Valentino Rossi fait sa dernière tournée en MotoGP et il lui reste encore six représentations avant de tirer sa révérence. A Valence, le rideau tombera définitivement et son dernier équipier aura été Andrea Dovizioso dans un ultime team Petronas qui fermera aussi ses portes. Celui qui a beaucoup fait pour une usine Yamaha, par ailleurs prête à discuter avec lui d’une nouvelle relation dans cet après qui approche, profite de cet épilogue pour parler de ses souvenirs et donner ses sentiments sur les pilotes qu’il a côtoyés et ceux qu’ils croisent encore sur la piste…

Valentino Rossi a parlé des pilotes, anciens et actuels, qui l’ont marqué lors du dernier Grand Prix de Grande Bretagne.

Un moment particulier entre la star italienne et la légendaire présentatrice vedette Suzi Perry : Cinq minutes pour recueillir les commentaires du Docteur devant la liste des 175 pilotes ayant roulé contre lui en catégorie reine. Une liste exhaustive qui montre aussi toute l’étendue et la longévité de la carrière du Doctor puisque l’on y trouve plusieurs générations… Commençons par les anciens :

« John McGuinness ! Oui, je suis toujours en contact avec lui. »

Suzi Perry lui demande s’il aimerait courir le TT…

« C’est très similaire au Panoramica, près de Tavullia. Là où nous avons appris à faire la course avec un scooter, mais ce n’est pas une piste, c’est une route normale, mais c’est similaire au TT. Mais je ne veux pas courir contre lui au TT, il est trop rapide (rires). »

Faisant défiler les noms, Valentino s’arrête sur celui d’Alex Barros.
« Un autre dont je veux parler est Alex Barros, l’un des pilotes de qui j’ai appris comment freiner et entrer dans les virages, parce qu’il était très rapide. »

Le Docteur passe à Colin Edwards
« Colin Edwards est très drôle, même en dehors de la piste. Je m’amuse toujours avec Colin. Et puis il y a Nicky Hayden. C’est vraiment dommage car c’était un type très bien.  Gobert… Arf ! Le Go-Show. J’ai fait une fête avec lui à Rio… Difficile (rires). Difficile, difficile, oui. Très difficile, mais amusant ! Difficile de rester dans son sillage (rires) mais c’était un bon gars. »

Valentino Rossi passe ensuite à l’ère du MotoGP moderne et arrive à Casey Stoner et Jorge Lorenzo
« L’un des pilotes les plus talentueux et les plus difficiles à battre, car selon moi, au niveau du talent pur, il était imbattable. Et aussi Lorenzo. Je ne méritais pas un coéquipier comme Lorenzo chez Yamaha, après ce que j’avais fait pour Yamaha ! J’en avais besoin d’un un peu plus lent (rires). »

Lorsque le patronyme de Marco Simoncelli apparaît parmi les noms, on peut clairement voir l’émotion transformer le visage du champion italien.
« Ensuite, il y a eu Marco, SIC… Très mauvaise… (silence)…, un désastre. Aussi la façon dont… Vraiment dommage. »

 

La réconciliation entre Rossi et Marc Marquez n’aura sans doute jamais lieu

Et puis il y a le sujet Marc Marquez

« Márquez… Márquez… Hé, Márquez est un grand rival et il est très rapide et très fort, l’un des meilleurs. Mais avec Márquez… (silence), je ne me sens pas très bien. Difficile de se battre. »

Suzi Perry : « Vous devez encore attendre un peu (pour oublier)… »
Valentino Rossi : « Oui, encore 20 ou 30 ans (rires). »  Autant dire jamais.

Dans son voyage dans le temps Rossi ouvre sur l’avenir qu’il voit dans ses pilotes de la VR46 Riders Academy :

« Je suis très fier de ça, car à la fin de la saison, quand j’aurai terminé, c’est comme si quelque chose de moi restait. Maintenant, ce sont de vrais athlètes, pour ce qu’ils font dans leur journée, ce qu’ils mangent, comment ils dorment. Donc quand vous les voyez, ils sont meilleurs sur la moto aussi. »

L’entretien se termine par une question : quel est le nom du seul coureur que Valentino Rossi n’a jamais battu en course ?
Valentino Rossi :« Jamais ? Non… Vous voulez dire qu’il y a un pilote ici que je n’ai jamais battu en course ? Ah, ok, c’est possible, car cette année j’arrive derrière (rires) ! Attendez… Martín ? Non, je l’ai déjà battu. Quartararo ? Non, parce que je l’ai battu dans le passé. Je ne sais pas… Gerloff ? OK, il n’a fait qu’une course : Maintenant je suis plus détendu (rires). Mais j’étais devant à Assen… Avant de chuter (rires) ! »

 

Rossi




Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team