Jules Cluzel a fait un très bon début d’année, et il occupe, environ à la mi-saison, la deuxième place du Championnat du Monde avec six podiums en sept courses. A 45 points du leader Andrea Locatelli (Bardahl Evan Bros. WorldSSP Team) et à huit courses de la fin, son team manager Christophe Guyot (ci-dessus sur le podium en 2019 en Thaïlande, entre Krummenacher et Cluzel) pense-t-il qu’il puisse encore remporter le titre ?

« Mathématiquement cela n’est plus dans nos mains. Dans l’hypothèse ou Jules gagnerait toutes les courses à venir, personne ne semble en mesure de devancer Andrea Locatelli qui remporterait le titre en terminant second. »

« Mais une saison n’est jamais terminée et nous devons rester concentrés sur l’objectif de gagner des courses. »

Andrea Locatelli a remporté les sept courses disputées. Pourquoi la Yamaha de l’équipe Bardahl Evan Bros domine-t-elle autant ?

« Tout d’abord, le pilote est certainement très bon. Ensuite, nous n’avons pas à juger les performances de sa Yamaha. C’est à la FIM d’évaluer. Le règlement ne permet pas de faire la différence entre les motos, quelles que soit la marque. »

« Restons concentrés sur la mise au point des réglages châssis qui peuvent faire la différence à pilotes équivalents. »

Corentin Perolari (GMT94 Yamaha) est cinquième à quatorze points des Kawasaki officielles de Lucas Mahias et quatre de Philipp Öttl. Es-tu satisfait de son début de saison, qui inclut la troisième place en Australie ?

« Corentin a un excellent niveau. Nombreux sont les pilotes qui rêveraient d’être dans le top 10 de ce championnat. Mais ses performances restent trop éloignées de son coéquipier. »

« Cela manque à Jules qui ne peut partager les informations qui permettraient de le mettre sur les bonnes directions à prendre en termes de réglages. »

« Andrea Locatelli est seul dans son team, mais il bénéficie de toute l’expérience de Randy Krummenacher et de Federico Caricasulo qui roulaient chez Evan Bros l’an passé. »

Andy Verdoïa est dix-neuvième avec quatre points sur sa R6 de l’équipe bLU cRU WorldSSP by MS Racing. Que penses-tu du début de saison du Niçois qui est à 17 ans le plus jeune pilote du Championnat ?

« Andy Verdoïa était le meilleur pilote Yamaha en championnat du monde 300 l’an passé. C’est un bon pilote, issu de la filière jeune Yamaha appelée “bLU cRU”. Il a rejoint le team MS Racing qui a toujours préparé d’excellentes motos en 300 et en 600. »

« Mais cette année, le patron du team n’a pu choisir son équipe technique. C’est incompréhensible pour le team comme pour les pilotes. Sébastien Gimbert est venu prêter main forte en coaching, et cela apporte énormément à Andy, mais la saison des deux pilotes bLU cRU est gâchée par trop de problèmes techniques. »

Le Champion du Monde en titre sur Yamaha, Randy Krummenacher, a semé la zizanie l’hiver dernier chez MV Agusta, puis à en quelque sorte disparu. Quelle impression t’a donné cet épisode ?

« Ce n’est pas Randy Krummenacher qui a semé la zizanie. Il a été choqué de constater, après l’Australie, que son équipe avait ouvert les moteurs alors que c’est interdit. Il a décidé de ne plus rouler pour une équipe qui triche. »

« Chapeau bas pour Randy Krummenacher qui n’a pas voulu obtenir un second titre mondial dans ces conditions, avec l’équipe avec laquelle il avait signé cette année. »

« Si nous pouvions l’aider à rebondir, nous le ferions car nous partageons la même vision de la course. »

Photos de titre © Worldsbk.com

Autres photos GMT94 Yamaha



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Locatelli, Andy Verdoïa, Corentin Perolari, Jules Cluzel