Article actualisé en direct jusqu’à 15h00

En arrivant sur le Red Bull Ring, ex-A1-Ring, les statistiques sont claires : Ducati y a toujours gagné, du moins depuis le retour du championnat du monde en 2016 sur le tracé autrichien, après une interruption de 18 ans !

Andrea Iannone y a remporté sa première victoire en MotoGP en 2016, avant que Andrea Dovisiozo réédite le succès de Borgo Panigale en 2017, Jorge Lorenzo fasse de même l’année suivante, puis à nouveau « DesmoDovi » la saison passée.

Au total, 4 victoires consécutives des Ducati officielles, qui nous paraissent quand même lointaines au vu des prestations actuelles des GP20…

Alors, faudra-t-il compter sur un Johann Zarco très en verve en ce moment pour compléter la glorieuse série transalpine ?

En ce domaine, la météo annoncée capricieuse pour toute la semaine pourrait bien servir de juge de paix et nous offrir des surprises.

On surveillera également avec attention les performances de Fabio Quartararo, actuel leader du championnat mais inexplicablement en difficulté lors du dernier Grand Prix à Brno.

Marc Márquez étant toujours chez lui, convalescent, et remplacé par Stefan Bradl, tous les espoirs sont de mise pour nombre de pilotes, alors que Honda vit une de ses plus difficiles périodes en catégorie reine.

On pense en particulier à ceux de KTM, qui restent sur une victoire dimanche dernier et qui viennent de faire une brève journée de test à Brno, en « essayant pas mal de choses et en travaillant sur le moteur qui est déjà très bon, ainsi que sur l’électronique avec déjà une utilisation ici à Spielberg. »

Côté pneumatique, la nouvelle architecture du pneu arrière Michelin qui améliore le grip et les performances depuis le début de saison ne sera pas utilisée à Spielberg. A part les deux vrais virages à gauche et une courbe très rapide à gauche, les sept virages à droite engendrent beaucoup de stress et de thermique aux pneus français, et pour répondre à ces énormes contraintes, Michelin propose une construction de pneu arrière spécifique, conçue tout spécialement pour ces conditions.

Enfin, Michele Pirro est venu remplacer Francesco Bagnaia chez Pramac, l’infortuné pilote italien étant toujours convalescent depuis sa chute en FP1 à Brno.

On constate que les conditions météo ont drastiquement changé pour la première fois de la saison, avec un ciel menaçant et des températures de seulement  24° dans l’air et à peine plus au sol, mais une piste qui a séché depuis la pluie qui a accueilli le paddock hier en Autriche.

Ce matin, en prévision d’une météo susceptible de se dégrader à chaque instant, Pol Espargaró, Andrea Dovizioso, Takaaki Nakagami, Álex Rins, Franco Morbidelli, Johann Zarco, Miguel Oliveira, Jack Miller, Joan Mir et Fabio Quartararo se sont provisoirement pré-qualifiés pour la Q2.

Massimo Meregalli a expliqué ce matin la difficulté rencontrée par les Yamaha sur ce circuit particulier : « cette piste n’est pas bonne pour nos motos, mais de toute façon je ne pensais pas à un départ aussi difficile. Nous sommes partis d’une configuration plus ou moins similaire à celle de l’année dernière. La piste n’est pas encore assez caoutchoutée, mais j’espère que la météo se maintiendra même pendant la FP2. À Brno, Viñales a décidé de partir avec un pneu déjà rodé et, cette fois, cela n’a pas payé. Il n’a pas eu d’adhérence au freinage ou à l’accélération, dès le départ. Il a peut-être essayé de compenser quelque chose lors de l’accélération, mais cela a été trop brutal et la température des pneus est devenue trop élevée. »

En attendant de voir une éventuelle progression des motos d’Iwata, les conditions se sont encore détériorées avec une brève petite averse qui vient de tomber sur une partie du circuit autrichien à la fin de la FP2 des Moto3. Pas grand-chose, mais suffisamment pour que les pilotes MotoGP ne se précipitent pas à l’ouverture de la piste…

Juste avant l’ouverture de la séance, Pol Espargaró va tâter lui-même l’asphalte avec sa main pour en juger l’adhérence…

Voici les références disponibles au moment où les 22 pilotes se préparent pour cette deuxième séance de 45 minutes, avec 23° dans l’air et 40° au sol:

MotoGP™ Autriche 1

2019

2020

FP1

1’24.033 Andrea Dovizioso (Voir ici)

1’24.193 Pol Espargaró (Voir ici)
FP2

1’23.916 Marc Márquez (Voir ici)

1’26.475 Jack Miller (Voir ici)
FP3

1’23.251 Marc Márquez (Voir ici)

FP4

1’23.983 Maverick Viñales (Voir ici)

Q1

1’23.829 Cal Crutchlow (Voir ici)

Q2

1’23.027 Marc Márquez (Voir ici)

Warmup

1’28.803 Franco Morbidelli (Voir ici)

Course

Dovizioso, Márquez, Quartararo (Voir ici)

Record

1’23.027 Marc Márquez (2019)

A l’extinction des feux rouges, la situation est complexe : il tombe à peine quelques gouttes au sol dans la pitlane, qui ont d’ailleurs tendance à s’évaporer. Mais personne ne se précipite…

Joan Mir et Miguel Oliveira sont les seuls à prendre la piste, en pneus pluie, et on constate alors que la piste est bien détrempée au fond du circuit. Celui-ci est donc découpé en deux parties bien distinctes, ce qui ne permet guère de travailler.

En conséquence, Joan Mir rentre à son box sans avoir inscrit de chrono alors que Miguel Oliveira poursuit sur sa lancée et nous apporte une indication, en 1’39.484.

Pour rappel, Pol Espargaró, Andrea Dovizioso, Takaaki Nakagami, Álex Rins, Franco Morbidelli, Johann Zarco, Miguel Oliveira, Jack Miller, Joan Mir et Fabio Quartararo sont pour l’instant pré-qualifiés pour la Q2, et n’ont aucune raison de prendre des risques…

À son tour, Álex Márquez va découvrir l’état de la piste mais n’inscrit aucun chrono et rentre après deux tours. Le silence se fait sur le circuit…

Ce manque d’action en piste permet d’évoquer les tractations qui ont actuellement lieu chez Ducati. Selon Davide Tardozzi, la firme de Bologne devrait prendre une décision quant à ses pilotes 2021 d’ici la fin du mois. A tort ou à raison, les noms les plus fréquemment évoqués sont, dans l’ordre, Jorge Lorenzo, Francesco Bagnaia et Johann Zarco. Ce dernier pourrait toutefois aboutir chez Pramac avec une moto d’usine…

A la mi-séance, Aleix Espargaró va constater de lui-même l’état de la piste, mais celle-ci est toujours très contrastée avec une moitié sèche et une moitié détrempée.

Un quart d’heure avant le baisser du drapeau à damier, Johann Zarco fait de même.

On prépare également la moto de Fabio Quartararo, mais celui-ci n’a pas l’air très motivé pour rouler dans ces conditions qui, de toute façon, ne permettent aucun travail.

Johann Zarco réalise le meilleur temps en 1’34.271 tandis que que Miguel Oliveira, Takaaki Nakagami et Bradley Smith s’élancent à leur tour.

À sept minutes de la fin de séance, Valentino Rossi, Jack Miller et Álex Márquez partent en slicks… Du coup, Cal Crutchlow, Fabio Quartararo, Maverick Viñales et Michele Pirro font de même.

En 1’31.280, Álex Márquez montre le premier que les slicks sont plus rapides que les pneus pluie alors qu’il ne reste que quatre minutes dans la séance.

Jack Miller s’empare ensuite du leadership en 1’30.838 avant de faire un bond en 1’28.856.

Le pilote Pramac conclut cette séance quasiment stérile en 1’26.475, devant les deux pilotes du team Tech3, Iker Lecuona et Miguel Oliveira.

Les pilotes s’entraînent au flag to flag…

Classement FP2 du Grand Prix d’Autriche MotoGP au Red Bull Ring :

Classement FP1/FP2 du Grand Prix d’Autriche MotoGP au Red Bull Ring :

Crédit classements : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac