Le Grand Prix de Doha a mis en lumière un Jorge Martin qui était cependant déjà tout sauf un inconnu. Son aura, il l’a acquise en 2018 en devenant Champion du Monde de Moto3. Mais avant ça, rien n’a été simple pour cet Espagnol sans le sou qui ne doit sa place que grâce à ses résultats, et le soutien de ses pairs. Une force que les épreuves ont forgé, à l’instar d’un Joan Mir désormais double Champion du Monde, en Moto3 et en MotoGP. Voici une présentation exhaustive de cet Espagnol qui ne considère peut-être pas forcément cette première saison dans la catégorie comme un simple apprentissage…

Jorge Martin fait partie de ces pilotes qui ne doivent leur place que par leur simple mérite, et la confiance qu’ils ont su provoquer au sein de certains dans le paddock. D’ailleurs, lors de conférence de presse qui le mettait en lumière après sa première pole position dans un MotoGP qu’il aborde seulement, une conjonction de temps qui rappelle un certain Marc Marquez, il déclarait : « enfant, j’ai eu beaucoup d’aide d’Aleix Espargaró et de Maverick Viñales. Nous sommes proches et ils venaient me chercher à la maison pour m’entraîner avec leurs vélos, car je n’avais pas l’argent pour acheter le mien. Travailler avec des pilotes de MotoGP alors que j’étais encore en Moto3 m’a beaucoup aidé. Je leur serai toujours reconnaissant ».

Un autre homme a été aussi essentiel pour Jorge Martin. Il s’agit du regretté Fausto Gresini, emporté par une infection à la Covid-19. En 2017, feu le patron l’a pris sous son aile et en 2018, le titre mondial a été décroché. Jorge Martin ne s’en est jamais caché : l’Italien était comme un père pour lui. Il l’a adopté, il a su lui transmettre de nombreux enseignements, le transformant en un pilote mature. En 2019 et en 2020, il a joué en Moto2 sous des couleurs qui le prédestinaient à un destin chez KTM. Mais Ducati lui a mis le grapin dessus, au grand dam de la marque autrichienne.

Au Grand Prix de Doha, Jorge Martín est devenu le deuxième pilote à avoir mis le moins de temps à faire une pole dans l’histoire du MotoGP.  Il l’a réalisée lors de sa deuxième course, tout comme Casey Stoner (Qatar 2006) et Marc Márquez (Amériques 2013). Mais Jorge Lorenzo a fait mieux puisqu’il l’a eue dès la première fois (Qatar 2008). Seuls trois autres pilotes l’ont fait lors de leurs cinq premières courses : Dani Pedrosa et Fabio Quartararo en quatrième et Chris Vermeulen en cinquième. Il est cependant le premier rookie de l’histoire du MotoGP à obtenir une pole avec Ducati.

Jorge Martin a impressionné Johann Zarco

Avec sa troisième place, Jorge Martin est devenu le quatrième pilote à avoir pris le moins de temps pour monter sur le podium en MotoGP, derrière trois autres Espagnols qui ont réussi à s’inscrire pour la cérémonie aux drapeaux à leurs débuts : Pedrosa (deuxième en Espagne 2006), Lorenzo (deuxième au Qatar 2008) et Marc Márquez (troisième au Qatar 2013).

Martín devance quatre pilotes qui ont réussi à la troisième course : Daijiro Kato, Troy Bayliss, Casey Stoner et Brad Binder. Enfin, c’est le premier podium pour un rookie avec Ducati. Seuls deux autres l’ont fait lors de leur première année : le précité Troy Bayliss dans sa troisième course et Rubén Xaus dans sa 13e tentative.

Enfin, Jorge Martin a aussi reçu l’hommage de son équipier à l’arrivée du Grand Prix de Doha :  “on ne peut pas dire qu’il a réussi grâce à son expérience, ce n’était que sa deuxième course. Il faisait plutôt confiance à son ressenti. Et c’est très impressionnant.”

Jorge Martin Qatar

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Martin

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing