Avec 18 victoires et 43 podiums en Supersport, mais également une victoire en Grand Prix Moto2, Jules est le pilote qui totalise le plus grand nombre de meilleures performances en SSP 600. Vainqueur en Thaïlande lors de la deuxième épreuve de cette année, deuxième à Phillip Island, il vient de terminer troisième dimanche à Jerez.

Après deux excellentes premières courses, ça a été un peu plus compliqué parfois par la suite, puis le week-end dernier tu t’es classé troisième à une seconde du premier.

Penses-tu que la victoire aurait pu être possible avec des circonstances plus favorables ?

« Des circonstances plus favorables, ça aurait été une erreur de mes adversaires, or c’était impossible. Donc j’en suis lucide, et je pense que c’est important. Quand ils ont voulu accélérer lors des trois derniers tours, je n’ai rien pu faire ».

Tu as terminé troisième de la première journée d’essais. Ça t’a donné confiance ?

« Oui, ça m’a donné confiance, mais pas spécialement par rapport à l’écart parce qu’il était énorme au niveau des deux Yamaha de l’équipe Bardahl Evan Bros. WorldSSP Team. Il fallait absolument qu’on trouve des solutions parce que je ne tenais pas spécialement à finir troisième ».

« Mon objectif est que l’on progresse. On a essayé plusieurs possibilités pour trouver de la performance mais en réalité ça a été l’inverse, on est allés droit dans le mur le samedi ».

Tu as chuté lourdement lors de la Superpole, sans avoir pu ensuite défendre tes chances après avoir réalisé le huitième temps. As-tu alors été inquiet pour la course ?

« Oui, j’ai été inquiet, surtout le samedi soir parce qu’on n’était vraiment pas bien. Je n’avais pas un bon feeling. A peu près tout le monde avait progressé, sauf nous. On a essayé un braquet qui a été catastrophique parce qu’il me faisait passer beaucoup plus souvent les vitesses ».

« Finalement j’ai chuté dans une cassure rapide en passant la cinquième. Pour le dimanche, on est repassé à un braquet totalement opposé à ce qu’on avait avant ».

En course, tu es passé 3e au 13e tour en doublant Raffaele de Rosa. Le peloton comprenait 6 pilotes groupés en 1 seconde : Krummenacher, Caricasulo, toi, de Rosa, Mahias et Gradinger. On s’est régalés en regardant la course. Et toi, sur la moto ?

« Moi, sur la moto, je n’ai pas pris un spécialement bon départ. Je me suis retrouvé on va dire dernier du paquet. J’ai rejoint Corentin (Perolari) qui avait pris un meilleur départ que moi. Il a fallu que je me concentre et que je reste calme pour passer tout ce petit monde et revenir aux avant-postes, ce que j’ai réussi à faire ».

« J’ai perdu pas mal de temps pour passer un pilote, ça n’a pas joué sur la fin de course mais ça a été pour moi le seul moment vraiment pénible. Ça fait partie de la course.

« Je suis très content parce que j’étais derrière le groupe et je suis parvenu à revenir sur le leadership. J’ai pu y croire un petit peu, mais ils m’ont tué mes espoirs dans les derniers tours ».

Les trois premiers du Championnat du Monde Randy Krummenacher, Federico Caricasulo et toi pilotez tous des Yamaha. Est-ce un avantage ou un inconvénient ?

« En fait ni l’un ni l’autre parce qu’il n’y a pas d’échanges d’informations entre les équipes. Ce n’est pas un avantage, mais ce n’est pas non plus un inconvénient. Il faut qu’avec l’équipe GMT94 Yamaha on trouve ce qui fonctionne et c’est ce qu’on cherche, mais pour le moment on a un petit peu de mal ».

« Ce qui est plutôt cool, c’est que je pense qu’on a trouvé plutôt la bonne direction pour la prochaine course de Misano ».

Comment vois-tu la suite du Championnat ?

« Je suis positif parce qu’Imola a été une belle course jusqu’au souci technique, mais là à Jerez on n’a plus eu du tout ce genre de problème. L’équipe a bien travaillé entre les deux courses ».

« Au niveau performances, on était en grande difficulté pendant les essais. Mais finalement dimanche matin on a trouvé une bonne solution qui nous a permis de gagner une demi-seconde par rapport à la qualif. C’est ce qui m’a permis de me retrouver troisième ».

« Donc pour moi c’est positif de repartir sur ce rythme, au moins à la place que j’avais on va dire en gros avant la tournée européenne (Ndlr : premier ex-aequo du classement provisoire du Championnat du Monde avec Krummenacher, après la deuxième épreuve en Thaïlande). Et il faut qu’on parte de là et qu’on progresse pour pouvoir aller les titiller ! ».

Photos © GMT94 Yamaha

Tous les articles sur les Pilotes : Jules Cluzel

Tous les articles sur les Teams :