Mais qu’est-ce qui effraie tant les pilotes de Grand Prix pour refuser systématiquement une proposition d’Aprilia ? Car il s’agit tout de même d’un guidon officiel pour rouler en MotoGP, même si le montage avec le team Gresini fait apparaître l‘ensemble au classement des équipes privées… Mais il n’y a rien à faire : personne ne veut de la RS-GP, pourtant intéressante pour peu que ses géniteurs s’y attardent. Les vétérans ont préféré arrêter leur carrière plutôt que de la poursuivre avec et voilà maintenant que même les jeunes doutent que ce soit une opportunité pour valoriser leur carrière. Ainsi Marco Bezzecchi…

Aller chercher des pilotes de Moto2 pour remplacer les pilotes trentenaires sur le départ est une stratégie initiée par Ducati et qu’Aprilia envisage pour assurer la succession d’un Andrea Ianonne dont la carrière s’est terminée au prononcé d’un verdict le sanctionnant de 4 ans de suspension pour cause de dopage.

Une moto d’usine, que l’on dit prometteuse, pour le lancer en MotoGP, voilà un plan qui devrait susciter des vocations. Et pourtant… La rumeur mettait un certain Marco Bezzecchi en tête pour s’installer aux côté d’Aleix Espargaró. Mais avant de se lancer dans la bataille de Portimao, le pilote de la VR46 a déclaré qu’il avait décliné l’offre venue de Noale : « Aprilia est venue me voir et ils étaient assez convaincus ce qui était très bien pour moi car je n’attendais pas d’offre MotoGP de qui que ce soit » a-t-il déclaré.

« Nous étions proches, mais au final, j’ai beaucoup réfléchi ces jours-ci. Nous aurions dû faire quelques efforts pour aller en MotoGP, ce n’était pas un choix facile. J’y ai donc beaucoup pensé et à Valence, j’y pensais encore parce que je ne savais pas quoi faire. Mais finalement j’ai pensé qu’il valait mieux rester un an de plus en Moto2 parce que j’aime piloter la moto et je me sens bien. Je pense aussi que rester un an de plus dans la même équipe et avec la même moto est une chance de grandir » analyse Bezzecchi. qui disait pourtant il y a peu, que le train MotoGP ne passait qu’une fois et que, dès lors, il fallait monter dedans dès que l’occasion se présentait.

« Bradley Smith est une option valable »

Il termine : « j’aimerais rester un an de plus, essayer de faire une bonne année et puis si vous obtenez des résultats, alors l’opportunité du MotoGP se présente. Je suis désolé pour Aprilia parce que s’ils étaient venus un peu plus tôt, le résultat pourrait être différent, mais pour finir, c’est comme ça ». Un peu plus tôt veut dire avant sa signature avec le team VR46 pour une nouvelle saison de Moto2. Et ce « un peu plus tôt » montre que cette procédure Iannone, longue et décevante, a coûté cher à Aprilia en termes d’opportunité.

On rappellera qu’avant Bezzecchi, Dovizioso et Crutchlow avaient aussi décliné l’offre d’un Massimo Rivola qui, du coup commence à se dire qu’il va devoir faire avec ce qu’il a déjà chez lui. L’Italien a ainsi déclaré : « en ce qui concerne le deuxième pilote, il est certain que Bradley Smith est une option valable. C’est un pilote avec beaucoup d’expérience, il pourrait en avoir la chance ».

Comme un retour en grâce après avoir été mis à l’écart au profit de Lorenzo Savadori. Chaz Davies est aussi toujours sur les rangs si bien que l’objectif semble être à présent de trouver un passeport britannique plus qu’un talent confirmé ou en devenir. Ce qui soulagerait le promoteur Dorna, triste de voir partir Cal Crutchlow. A ce rythme, ce n’est peut-être pas demain que l’on verra Aprilia franchir le pas décisif fait par KTM et Suzuki dont les projets ont été lancés peu ou prou à la même période …



Tous les articles sur les Pilotes : Marco Bezzecchi

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini