Le débat continue au sujet de la suite de la carrière de Valentino Rossi et ce n’est pas avec le triste résultat du dernier Grand Prix du Portugal qu’il va se dépassionner. Le fait est qu’entre les quatre points récoltés en trois courses, dont une marquée par une chute à Portimao, les chronos déprimants lors des qualifications, et le discours de l’intéressé exsudant un franc optimisme quant à la suite sur la base de progrès qui ne se voit pas sur les classements, il y a un gouffre anxiogène. Jerez devrait néanmoins être un juge de paix où les masques devront tomber, même en pleine pandémie.

Le bilan de Valentino Rossi après trois Grands Prix dans sa nouvelle vie de pilote satellite Petronas Yamaha n’est guère réjouissant. Dans l’équipe qui a remporté six courses sur 14 en 2020 et aux côtés d’un Franco Morbidelli dont la relation relève de la franche complicité, on attendait le Doctor à meilleure fête. Mais la cure de jouvence malaisienne se fait attendre. Voire relève du fantasme au vu des 4 points récoltés jusque-là.

Mais Vale dit que ça va venir.  D’ailleurs, ce serait souhaitable car son contrat n’est que d’un an et son renouvellement est soumis à une clause de résultat. Cependant, certains y croient toujours. Ce n’est sans doute pas le cas de Lucchinelli ou encore de Carlo Pernat qui prient pour une prise de conscience du nonuple titré afin qu’il prenne sa retraite. Mais c’est la conviction d’un Franco Uncini, champion du monde de la classe 500 en 1982, et actuel responsable sécurité de la Fédération internationale de moto. Selon l’ancien pilote italien, il n’est même pas approprié de parler de crise en abordant la situation actuelle de Valentino Rossi.

« J’attendrais pour avant de présenter la chose comme ça », a-t-il déclaré sur Mowmag. « Valentino est toujours compétitif. Il est vrai que dans la deuxième course au Qatar, il a terminé seizième, mais à quinze secondes. Ce qui signifie un peu plus de six dixièmes par tour sur les vingt-deux tours de la course. Ce n’est rien. De là à gagner, c’est très proche et je ne serais pas surpris de le voir sur la plus haute marche du podium pendant la saison ».

Chez Petronas, on ne nie pas que ce début de saison est une douche froide. Mais on garde le cap. « Le but est d’essayer de remporter le titre avec Valentino et Frankie », a réitéré le directeur de l’équipe Razlan Razali aux micros du journal russe Sportklub. « Je pense que les deux forment un duo formidable, ce sont aussi de bons amis. Nous essaierons d’encourager Valentino Rossi à essayer de nouvelles solutions ».

Petronas sur Valentino Rossi : « il est important de garder le moral »

« Tout est possible », poursuit Razali. « L’année dernière, nous y avons cru. Nous étions en tête du classement général, puis nous avons eu des problèmes. Nous devons nous assurer que l’histoire de cette équipe reste passionnante, pas seulement à cause de la présence de Valentino. Nous voulons que Frankie continue de gagner et nous voulons que Vale gagne aussi. C’est l’objectif de cette année, alors nous verrons ce qui se passera au cours de la saison ».

Le team manager Wilco Zeelenberg explique également ce que peut être le moyen technique pour ramener Valentino Rossi au sommet : « nous devons nous concentrer sur les réglages, trouver une meilleure adhérence et c’est ce que nous essayons de faire. Il est important de garder le moral au plus haut et nous continuerons de l’appuyer. C’est une question de temps, il faut améliorer les sensations avec la moto, sinon on ne peut pas aller vite ». La prochaine étape aura lieu à Jerez, début mai.

Classement championnat du monde MotoGP après le Portugal (3/19) :

Quartararo Portugal

Crédit classement motogp.com

 



Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Petronas Yamaha Sepang Racing Team