Dix jours après s’être opéré du syndrome des loges, Fabio Quartararo s’est totalement rassuré sur son niveau de forme en prenant la tête du Grand Prix de Catalogne dès son entame du vendredi. Lui-même surpris par cette prestation, le Français aura à cœur de la poursuivre demain, samedi, jour des qualifications, mais aussi et surtout dimanche, lors de la course…

Le pilote Petronas Yamaha, Fabio Quartararo, a signé le meilleur temps de la journée sur le “Circuit de Barcelona – Catalunya” vendredi. « Je ne m’attendais pas à ce que cela se passe si bien », a-t-il révélé. A peine le quitus médical en poche la veille, jeudi, Fabio Quartararo s’est retrouvé vendredi en haut de la liste des temps combinés. Pour rappel, ce n’est que le 4 juin qu’il a subi une opération à l’avant-bras droit car, comme beaucoup d’autre de ses collègues, il souffrait du syndrome des loges.

« Je n’ai pas pris d’analgésiques aujourd’hui, c’est vraiment bien. Bien sûr, je vais prendre quelque chose pour la course. Je ne sais pas à quoi ressemblera la douleur, c’était vendredi. Mais franchement, je ne m’attendais pas à ce que ce soit si bon une semaine seulement après l’opération » a admis le Français.

« Quand j’ai réalisé mon premier tour rapide, j’ai pensé qu’il resterait en 1’40, car j’étais beaucoup plus sur la limite que lors de mon dernier tour. Après celui-ci, j’ai pensé que c’était un bon tour, mais pas aussi bon que le premier. J’étais vraiment surpris de voir ce chrono sur mon tableau de bord » a déclaré le pilote Petronas Yamaha après la FP2 à Montmeló. Son temps de 1’40,079 min signifiait à la fin de la journée ce qu’il y avait de mieux sur la feuille des temps.

Mais la première journée du Grand Prix de Catalogne n’a pas été aussi facile : « la piste était très sale aujourd’hui, les temps sont également bien inférieurs à ceux de l’année précédente. Je travaille beaucoup avec le frein arrière, mais aujourd’hui, je ne pouvais pas le toucher. Car dès que vous freinez, la moto glisse vraiment fort » a déclaré le pilote âgé de 20 ans. À titre de comparaison : Jorge Lorenzo a piloté en 2018 en tant que pilote d’usine Ducati en 1’38 680 min pour se retrouver en pole position.

On sait depuis longtemps que le plus jeune poleman de l’histoire du MotoGP peut être rapide sur un tour, mais comment évalue-t-il son rythme de course ? « Pas mal. Nous avons fait un très bon travail le matin et lors des deux premières séances, nous sommes allés sur la piste avec tous les mélanges de pneus. Le rythme était bon » a déclaré Quartararo.

MotoGP Catalogne J1 : chronos

Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team