Après une première journée rendue difficile par une piste très poussiéreuse, beaucoup de pilotes redoutaient la Superpole de ce samedi, tandis que leurs mécaniciens s’arrachaient les cheveux pour trouver les bons réglages. Certains s’en sortaient mieux que d’autres, et voici tout d’abord le bilan du vendredi des pilotes de pointe.

Álvaro Bautista : « Vendredi a été une journée très positive, c’était une toute nouvelle piste pour moi, alors j’ai essayé de faire beaucoup de tours dans les deux séances pour devenir confiant. J’aime beaucoup le circuit de San Juan Villicum, c’est une piste qui alterne des virages rapides et lents avec une longue ligne droite, et je me suis senti bien immédiatement. Malheureusement, les conditions du tarmac n’étaient pas parfaites, la piste était très sale et il fallait faire beaucoup de tours pour la mettre en condition optimale. Ce samedi, la situation va sûrement s’améliorer et les références vont changer, mais nous allons essayer de nous adapter pour être encore plus compétitifs. »

Jonathan Rea : « C’était vraiment difficile de trouver des sensations parce qu’on ne pouvait pas pousser jusqu’à la limite. C’est comme rouler sur des billes et la piste ne s’est pas beaucoup améliorée. Je m’attendais à un grand pas en avant dans la séance de l’après-midi. Même si la piste semblait plus propre, l’adhérence n’était pas là. Une journée vraiment frustrante. »

Loris Baz : « Comme l’an dernier, les conditions étaient très précaires ce vendredi. C’est vraiment dommage, car nous perdons du temps et nous ne pouvons pas travailler en prévision des courses. C’est également très dangereux ! Il faut se dire que c’est pareil pour tout le monde. La première séance s’est malgré tout bien déroulée. La deuxième, en revanche, s’est avérée plus compliquée. Je n’avais pas un bon feeling jusqu’à ce que je passe un pneu neuf. Nous l’avons malheureusement changé trop tard. J’ai toutefois gagné près de 1.5 seconde dans mon dernier tour, mais je suis passé trop tard sous le drapeau à damier. Je pense que j’aurais pu viser un top 8. Il aura fallu profiter des 20 minutes de la FP3 samedi matin pour préparer au mieux la course, un peu comme à Magny-Cours. Aussi, en comparaison avec les autres, nous n’avons pas utilisé le pneu tendre… Nous verrons samedi ce que ça donne ! »

Toprak Razgatlioglu : « Un vendredi difficile principalement à cause de deux problèmes : la piste sale et le pied blessé à Magny-Cours, qui me fait encore mal. La piste est sale, ce qui réduit l’adhérence au minimum. Je n’ai pas beaucoup de difficulté sur les freins, mais en courbe, où la moto glisse beaucoup. Lors de la deuxième séance, la piste s’est légèrement améliorée, mais il fallait faire très attention à ne pas tomber. Dans ces conditions, ma sixième place me satisfaisait suffisamment, mais il sera important de faire mieux ce samedi en qualifications, pour pouvoir partir en tête de la course. J’espère aussi que demain sera moins chaud. »

Alex Lowes : « Je suis un peu déçu de l’état de la piste ; elle est vraiment sale et ne s’est pas améliorée comme prévu au cours de la journée. La trajectoire s’améliore beaucoup, mais si on s’éloigne un peu de la ligne, on se retrouve sur la partie sale de la piste. Espérons que la ligne s’élargisse un peu avant la course de samedi. C’est une piste formidable, le tracé est fantastique et la météo est parfaite aujourd’hui, mais le problème avec la piste sale signifie que nous sommes beaucoup plus lents que nous ne devrions l’être. Mais les conditions sont les mêmes pour tout le monde et nous devons les traiter du mieux que nous le pouvons. Vendredi après-midi, nous avons essayé quelque chose avec la moto qui n’a pas fonctionné comme prévu dans les conditions grasses, ce qui était important parce que nous savons maintenant dans quelle direction ne pas aller ce samedi quand, nous l’espérons, les conditions de piste s’amélioreront ».

Michael Ruben Rinaldi : « Je suis ravi du travail que nous avons fait ce vendredi. C’est notre première fois sur cette piste et finir troisième lors des premières séances est une très bonne chose, mais nous savons que nous devons encore nous améliorer. Nous avons beaucoup progressé durant les dernières courses, j’en suis très satisfait. C’est dommage parce que nous arrivons à la fin de la saison, mais je suis malgré tout heureux. »

Michael van der Mark : « La première journée a été difficile pour tout le monde, car les conditions étaient loin d’être idéales en raison de la saleté de la piste. Nous devons continuer à travailler, être patients et rester calmes. On ne peut pas faire beaucoup de changements sur la moto car la piste change aussi, mais en ce moment j’ai du mal à faire tourner la moto au milieu du virage, ce qui est quelque chose sur quoi nous devons travailler pour ce samedi. Hier après-midi, la trajectoire était un peu plus propre, mais elle était si étroite qu’on ne pouvait pas se permettre d’en sortir, surtout dans les virages. Quoi qu’il en soit, comme je l’ai dit, c’était la même chose pour tout le monde et, espérons-le, avec plus de tours, la situation va s’améliorer. »

Le samedi, sur une piste nettement plus propre, le classement final des essais libres était favorable à Toprak Razgatlioglu.

Classement final des essais libres (après la FP3) :

A l’occasion de la Superpole, la température de l’air était de 28° et celle de la piste de 44°.

Loris Baz chutait sans gravité en début de séance dans le Virage 15. Il revenait à son stand moteur en marche, perdant ainsi un peu moins de temps.

Le premier chrono de référence était l’œuvre de Michael van der Mark en 1’41.566.

Álvaro Bautista prenait ensuite l’avantage en 1’41.224. Van der Mark reprenait la première position avec un temps de 1’40.896, puis Bautista s’imposait de nouveau en 1’40.771.

L’ensemble des pilotes s’arrêtait ensuite aux stands pour chausser les pneus de qualification. Loris Baz repartait à une dizaine de minutes du drapeau à damier.

Álvaro Bautista conservait la pole position pour la première course, devant Michael van der Mark et Johnny Rea. Loris Baz, dont la machine avait été trop endommagée, devait se contenter de la dix-huitième performance.

Résultats de la Superpole :

Chronos de référence :

Record des essais : 1’39.012 par Marco Melandri (Ducati) en 2018

Record du tour : 1’39.175 par Johnny Rea (Kawasaki) en 2018

Classement provisoire du Championnat du Monde :

Photos © worldsbk.com, constructeurs, équipes et partenaires



Tous les articles sur les Pilotes : Loris Baz