Lucio Cecchinello est le patron du team satellite Honda en MotoGP. L’Italien est fidèle à la marque de Tokyo depuis 2006 et il compte trois victoires dans la catégorie majeure des Grands Prix avec la RC213V. Toutes ont été ramenées par Cal Curtchlow, en 2016 par deux fois et une dernière en 2018. Depuis, plus rien et ce n’est pas la forme affichée actuellement par la machine élaborée par HRC qui laisse espérer un toilettage du palmarès. L’Italien de 53 ans et ancien pilote 125 et 250 fait le point en signalant un détail qui n’en est pas un…

Encore et toujours, Honda n’est rien sans Marc Marquez. Même si ce dernier est encore loin de ses capacités d’avant son accident de Jerez en 2020, il reste celui qui tient la boutique Honda. Il l’a démontré sur son Sachsenring fétiche en remportant une retentissante victoire. Lors du dernier rendez-vous sur le Red Bull Ring, il jouait la victoire tandis que ses compagnons de marque étaient loin du compte.

On note ainsi que Pol Espargaró, son équipier chez Repsol, commence à sombrer tendis que les pilotes LCR que sont Alex Marquez et Nakagami font rarement illusion. Leur discours est souvent le même : le problème est identifié, mais on ne sait pas le résoudre. Ce qui est pour le moins déprimant. Pendant ce temps, Marc Marquez demande à Honda de lui faire une moto plus conviviale.

Comment Cecchinello vit-il cette situation ? Il l’explique sur Speedweek, en globalisant un peu plus les faits : « je pense que la raison principale est que la concurrence a progressé plus que nous » dit le transalpin. « Si vous regardez les temps au tour, ils sont très similaires aux temps de l’année précédente. Mais les temps au tour des adversaires se sont améliorés ».

Cecchinello

Pour Cecchinello Honda ne s’est pas développé dans la mauvaise direction

« Au lieu de dire que Honda s’est développé dans la mauvaise direction, je pense plutôt que les innovations dont nous étions convaincus qu’elles nous feraient faire un pas en avant car elles fonctionnent mieux ne nous ont pas fait accomplir les progrès que nous voulions. Les concurrents, en revanche, sont devenus plus forts ».

Et il termine avec cette remarque : « la concurrence est si serrée que si vous changez une petite chose, vous perdez immédiatement un dixième de seconde. A Spielberg nous avons vu qu’un dixième de seconde peut faire la différence entre quatre ou cinq positions. Parfois même plus. Je suis convaincu que nous devons simplement continuer à travailler jusqu’à ce que nous voyions des améliorations ». Pour 2022, HRC a déjà promis des évolutions radicales.

Lucio Cecchinello



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Marquez, Takaaki Nakagami

Tous les articles sur les Teams : LCR Honda