L’Espagnol en a raflé onze sur onze… Alors ? Pour répondre, il faudrait regarder du côté d’Andrea Dovzioso

Et c’est même l’officiel Ducati en MotoGP, actuel leader du championnat qui lève le voile : « Bautista fait quelque chose d’exceptionnel, mais ce n’est pas nouveau pour moi. Je l’ai affronté en 125cc, 250cc et plusieurs années en MotoGP. Je le connais bien et je pense que tout au long de sa carrière, il n’a jamais vraiment réalisé à quel point il était fort ».

La métamorphose trouverait donc sa source dans une case mentale libérée. Le genre de gestion psychologique qui a aussi transformé Dovi en DesmoDovi. Ce qui nous ramène à un homme : le manager Simone Battistella. Et ça tombe bien puisqu’il est aussi manager de l’Espagnol !

« C’est vrai qu’il a reçu une très forte Ducati, mais grâce à notre manager, je sais sur quoi il a travaillé et où il s’est amélioré, il occupe une meilleure position personnelle que par le passé – il a pu travailler sur certains de ses défauts. Je ne suis donc pas du tout surpris de son succès » termine l’équipier de Petrucci dans des propos rapportés par le site officiel du WSBK.



Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team