Pecco Bagnaia entre dans une période où il a une carte à jouer. Ducati espérait concrétiser au moins lors d’une des deux courses proposées sur le tracé de Losail au Qatar, mais les hommes de Borgo Panigale ont subi la loi de deux Yamaha. Cependant, ses pilotes ont joué les meilleures places derrière la première, une régularité qui s’est vérifiée à Portimao. Puis est arrivée la divine surprise de Jerez avec ce premier doublé depuis Brno 2018 et une victoire qui manquait au palmarès depuis 15 ans, avec Caprirossi. Et maintenant ? Bagnaia est en tête du championnat, sans victoire certes, mais il aborde les trois prochaines manches avec avidité…

Les choses tournent vite en MotoGP, comme les pronostics. Le doublé réalisé au terme du Grand Prix d’Espagne a fait remonter encore un peu plus vers les sommets la côte de Ducati qui stagnait logiquement face aux trois victoires Yamaha lors des trois premières courses de la saison. Il aura fallu que Fabio Quartararo soit foudroyé par le syndrome des loges alors qu’il semblait irrésistible en Andalousie pour que la tendance s’inverse et que l’on donne à Ducati le rôle de favori.

Cela étant dit, vu ce qui attend le plateau du MotoGP au calendrier, il faut bien reconnaître que les rendez-vous à honorer sont de nature à favoriser les pilotes équipés en Desmosedici. Le nouveau leader du championnat Pecco Bagnaia ne le nie d’ailleurs pas : « Le Mans est une bonne piste pour nous. Le Mugello est un excellent tracé pour nous, tout comme Barcelone et Assen », a déclaré le pilote d’usine italien Ducati. « Vient ensuite le Sachsenring, où nous aurons certainement beaucoup de mal. Puis le KymiRing en Finlande, que personne ne connaît encore, il faudra donc attendre et voir. Les trois prochains sites devraient être très bons pour nous », a souligné Pecco.

Pecco Bagnaia : « toutes les piste outre-mer sont bonnes pour nous »

Le champion du monde Moto2 2018 regrette sur Speedweek que les courses outre-mer soient inscrites en pointillés au calendrier. « Mais si nous devons rouler là-bas, ce sont toutes de bonnes pistes pour nous : Japon, Thaïlande, Malaisie, Australie, ce sont des pistes que j’aime beaucoup et qui, je pense, conviendront également très bien à notre moto. Nous espérons tous faire ces courses outre-mer cette année, mais nous devrons attendre de voir comment la situation de la Covid-19 évoluera jusqu’en octobre ».

Au passage, grâce aux pilotes Pramac, Ducati a déjà réalisé sept des douze places possibles sur le podium cette année. Pour la première fois dans l’histoire du MotoGP, au moins une GP Desmosedici s’est retrouvée dans le top 3 des quatre premières courses de la saison. Ducati a toujours été sur le podium du circuit Bugatti au Mans ces trois dernières années… Et un certain Johann Zarco en a une…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing