C’est avec panache et détermination que le Champion du monde en titre est devenu le premier pilote de l’histoire à descendre sous les 1’30 sur le circuit de Buriram. En 1’29.969, il précédait son coéquipier Dani Pedrosa de 0.1, tandis que Jack Miller amenait la première Ducati en troisième position, devant les deux Yamaha de Maverick Vinales et Johann Zarco.

A la mi-séance de ce deuxième jour de tests thaïlandais (voir résumé de la matinée ici), Dani Pedrosa occupait la première position avec un chrono en nette évolution par rapport à la veille. Son nouveau record officieux de la piste en 1’30.127 lui permettait de devancer son coéquipier Marc Marquez de 0.165, confirmant la domination idéale la veille de Cal Crutchlow sur une autre Honda.

#ThaiTest MotoGP Buriram

Chronos

Jonathan Rea 2017 (WSBK SP2)

1’32.957

Tests J.1 (mi-journée)

1’30.912 Marc Marquez

Tests J.1

 1’30.797 Cal Crutchlow

Tests J.2

 1’29.969 Marc Marquez

Tests J.3

A la mi-journée, le classement était le suivant, alors que personne ne roulait en raison de l’intense chaleur :

Les spectateurs étaient incroyablement nombreux pour une journée d’essai :

Maverick Vinales était le premier à reprendre la piste à 14h heure locale, soit à 3h15 de la fin. Il bouclait son soixantième tour de la journée, soit 2 de plus qu’Alvaro Bautista au même moment.

A noter que dimanche les horaires des essais sont avancés d’une demi-heure (de 9h à 17h, au lieu de 9h30 à 17h30) afin que certains membres des équipes puissent prendre l’avion à temps.

La journée de dimanche sera aussi l’occasion de tester une entrée et une sortie de la voie des stands améliorées. « L’entrée et la sortie de la voie des stands sont des problèmes potentiels, nous essayons donc de trouver des moyens de l’améliorer, dans les limites de ce qui est disponible », a déclaré le Directeur de course MotoGP, Mike Webb à Crash.net. « Nous ferons une expérience sur la sortie des stands demain, car il y a beaucoup d’asphalte partout et nous pouvons simplement rediriger les pilotes afin qu’ils aient une meilleure chance de voir tout trafic arrivant lorsqu’ils quittent les stands. On essaiera la même chose pour l’entrée des stands, mais nous sommes un peu limités avec l’espace. Nous avons donc des choses à essayer et c’est une bonne chose à propos d’un test, ensuite nous parlerons aux coureurs au Qatar et leur demanderons comment ça a été comparé avec la sortie d’origine. »

Webb a ajouté que les installations du circuit et le personnel sont généralement très bien préparés pour le MotoGP en raison de trois années d’expérience du World Superbike. En ce qui concerne les barrières et les zones de dégagement, « ce n’est pas un problème énorme, mais il y a des endroits où un angle d’impact très étroit est possible et dans ce cas, nous recouvrons normalement les barrières. C’est déjà en place dans les endroits critiques, mais il y a quelques endroits supplémentaires où nous aimerions le faire.

« De toute évidence, partout où un impact direct est possible, nous utilisons une airfence. Il y a de grands dégagements dans les zones rapides. Dans quelques virages plus serrés, il serait bien de déplacer un mur, mais le plus important est d’avoir le bon revêtement [sur la barrière] parce que nous parlons d’un angle d’impact très étroit. »

A 14h45, plusieurs équipes commençaient à faire chauffer les moteurs, afin que les pilotes puissent reprendre la piste aux alentours de 15h, comme le premier jour. Les deux premiers à s’élancer étaient Marc Marquez, alors deuxième temps, et Mika Kallio, à ce moment dix-neuvième. Le Finlandais devenait le pilote ayant effectué le plus grand nombre de tours depuis le matin avec 65 unités.

L’Espagnol et le Finlandais s’arrêtaient à leurs stands et étaient relayés en piste par Alex Rins, victime d’une chute sans gravité en fin de matinée. Takaaki Nakagami s’élançait à son tour, à ce moment-là en dix-huitième position au classement général, mais surtout deuxième des rookies à 0.03 de Franco Morbidelli. Les trois autres rookies, Lüthi, Syahrin et Siméon, fermaient la marche de la vingt-deuxième à la vingt-quatrième place, à 0.7 de Morbidelli et Nakagami.

Jack Miller était très satisfait de ses essais jusque-là, travaillant beaucoup avec un pneu arrière tendre et parvenant à le faire durer : « Au cours des quatre dernières années, je ne pense pas que je me sois senti aussi à l’aise. Je n’ai pas été aussi confiant avec mon pilotage depuis que j’étais en Moto3 ». Neuf millièmes de seconde devant l’Australien, Jorge Lorenzo essayait d’améliorer sa septième position à 0.6 de Pedrosa, sans y parvenir pour le moment.

Les chronos à 9h30, soit à 2 heures de la fin :

Peu après Alex Rins chutait alors qu’il essayait un nouvel ensemble aérodynamique sur sa Suzuki GSX-RR :

Honda demandait à Marc Marquez de tester un dispositif aérodynamique différent :

A 16h roulaient les quatre Ducati d’Andrea Dovizioso, Jack Miller, Alvaro Bautista et Xavier Siméon, l’Aprilia d’Aleix Espargaro et la Honda de Tom Lüthi. Puis Alex Rins repartait de nouveau après sa petite chute.

Jorge Lorenzo testait le nouveau carénage extra-large de Ducati, sachant que la largeur maxi est de 600 mm, comme précisé sur le croquis officiel ci-dessous extrait du règlement technique de la FIM :

La météo de l’après-midi, d’après l’appareil de la Honda Racing Corporation :

C’était à environ 16h20 que la plupart des pilotes choisissaient de sortir des stands. Il leur restait alors moins d’une heure de roulage, sachant que le drapeau à damier était présenté (comme la veille) à 17h15. Les pilotes disposaient ensuite de 15 minutes pour effectuer des essais de départ. Ceux-ci avaient partiellement pour but de leur permettre de déterminer le repère de freinage en arrivant dans le premier virage après le départ.

Cal Crutchlow était le premier de l’après-midi à progresser, passant de la 12e place en 1’30.888 à la 10e en 1’30.790. Cela signifiait que les conditions de piste étaient bonnes, malgré la température élevée. Jack Miller le confirmait en passant de la huitième position en 1’30.738 à la cinquième en 1’30.495. Il était un millième de seconde derrière Andrea Dovizioso !

Maverick Vinales quittait la treizième place (1’30.963) pour la onzième en 1’30.814. Il précédait son coéquipier Valentino Rossi (treizième) de 7 centièmes.

La multitude de spectateurs présents en ce jour pour ces tests…

… avait payé sa place (billets ci-dessous). Imaginez ce que ça va être le jour du Grand Prix !

A 16h45, avant le sprint final du deuxième jour, le classement était celui-ci :

Hafizh Syahrin chutait pour la première fois de sa carrière en MotoGP, sans gravité sur sa Monster Yamaha Tech3. Tom Lüthi effectuait une bonne progression en gagnant 4 dixièmes en prenant la roue de Dani Pedrosa. Il passait vingt-deuxième devant Syahrin et Siméon.

Jack Miller améliorait son chrono en passant à la quatrième place en 1’30.372, désormais à 0.245 de Dani Pedrosa, et 0.005 derrière son coéquipier Danilo Petrucci. Puis il s’emparait de la deuxième position en 1’30.185, à 0.058 de Pedrosa, à environ un quart d’heure de la fin.

Johann Zarco passait à la quatrième place, de 1’30.450 à 1’30.360, à 0.068 du troisième Marc Marquez. Cal Crutchlow, assez discret jusque-là, se hissait en sixième position en 1’30.490, à 0.363 du leader Dani Pedrosa.

Marc Marquez explosait le record du circuit à 5 minutes du drapeau à damier en 1’29.969. Il précédait son coéquipier Dani Pedrosa de 0.158, Jack Miller de 0.216, et Maverick Vinales bien remonté en quatrième position, de 0.378.

Après deux journées d’essais, sur un circuit que les pilotes découvraient, il était clair que les Honda étaient très à l’aise, avec la domination de Cal Crutchlow le vendredi, puis de Marc Marquez suivi de Dani Pedrosa le samedi. Marquez était radieux : « Il n’y a pas de meilleure manière de célébrer mon 25e anniversaire que de piloter ainsi ma moto. Merci à tous pour les félicitations. » Pour Dani, « On a amélioré l’électronique et le choix des rapports de boîte, et moi mon pilotage. L’ennui est que nous n’utiliserons pas pour le Grand Prix les pneus actuels, en raison de la température. » Crutchlow huitième n’avait pas trop forcé en ce deuxième jour : “Le problème est que nous n’avons pas une allocation suffisante des pneus que nous préférons pour ce circuit. On doit travailler à l’économie si on veut rouler le troisième jour !

Jack Miller se débrouillait très bien avec sa Ducati GP17 en troisième position, tandis que les nouvelles GP18 étaient un peu plus loin avec Danilo Petrucci sixième, Andrea Dovizioso neuvième et Jorge Lorenzo dixième. « J’ai fait 21 tours avec le pneu arrière tendre et j’en suis très content, précisait Miller. Le circuit ressemble à celui du GP d’Autriche, ce qui est bon pour Ducati. On a encore du travail pour les réglages, et on devrait améliorer demain ».

Les Yamaha progressaient au classement en cette deuxième journée avec Maverick Vinales quatrième et Johann Zarco cinquième, mais Valentino Rossi n’était que quatorzième. Selon Johann, « Je suis très content. Tous mes tours ont été rapides, dont 15 sur un seul pneu, avec le quinzième en 1’30.6. Mon classement a été nettement meilleur qu’hier, avec la cinquième place. Je me sentais vraiment bien sur la moto. Pour descendre en 1’29, ça va demander encore du travail. »

Vinales était maussade : « J’ai mis très longtemps à comprendre ce circuit. Quand finalement j’ai réussi à trouver des réglages qui me convenaient, ça allait mieux. Je préfère l’ancien carénage au nouveau ». « On a du mal avec l’adhérence de l’arrière et l’entrée en virage, » expliquait son chef d’équipe Ramon Forcada. Du côté de Valentino Rossi, Silvano Galbusera estimait que « le circuit est trop facile pour lui, il faudrait des parties techniques plus difficiles. On a encore du travail avec l’électronique ».

Malgré deux chutes, Alex Rins amenait la première Suzuki en septième position. “Les deux partie-cycles que nous testons sont relativement différentes, mais pourtant on réalise des chronos très similaires avec les deux” estimait Alex. Bradley Smith était seizième sur KTM avec un centième d’avance sur l’Aprilia d’Aleix Espargaro.

Chez les rookies, Takaaki Nakagami dominait avec la quinzième place au général, à moins d’une seconde du record de Marquez, ce qui était remarquable. Franco Morbidelli était dix-huitième à 1.2, tandis que Lüthi, Syahrin et Siméon clôturaient le classement à plus de deux secondes du meilleur temps.

Pour le dernier jour dimanche, prévoir une demi-heure d’avance, les tests se déroulant de 3h à 11h heure française.

Classement final de la deuxième journée :