Le dernier rendez-vous avant la trêve estivale du championnat WSBK qu’était Laguna Seca aura dont été un nouveau cauchemar pour Álvaro Bautista. L’officiel Ducati n’a ainsi pas vu l’arrivée des trois courses, et il quitte ce champ de désolation avec les ligaments d’une épaule gauche à ce points touchés qu’ils sont la cause de son abandon dans la dernière manche. Bautista regrette maintenant 81 points de retard sur un Jonathan Rea prêt à ceindre sa cinquième couronne mondiale…

Pour bien saisir l’étonnant retournement de situation dans cette catégorie où il a remporté 11 courses en début de saison, Álvaro Bautista explique clairement sa situation : « d’un point de vue mathématique, ce n’est pas fini, mais il est également vrai que Rea peut toujours terminer deuxième même si je remporte toutes les courses restantes. Le championnat n’est plus entre mes mains. Je ne peux que gagner autant de courses que possible, mais je ne pense plus au titre ».

Jouer les épiciers avisés et finir simplement second ? Jonathan Rea répond : « certainement pas. Il n’y a pas de stratégie. Mais je n’y ai pas encore pensé. Comme la Ducati est si rapide, j’ai besoin d’une avance pour les dernières courses, comme je l’ai toujours dit. Je m’attendais à être rapide à Laguna. Néanmoins, je suis positivement surpris par notre rythme ».

En revanche pur le pilote Ducati, la situation est d’autant plus préoccupante qu’elle n’est pas comprise. A tel point que l’on s’en remet même à la superstition. Mais sans plus de succès ! : « pour essayer de me débarrasser de la malchance, j’ai coupé les cheveux à zéro. C’était peut-être cette teinture blonde qui me portait malchance. J’ai essayé, mais cela n’a pas fonctionné. Rien, la malchance ne s’en va pas », a commenté Bautista qui a vécu une série de cinq chutes consécutives. Dont une consécutive d’un choc avec Toprak Razgatlioglu qui lui a endommagé l’épaule gauche…

Une blessure qui est la cause de son jet de l’éponge au début de la dernière course : « plus que la douleur, je n’avais aucune force et j’ai préféré m’arrêter immédiatement avant de faire d’autres dégâts. Même dans la ligne droite, je ne pouvais pas garder la moto, j’avais l’impression d’avoir plus de puissance qu’une MotoGP dans les mains. Je ne sais toujours pas s’il y a quelque chose de cassé dans les ligaments de l’épaule gauche ».

Autant dire que, pour l’équipier d’un Davies qui a retrouvé la victoire après plus de quinze mois de disette, cette trêve estivale arrive à point nommé : « le plus important est de récupérer physiquement, d’éteindre le cerveau et de partir en vacances. Nous reprendrons ensuite confiance en notre moto. Bien sûr, nous pouvons encore l’améliorer, mais la seule différence entre maintenant et le début du championnat, c’est que j’ai gagné la première fois et maintenant je tombe ».

Il termine : « ce n’est pas un problème de tête car je suis toujours rapide. Dans la course 1, je me sentais calme. La seule chute que je considère comme « normale » a été celle de Donington sur le mouillé. Dans ce cas, cela peut arriver… Mais pour les autres, je n’ai pas d’explication. Je ne suis tombé que dans la course. Et c’est étrange parce que dans les essais j’attaque même plus, pour trouver la limite. Je ne pensais certainement pas terminer la première partie de cette saison de cette façon. Je n’ai aucune explication à ce qui m’arrive. C’est difficile à comprendre ». Et en plus, rien n’est encore signé pour 2020…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team