L’arrivée de Dani Pedrosa dans un projet KTM qui en est à sa troisième saison MotoGP a suscité bien des commentaires dans le paddock. Certains y ont vu une bonne affaire pour accélérer le développement de la RC16 alors que d’autres ont plutôt envisagé l’opération comme un bon coup de pub. Pit Beirer, directeur de KTM Motorsport, donne sa version…

Une petite taille, un poids plume, Dani Pedrosa est une exception physique parmi les pilotes MotoGP, et ces mensurations jouent sur les réglages d’une moto. Cal Crutchlow, à l’époque où Pedrosa était encore possiblement un futur pilote test Honda, soulignait cette singularité en doutant qu’elle puisse apporter quoi que ce soit de positif au reste de la troupe HRC dans une mise au point. Mais KTM a sauté sur l’occasion de profiter de l’expérience d’un triple Champion du Monde et vice-champion du monde en MotoGP en 2007, 2010 et 2012. Ses 31 victoires parlent aussi pour lui. Mais son corps usé par tant de blessures contre.

C’est ce dernier qui a d’abord craqué, du côté d’une clavicule qui a dû subir une délicate opération et une longue convalescence. La théorie des tenants du vecteur de notoriété a alors pris le dessus. Mais depuis, Pedrosa a remis le cuir. Et c’est l’approche de l’embauche utile qui prend actuellement l’avantage.

Un débat que Pit Beirer veut stopper, en donnant sa version officielle : « Dani a fait quelques tours en décembre et nous avons beaucoup contribué à ce test. Certaines des parties que nous voyons maintenant sur notre moto proviennent de ce test » a déclaré Beirer, en donnant un exemple de l’influence du pilote âgé de 33 ans. « Il était également à l’usine entre les deux et a donné aux ingénieurs toutes les impressions. Dani fournit des informations précises sur le matériel, ce qu’il veut, ce qui doit changer » a insisté le directeur de KTM Motorsport, à “Motorsport-Total.com”. « Je suis extrêmement surpris de la profondeur avec laquelle il peut entrer dans les détails ».

« Je peux promettre qu’il restera avec nous à long terme. Il n’est pas une action marketing. Dani ne gagne pas un peu d’argent avec nous en allant dans le paddock pour s’amuser. Mais c’est un pilote et il veut travailler avec nous, et nous voulons améliorer la moto avec lui. Il sera une pièce dans notre mosaïque » continue Beirer.

Sur sa corpulence, le même Beirer parle plus d’un avantage que d’un inconvénient pour la mise au point de la RC16 : « la moto doit être extrêmement réactive et facile à manipuler. Si vous avez un pilote pesant au maximum 50 kg, vous devez rendre la moto extrêmement mobile ».

Il ajoute : « de plus, à l’exception de Miguel Oliveira, rookie en MotoGP, Pedrosa est le premier pilote KTM à n’avoir jamais piloté une Yamaha. Dani connaît un moteur V4 parfait et peut nous dire que nous avons des points forts auxquels nous devons nous tenir, mais que nous avons aussi des points faibles sur lesquels nous devons travailler. Si vous doutez de tout, vous pouvez jeter de bonnes pièces et Dani a été très utile durant ce court laps de temps ».

On rappellera aussi que Pedrosa retrouve Mike Leitner qui a été son chef d’équipe chez Honda jusqu’à la fin de 2014. Ensemble, ils ont également remporté deux titres mondiaux dans la catégorie 250cc.

Tous les articles sur les Pilotes : Dani Pedrosa

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP