Les lampions du Grand de France sont éteints mais à peine ont-ils tiédi que l’on met déjà en lumière l‘échiquier 2022. L’actualité sur le sujet se trouve chez Ducati qui, à la veille désormais de son Grand Prix d’Italie laisse les néons de ses bureaux allumés pour avancer sur les dossiers. Celui de Jack Miller serait une formalité avec un renouvellement du bail jusqu’à 2022 avec l’année suivante en option acquise. Le genre d’issue que recherche Johann Zarco, ainsi qu’il l’a rappelé au Mans…

Les choses bougent chez Ducati et il y a fort à parier que le constructeur bouclera ses dossiers en vue de la prochaine saison lors de semaines à venir. Le signal est venu de Jack Miller dont le contrat va être renouvelé avant le Grand Prix d’Italie de la fin du mois. Il s’agit donc de tenir le terrain pour ceux dont le sort n’est pas encore scellé. Et c’est le cas de Johann Zarco.

Au vu de sa dernière prestation au Mans, le Français ne devrait pas être taraudé par une angoisse existentielle. Mais le monde du MotoGP est parfois surprenant, pour le meilleur et pour le pire. Alors, il faut bien être clair sur ses intentions. Sur ses discussions avec Ducati, le désormais troisième du championnat à 12 points du leader Quartararo après une solide seconde place au Grand Prix de France a déclaré : « il faudrait en parler prochainement mais là on ne l’a pas encore évoqué. Cela étant, mon but est de rester avec eux, parce que pour ma quête du titre, je vais perdre trop de temps si je rechange de motos, et je n’ai plus le temps de perdre du temps ».

L’ambition suprême est ainsi assumée. Il poursuit : « donc l’objectif est de rester avec Ducati, et même avec Pramac, vu qu’on est bien ensemble avec l’équipe et qu’elle peut jouer le titre. J’espère aller dans cette direction-là, et c’est pour ça que j’essaie de faire le boulot au mieux pour que ce soit réciproque, que moi je veux rester, et qu’ils veulent me garder. »

Johann Zarco Ducati

Johann Zarco : « j’ai de bonnes chances pour le titre »

« La relation Pramac avec Ducati est vraiment excellente » poursuit-il avant de donner son avis sur l’apparition du logo VR46 dans le paysage de Borgo Panigale : « il peut y avoir du business qui prend le dessus, si Rossi arrive, mais chacun joue sa carte. Je pense que chez Pramac, ils sont bien intégrés aussi, et si ça se passe comme ça, ça ne sera pas dans l’immédiat. Ça me laisse donc au moins deux ou trois ans pour jouer devant, et après on verra. Mais si la VR46 prend l’avantage chez Ducati ça ne sera pas immédiat. Et Dall’Igna reste quand même le chef et, parfois, on voit qu’il ne met pas que le business en avant : c’est un homme de course ! Je pense que la relation créée ne peut pas être détruite comme ça par l’arrivée de Rossi ».

Johann Zarco, sur la ligne d’arrivée au Mans, a aussi enfoncé le clou : « quand vous menez le championnat après les deux premières courses au Qatar, vous croyez dans vos chances de vous battre pour le titre. Je pense que j’ai assez d’expérience. Je peux avoir encore plus d’expérience sur la Ducati car il y a peut-être quelques petites choses qui manquent pour être vraiment à l’aise sur la Ducati, mais la moto est prête, l’équipe est prête, et moi je dirais que je peux être prêt. Il faut juste contrôler de plus en plus la Ducati. Donc si cela se produit suffisamment vite durant la saison, j’ai de bonnes chances pour le titre, et donc marquer 20 points aujourd’hui est vraiment bien ». Rendez-vous au Mugello fin mai pour un Grand Prix d’Italie qui devrait révéler beaucoup de choses…



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing