Inutile de faire les présentations : Yamaha est sans doute l’un des constructeurs les plus populaires autour du globe ainsi que dans l’hexagone. Au delà de la renommée mondiale, la marque aux diapasons est également présente en Grands Prix depuis des décennies sans discontinuer. Aujourd’hui, elle est une figure de proue du championnat du monde, présente en MotoGP seulement. Son héritage important est aussi dû à des pilotes non moins légendaires, et c’est d’eux qu’il sera question dans cette saga. Ensemble, revenons sur les 10 plus grands pilotes de la firme mythique.

Cet épisode fait suite à la troisième partie. La première partie, qui précisait les critères de sélection ainsi que les mentions honorables, est trouvable ici-même.

N°6 : Phil Read


L’homme au casque reconnaissable parmi tant d’autres figure en sixième place de ce classement. Plus qu’une légende, il est l’architecte de Yamaha en Grands Prix. Tout commence en 1963. Après de bonnes années passées chez Norton, il est intéressé par le défi et plus particulièrement par la 250cc. La firme n’est présente que depuis peu en mondial, et cherche une pointure pour faire progresser la monture.

Phil Read met rapidement le doigt sur des réglages insoupçonnées. Un podium en découle lors de la dernière manche de la saison, et tous les yeux sont portés sur 1964. Le britannique ne déçoit aucunement. Après une âpre bataille contre Jim Redman et sa Honda, il devient le tout premier champion du monde Yamaha, en 250cc en l’occurrence.

À partir de là, tout change. L’institution japonaise s’offre les services de Bill Ivy et s’en suivent une pléthore de succès. Read est le bâtisseur, l’homme providentiel. Une fidélité impressionnante en découle, traduite par un engagement dans trois catégories différentes, sans la 500cc.

Au terme d’une saison explosive, il remporte à nouveau le championnat l’année suivante et réitérera l’exploit par deux fois, en 1968 et 1971. En prenant un titre 125cc comme si de rien n’était, histoire de dire. Read s’en ira remporter deux titres 500cc bien plus tard, chez les favoris MV Agusta . L’absence de sacre sur Yamaha en catégorie reine joue contre lui, mais avec cinq couronnes (sur sept !), il devient le pilote Yamaha le plus titré de l’histoire. Au delà de ça, il est placé sixième grâce à son implication et son importance pour le sport.

 

Phil Read, accompagné de son casque légendaire. Photo : Lawson Speedway


N°5 : Wayne Rainey


Après quelques noms plus anciens, revenons dans les années 1980 et 1990. Rainey est un pur produit Yamaha, n’ayant connu que cette marque durant ses sept ans de carrière. Sept ans, c’est court. Effectivement, sa destinée en mondial prit fin à Misano en 1993, date à laquelle il subit une énorme chute le laissant paraplégique à vie.

Avant cela, l’histoire fut tellement belle. Wayne était un poète, un artiste. Propulsé par Kenny Roberts, il prouva son talent dès son arrivée en catégorie reine en 1988. Dans une époque plus que compétitive, il réussit à arracher trois titres mondiaux consécutifs de 1990 à 1992. Le quadruplé semblait à sa portée, mais son accident profita à son grand rival Kevin Schwantz.


L’histoire de Wayne est connue, bien que son influence soit sous-estimée. Le style particulier, poétique, colla longtemps à l’image de Yamaha. Son patronyme résonne encore aujourd’hui dans les têtes de tous les passionnés. Une courte carrière l’empêche, par conséquent, de gratter quelques positions supplémentaires.

Demain, les places n°4 et n°3 seront dévoilées, avec une petite surprise.

 

Photo de couverture : Gary Watson / Hockenheim 1989 



Tous les articles sur les Teams : Monster Yamaha Tech3, Movistar Yamaha MotoGP