Une victoire au terme de la course 1, un succès dans la course 2 et une seconde place sous le drapeau à damier de la course site de la Superpole, c’est presque un carton plein qu’a réalisé l’officiel Ducati Scott Redding à Jerez. Le patron, c’est lui en ce début de saison ce qui lui donne la hauteur pour évaluer ses sujets du tumultueux peloton du WSBK. Il le fait dans le style direct qu’on lui connaît. Et l’Anglais consacre son attention sur un pilote plus particulièrement…

Scott Redding a fait le bonheur de Ducati à Jerez en prenant deux victoires et trois podiums qui lui donnent le leadership du championnat. Mais comme il le dit lui-même, rien n’est acquis, loin de là, surtout face à un Jonathan Rea qui a démontré l’an dernier qu’il n’était jamais battu tant que le coup de sifflet final n’était pas donné.

« Depuis le canapé, cela a pu ressembler à une course ennuyeuse, mais pas pour moi sur une moto. C’était une course chaude et exigeante. C’était la première fois que je menais une course WSBK depuis le début », a déclaré Redding.

« Dans ces conditions, ce fut un test difficile pour moi et aussi pour les pneus. C’est toujours nouveau pour moi. Je devais être prudent, mais si je peux gagner des courses de cette façon, cela me donne beaucoup de confiance. C’était bien pour moi de mieux comprendre les pneus et la catégorie », déclare le désormais leader du classement général du WSBK.

Sur la course 2 victorieuse, il ajoute : « j’avais l’impression d’être plus rapide que Johnny Rea. J’avais très faim après la course Superpole parce que je sentais que je pouvais le battre, mais Toprak s’est battu très fort et ça m’a coûté la victoire. J’avais vraiment faim. Je voulais passer et prouver que je pouvais mener une course », a déclaré le pilote Ducati.

« Toprak Razgatlioglu fait des manœuvres assez dangereuses »

Si Redding mentionne le bouillant Turc Toprak Razgatlioglu, c’est pour lui réserver un commentaire personnalisé… « Toprak est si agressif sur les freins. Il est difficile de se battre contre lui, c’est pourquoi Johnny s’est échappé », a déclaré Redding, qui a terminé derrière Jonathan Rea dans la course Superpole. Sans le duel avec Razgatlioglu, Redding aurait pu jouer la première place dans les derniers tours.

Mais Razgatlioglu a contré encore et encore et a freiné plus tard comme Redding, qui était déjà en tête avant les virages. « Il a fait des manœuvres que je trouve assez dangereuses. Il vient de l’extérieur quand je tourne le virage. Ce n’est pas vraiment normal, mais c’est son style », précise Redding.

« J’ai roulé en BSB l’année dernière. Ce n’est pas pire que là-bas », met-il en perspective. « Tant que c’est sûr, je m’en fiche. Je respecte toujours les autres pilotes. En fin de compte, nous risquons nos vies. Ces manœuvres lorsqu’un pilote arrive de l’extérieur sont très dangereuses ».

« Mais c’est comme ça. Si je dois le combattre, je piloterai plus fort. Tant que c’est juste, je suis satisfait », explique Redding. Dans la deuxième course principale, Redding a évité le duel. Au deuxième tour, il a pris la tête et s’est enfui…



Tous les articles sur les Pilotes : Scott Redding