C’est un Alex Marquez frustré de retrouver l’arrière du peloton après les espoirs affichés une semaine auparavant à Misano 2 qui faisait le bilan de son Grand Prix de Barcelone. L’officiel Honda aime le tracé de Montmélo, mais ce dernier ne lui pas rendu cette considération pour sa première apparition avec une MotoGP. La faute, notamment, à une allocation pneus du manufacturier unique que certains ont raillé. A tort, si l’on se réfère à la petite histoire contée par le frère de Marc sur le sujet, et qui date de l’Autriche…

Valentino Rossi avait déclaré lors de ce Grand Prix de Barcelone joué en septembre en raison du calendrier revu et corrigé à cause de la pandémie, que Michelin avait amené les pneus prévus pour le moins de juin. Période initialement prévue pour le rendez-vous catalan. Une situation qu’Alex Marquez explique, ce qui dédouane le manufacturier unique de toute erreur d’évaluation : « nous avions la même allocation que d’habitude en été. Michelin voulait nous donner la possibilité d’une sélection modifiée à Spielberg au sein de la commission de sécurité. Mais les pilotes KTM n’en étaient pas satisfaits ».

Une mauvaise décision pour le pneu avant

Il ajoute : « mais si un pilote n’est pas d’accord, il n’y a aucun changement dans l’allocation. Vous devez donc accepter cela. Nous avons donc tous dû nous y adapter. La sélection n’était pas idéale pour les conditions ici ». KTM n’est donc pas pour rien dans ce qui a amené à cette situation. Alex Marquez a pris pour cette épreuve un pneu avant medium à l’instar de Pol Espargaró, Miguel Oliveira, Brad Binder et Aleix Espargaró. Une option qu’il a regrettée : « j’ai pris la mauvaise décision pour le pneu avant. J’ai beaucoup souffert avec le médium avant sur toute la distance de course ».

« Mais vous apprenez beaucoup de courses comme celle-ci et cela me rendra plus fort pour l’avenir. J’ai beaucoup appris de cette décision. Nous aurons des idées plus claires pour Le Mans. Je m’attendais à ce que je puisse être plus près de l’avant et ne pas avoir 17 secondes de retard ». Un passif qu’il regrette en effet sur le vainqueur Fabio Quartararo : « Barcelone est une piste que j’aime vraiment beaucoup et sur laquelle j’ai déjà obtenu de bons résultats, donc je ne suis pas satisfait », termine le champion du monde Moto2 2019.

MotoGP Barcelone J3 : classement

 



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team