Cette conférence de presse qui clôture le Grand Prix des Amériques MotoGP à Austin a réuni Álex Rins, Valentino Rossi et Jack Miller.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les propos bruts de Álex Rins, sans la moindre interprétation journalistique.


Álex, félicitations pour votre toute première victoire en MotoGP, sur un circuit où vous avez remporté votre première victoire en Grand Prix en 2013 ! Étiez-vous nerveux après avoir doublé Valentino ?

Álex Rins : « oui, c’était incroyable ! Comme vous l’avez dit, j’ai remporté ma première victoire en Moto3 en 2013 et la sensation est incroyable. Sincèrement, durant le week-end mon feeling n’était pas le meilleur. Nous avons un peu souffert pour freiner la moto sur l’angle. Mais quoi qu’il en soit, quand nous avons commencé la course j’ai essayé de tout oublier et de piloter. J’ai récupéré beaucoup de positions durant le premier tour, et c’est important. Quand j’étais derrière Valentino, j’étais plus ou moins à 1,5 seconde et je me suis dit ” allez Álex, tu dois faire un peu de spectacle “. Finalement, je suis arrivé derrière Valentino et je l’ai étudié, puis, quand il a commis une petite erreur, je l’ai dépassé. J’ai fait les 3 ou 4 derniers tours en tête et vers la fin, j’ai fait une petite erreur au freinage au virage 11. Je suis parti un peu loin et j’ai pensé “wahou, maintenant Valentino va te doubler et s’échapper dans la ligne droite “ (rires). Mais il est venu avec moi et est également parti un peu au large. Durant le dernier tour, j’ai essayé de rester calme. Je savais que Valentino avait beaucoup d’expérience de ce genre de choses. Mais rien ne s’est passé. Je suis super heureux ! Suzuki mérite cette victoire, nous la méritons ensemble donc nous devons continuer comme ça ».

Après la victoire de Maverick Viñales à Silverstone en 2016, pouvez-vous nous dire ce que celle d’aujourd’hui signifie pour Suzuki ?

« Globalement, cette victoire est incroyable pour Suzuki. Ils travaillent vraiment dur. C’est ma 3e année avec eux. L’année dernière, on a été très fort durant la dernière partie de saison et, durant la pré-saison, on a travaillé très dur pour avoir une moto compétitive, pour améliorer notre moto déjà compétitive que nous avions l’année dernière. Et nous l’avons fait. Nous avons progressé, pas de une seconde, mais de 3 ou 4 dixièmes, sur 20 tours, font beaucoup de secondes. Et finalement, c’est incroyable car je remporte ma première victoire en MotoGP ici. J’espère pouvoir piloter au même niveau dans plusieurs autres courses ».

Que signifiait le message « Mapping 3 » que vous avez reçu vers la fin de la course ?

« J’avais un peu de mal à voir le panneau. Je pense que moi et les pilotes devions changer de cartographie pour réduire la puissance, sinon les pneus se seraient détruits en 5 tours. C’était pour me le rappeler ».

Vendredi, tout le monde a parlé des bosses. Cela vous a-t-il affecté durant la course ?

« Je souffrais beaucoup des bosses dans le 2e virage du T2. Cela dépendait de la trajectoire et de la position, et vous les sentiez plus ou alors moins. Mais vous savez, principalement vers la fin de la course, quand je passais sur ces bosses, je perdais un peu le pneu avant et cela commençait à devenir dangereux. Nous en avons déjà parlé à la Safety Commission pour faire quelque chose pour l’année prochaine car c’est dommage : venir ici en Amérique sur ce beau tracé et sentir ces bosses ».

Les Suzuki et les Yamaha sont-elles plus conviviales ici avec les bosses que les Honda et les Ducati ?

« Il est certain que nous avons une moto équilibrée. Durant l’année dernière et cette pré-saison, nous avons fait un très bon travail avec l’équipe Suzuki pour améliorer la moto. Et je pense que nos réglages de base sont très bons, que ce soit sur les bosses, dans les lignes droites, sur un grand ou un petit circuit. Je pense que nous pouvons nous battre sur la plupart des circuits, même si bien sûr, nous souffrons un peu dans des grandes lignes droites comme au Qatar. Mais je me sens fort. Toute l’équipe me procure de bonnes vibrations et c’est agréable ».

Cette première victoire va-t-elle changer quelque chose pour vous ?

« À coup sûr, depuis le milieu de la saison 2018, nous avons fait un grand pas en avant. J’étais impatient de gagner et j’en étais très proche à Valencia l’année dernière. J’ai été également très proche au Qatar, et sincèrement, je pensais à la victoire. Mon équipe et moi, nous pensions à cela. Finalement, c’est arrivé et nous devons continuer sur la même ligne. Bien sûr, nous devons améliorer la qualification pour partir d’une meilleure position, mais nous devons continuer de travailler comme nous le faisons maintenant ».

Il y a eu aujourd’hui deux nouveaux faux-départs. Qu’en pensez-vous ?

« Si le règlement dit que vous ne pouvez pas bouger, vous ne devez pas bouger. Bien sûr, quand j’attendais que les feux rouges s’éteignent, j’ai vu Maverick bouger un peu. Nous avons parlé de cette règle, au final, si vous voulez, vous devez faire un ride through. Rien de plus ».

 

Classement du Grand Prix des Amériques MotoGP à Austin :

Crédit classement : MotoGP.com

Crédit photo : MotoGP.com

Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar