Toute l'actualité du MotoGP !

MotoGP 2020 Test Qatar J2 Live : Quartararo 1, Zarco 6 !


Ce dernier test MotoGP de l’intersaison 2019-2020 a lieu du samedi 22 au lundi 24 février sur le circuit international de Losail au Qatar.

La piste est ouverte de 13 h à 20 h, heure locale, soit de 11 à 18 heures, heure française, et permettra de se faire une idée plus précise des forces en présence, après des essais en Malaisie qui nous ont dressé un tableau que l’on n’avait jamais vu si homogène jusqu’à présent.

Mais les températures seront bien moindres au Qatar, et les pilotes ne disposeront pas des pneus arrière extra-tendres apportés en Malaisie par Michelin…
Autre circuit, autres conditions, autre histoire, et les questions sont nombreuses avant le coup d’envoi de cette dernière répétition où l’erreur est encore permise, avant le week-end du 8 mars.

Le prodige Fabio Quartararo perpétuera-t-il son sans-faute du test en Malaisie ? Les Ducati en disgrâce avec leurs pneus arrière vont-elles redresser la barre ? Marc Márquez a-t-il pleinement récupéré ses capacités physiques ? Les Suzuki cachent-elles leur jeu ? Johann Zarco va-t-il encore se rapprocher des plus rapides ? Les Yamaha vont-elles confirmer leurs progrès ? Valentino Rossi sera-t-il assez performant pour prendre une décision positive quant à la prolongation de sa carrière ? Quelles configurations aérodynamiques seront-elles validées avant leur homologation dans deux semaines ?

Chacune de ces questions que nous nous posions hier semble déjà connaître déjà un début de réponse, apporté par la première journée de test…
Mais d’autres surgissent, concernant par exemple la méforme des Honda, la dernière invention de Ducati ou l’officialisation de Lorenzo Savadori chez les hommes de Noale !

Nous aurons l’occasion de revenir sur chacun de ces sujets, alors gardons-nous de tirer la moindre conclusion hâtive et voyons simplement ce que nous montre cette deuxième journée d’essais au Qatar.

Les références sont apportées par le record de Marc Márquez en 1’53.380 réalisé lors de la FP2 l’année dernière, un chrono beaucoup plus rapide que lors des trois jours de tests de pré-saison dominés par Maverick Viñales (1’54.208) et Fabio Quartararo (1’54.441) en 2019.

Hier, Álex Rins a établi la référence 2020 en 1’54.462.

Comme à notre habitude, nous reporterons de la façon la plus complète possible les activités en piste, aussi cet article sera actualisé en permanence de 11 à 18 heures.


13h00 (11h00 en France): 

 

A l’heure où les feux rouges s’éteignent sur la piste de Losail, les conditions météorologiques sont les mêmes qu’hier, c’est à dire trop chaudes pour être exploitables pour la course qui aura lieu le 8 mars à 18 heures locales au lieu de 20h00 la saison passée.

En conséquence, et comme hier, personne ne prend la piste.

Profitons de ces quelques minutes sans activité en piste pour revenir sur le grand sujet qui anime les discussions actuellement à Losail : le nouveau système mis en place par Ducati.

Fin 2018, les hommes de Borgo Panigale ont essayé le dorénavant holeshot device, qui baisse l’arrière de la moto au moment du départ pour lutter contre la tendance au wheeling, commandé depuis un bouton rotatif sur le té de fourche.
Aprilia a suivi (en baissant l’avant), et c’est maintenant au tour de Yamaha d’essayer cela en piste, alors que Suzuki et KTM travaillent sur le sujet. Quant à Honda, Maverick Viñales a dit hier soir qu’il pensait qu’ils avaient déjà ce dispositif.

Mais pendant que tout le monde travaillait là-dessus, Ducati passait déjà à l’étape suivante, consistant à pouvoir baisser toute la moto en ligne droite pour gagner en vitesse de pointe. Nous en avions aperçu la commande lors des tests à Valencia et nos hypothèses semblent se confirmer peu à peu.

Hier, le directeur de l’équipe Ducati, Davide Tardozzi, a déclaré sur le site officiel du MotoGP : « Nous avons de nouvelles choses. Il est habituel que Ducati innove. Nous sommes très fiers de dire qu’au cours des cinq dernières années au moins, nous avons apporté toutes les innovations que nous avons sur les motos en MotoGP. Nous pensons que ce quelque chose fonctionnera et que nous l’utiliserons en course. Ce [réglage de la hauteur de la moto] est quelque chose dont les gens parlent… C’est quelque chose qui pourrait peut-être être sur la moto. Nous sommes quasiment sûrs que nous aurons cet avantage dans un futur proche. Nous avons d’autres choses en préparation et je suppose que nous ferons en sorte d’avoir la moto du futur. »

Un début de polémique s’est aussitôt installé car il est bien précisé dans le règlement qu’aucun système électrique ne peut actionner les suspensions et la direction.

Mais Davide Tardozzi a déclaré que « quoi que ce soit, et comme par le passé, tout est conforme au règlement car tout ce que nous avons eu dans le passé avant tout le monde a été partagé avec le directeur technique Danny Aldridge pour garantir sa légalité. »

Même si un câble sort de la commande, on peut à priori éliminer un système entièrement mécanique car il semble impossible de pouvoir relever la moto en poussant sur la manette issue du VTT. Par contre, rien n’empêche le câble d’être relié à un système hydraulique, et c’est ce que nous pensons peut-être avoir aperçu à Valencia !
Affaire à suivre dans les jours qui viennent…

A 13h30, Fabio Quartararo est le premier à prendre la piste, suivi dans la foulée par Álex Rins. Premiers tours lancés en 1’57 pour les deux hommes. Lors de cette mise en jambes prudente sur une piste potentiellement poussiéreuse, le pilote Suzuki, leader de la première journée, s’avère un peu plus rapide que le Français et établi une première référence du jour en 1’55.564 au terme d’un run de 5 tours.

 

 

 

C’est maintenant au tour de Franco Morbidelli et Brad Binder de prendre la mesure de l’adhérence… suivis quelques minutes plus tard de Miguel Oliveira et Pol Espargaró.

Chez KTM la première journée s’est moins bien passée qu’en Malaisie et les hommes travaillent sur les RC16 pour réduire l’écart.

Pendant ce temps, Fabio Quartararo, très assidu en piste, se hisse en haut du classement provisoire.

 

 

 

Classement à 14h00 (12h00 en France) :

 

 

A l’issue de ses deux premiers runs, Fabio Quartararo est maintenant en 1’55.192, soit à un dixième de son meilleur temps du premier jour. Le pilote Petronas a déclaré hier travailler davantage pour la course que pour le chrono sur un tour.

Danilo Petrucci a terminé la première journée 4e à 0.172s d’Álex Rins. Il semble que les pilotes Ducati se plaignent un peu moins du nouveau pneu arrière Michelin qu’à Sepang.

Celui-ci, testé l’année dernière à plusieurs reprises et obligatoire cette année, dispose d’une nouvelle construction.

 

 

 

Piero Taramasso explique : « Il apporte plus d’adhérence et de motricité. L’adhérence arrive un peu plus vite, comparé à avant, et elle dure plus longtemps. Par exemple, si vous utilisiez la même gomme avec l’ancienne construction, il commençait à y avoir une dégradation après 10 tours alors qu’avec celui-là, vous pouvez le conserver jusqu’à 15 ou 16 tours, puis, quand il se dégrade, cela se fait beaucoup plus lentement. Pour nous, pour un manufacturier, c’est très important : il est important que le pneu procure une bonne adhérence pendant longtemps, pendant toute la course. C’est le meilleur challenge que nous avons ! »
« Je suis également satisfait car vous pouvez voir différents constructeurs dans le groupe de tête, Yamaha, Honda, Suzuki et Ducati. C’est bien pour nous car cela veut dire que le pneu fonctionne pour tout le monde, pour différents constructeurs et différents styles de pilotage. Bien sûr, ils ont besoin de travailler davantage pour trouver les réglages car quand vous procurez un pneu qui offre plus d’adhérence sur l’arrière, vous devez un peu changer la géométrie et peut-être enlever un peu d’adhérence mécanique sur l’arrière pour la reporter sur l’avant. Ce n’est pas facile mais ils auront du temps. »

En piste, Pol Espargaró place sa RC16 à la deuxième position mais il est encore trop tôt pour tenter de réelles attaques du chrono.
Yamaha a annoncé vouloir faire des simulations de course vers 18 heures (16 heures en France)…

Juste avant la fin de la deuxième heure, Fabio Quartararo augmente toutefois le rythme et est le premier a cassé la barre des 1’55 en 1’54.974, soit un chrono exactement un dixième plus rapide que son meilleur temps d’hier

 

Classement à 15h00 (13h00 en France) :

 

Son environnement semble se compliquer pour Andrea Iannone, seulement présent à Losail pour une photo officielle à cause d’une suspension pour dopage. D’une part, la toute récente nomination de Lorenzo Savadori au poste de pilote d’essais officiel Aprilia a plutôt tendance à faire croire que Bradley Smith, pour le moment occupé à remplacer Andrea Iannone, n’est pas prêt de retrouver sa fonction première…

D’autre part, les déclarations de « Maniac Joe » comme quoi les bonnes performances de la nouvelle Aprilia RS-GP peuvent lui être imputées ont été très mal prises par son coéquipier Aleix Espargaró : « J’ai eu d’autres camarades de box, et je n’ai jamais eu de problème avec personne, même pas avec Iannone. Mais après ce qu’il a dit, pour moi c’est la fin de notre bonne relation. Ses paroles sont un grand manque de respect envers les ingénieurs, les mécaniciens, Bradley Smith et aussi envers moi-même. »
Pourtant, on ne peut pas dire qu’Aleix Espargaró soit un méchant…

 

 

 

En piste, Joan Mir se porte à deuxième position. Avec 18 tours effectués, Fabio Quartararo est toujours le plus assidu tandis qu’à l’inverse, quatre pilotes ne sont pas encore sortis de leur box : Takaaki Nakagami, Aleix Espargaró , Tito Rabat et Valentino Rossi.

Hier, Andrea Dovizioso a chuté en fin de journée, en essayant un nouveau bras oscillant sur sa GP20. Le pilote Ducati a dû se contenter d’une 11e place à 0,8 seconde du plus rapide mais reste relativement optimiste comparé à son attitude lors des tests à Sepang : « C’était mieux qu’en Malaisie, la sensation avec la moto et les pneus n’ont pas été mauvais dès le début. Nous avons encore du travail à faire, et malheureusement je suis tombé une demi-heure avant la fin samedi soir. Heureusement, j’ai glissé sur l’asphalte, donc rien ne m’est arrivé mais je suis désolé pour l’équipe car elle a dû travailler très tard dans la nuit. Nous étions en train d’essayer quelque chose d’intéressant lorsque j’ai chuté. Néanmoins, je suis content du premier jour et du temps au tour, parce que j’ai fait ce tour avec un pneu arrière médium qui avait déjà parcouru 17 tours. Je veux aussi faire quelques runs pour mieux comprendre les nouveaux pneus arrière car j’ai aussi essayé la gomme tendre samedi et ça a bien fonctionné. »

 

 

 

Maverick Viñales se porte à la troisième position mais pour le moment seul Fabio Quartararo a cassé la barre des 1’55. Hier, ils ont été 7 à le faire : Álex Rins, Joan Mir, Maverick Viñales, Danilo Petrucci, Franco Morbidelli, Marc Márquez et Valentino Rossi.

Juste avant la fin de la troisième heure, Jack Miller bondit de la 16e à la 3e position. Le pilote Pramac allume ensuite les deux premiers secteurs en rouge mais concède du temps dans les suivants.

Pendant ce temps Valentino Rossi, 12e, entraîne Álex Márquez dans son sillage, ce qui permet au frère de Marc de le précéder au classement.

 

Classement à 16h00 (14h00 en France) :

 

Vous voulez des nouvelles de Johann Zarco ? Nous aussi mais, désolé, on n’en a pas !
Le team communique vraiment très peu et son site n’est pas vraiment actualisé: c’est une grave lacune à ce niveau de la compétition, et on est très loin des deux années chez Tech3 durant lesquelles nous avons pu pu vous reporter intégralement et en exclusivité tous les débriefings du pilote français

Si vous avez suivi notre compte-rendu en direct, vous avez toutefois pu constater que nous notions que Johann Zarco a débuté sa première journée de test au Qatar de façon assez laborieuse, le pilote français attendant les abords de la dernière heure pour s’extraire de la 20e position et, en deux tours, se porter dans le sillage immédiat d’Andrea Dovizioso, à une belle 10e place. Une bonne performance que l’on aimerait voir détaillée, mais nous devrons attendre pour cela.

 

 

 

Techniquement, l’aide de Ducati ne se dément pas et Johann Zarco dispose maintenant du célèbre holeshot device sur sa GP19.

 

 

Avec Aleix Espargaró le dernier, tous les pilotes ont maintenant pris la piste à un moment ou un autre.

Franco Morbidelli s’adjuge le meilleur temps avant de le concéder à Danilo Petrucci en 1’54.852. Oui, les Ducati sont plus à l’aise ici qu’en Malaisie. D’ailleurs, elles l’ont toujours été…

 

 

 

Pol Espargaró intègre également le club des 1’54 contre 1’55.449 hier.

Peut-être un petit problème moteur pour Fabio Quartararo qui a dû très brièvement s’arrêter en piste avant de repartir…

En direct sur MotoGP.com, Davide Brivio ne peut cacher sa satisfaction face au doublé réalisé hier par ces deux pilotes au guidon d’une GSX-RR qui s’avère très compétitive : « nous pensons que nous avons une bonne base en termes de châssis car la moto à une bonne tenue de route et est bonne dans les virages. Nous faisons donc attention à conserver cet aspect positif de la moto tout en essayant de progresser. Quelque chose que nous pouvions améliorer était le moteur, sa vitesse de pointe, donc sa puissance. Cela a été fait. Le moteur 2020 ne représente pas un immense pas en avant mais il est un peu mieux que le précédent et cela devrait nous aider. En termes de châssis, j’ai dit que nous avions une bonne base mais quelques fois, durant la saison passée, nous avons essayé différents châssis et différents bras oscillants, et nous utilisons seulement chaque élément quand nous pensons qu’il est meilleur. Le nouveau châssis que nous avons essayé cet hiver semble meilleur et nous sommes là pour le confirmer, donc il deviendra probablement le châssis standard après ce week-end. Nous avons donc une bonne base en termes de châssis, un meilleur moteur, et nous essayons d’améliorer encore notre base de châssis. On ne peut donc pas dire que nous avons une nouvelle moto, ce n’est pas une révolution mais seulement une évolution. Nous essayons d’être prudents pour ne pas perdre nos points forts. »

 

 

 

Quant à la composition des pilotes Suzuki pour les saisons 2021 et 2022, la situation semble claire : « Nous sommes très proches, dans le sens où ils veulent rester et nous voulons les garder ! Il n’y a actuellement plus beaucoup de détails à discuter car nous sommes d’accord sur tout et il nous faut seulement préparer les papiers juridiques pour y apposer les signatures ».

Quelques minutes avant la fin de la quatrième heure, Andrea Dovizioso allume quelques secteurs en rouge et gagne une place pour atteindre la 7e position, mais c’est Maverick Viñales qui, alors deuxième, reprend le commandement en 1’54.767, à 3 dixièmes de son meilleur temps d’hier.

 

 

 

Classement à 17h00 (15h00 en France) :

 

Petite chute sans gravité pour Aleix Espargaró.

A 17h17, Joan Mir s’empare du commandement des opérations, en 1’54.612.

Neil Morrison (Crash.net) reporte deux chutes également pour Marc Márquez et Cal Crutchlow. Sans gravité pour le pilote espagnol, un peu plus forte le Britannique qui semble ok mais va quand même le vérifier à la clinique mobile.

 

 

 

Actuellement 11e (Takaaki Nakagami), 16e (Marc Márquez), 18e (Álex Márquez) et 21e (Cal Crutchlow), les Honda semblent quand même en grande difficulté !

Hier, Marc Márquez a expliqué que s’il a réussi à reprendre de la masse musculaire depuis son opération à l’épaule droite, un de ses nerfs reste touché et que cela l’empêche de maîtriser la RC 213V comme il le faisait auparavant. Or observer les résultats de celle-ci , cette dernière ne semble guère avoir évolué dans le sens de la facilité du pilotage…

Marc Márquez disait : « nous avons plus de problèmes ici qu’en Malaisie. Un style de pilotage différent y est nécessaire. Mais ici, avec les nombreux longs virages à droite, l’épaule droite blessée est un peu plus chargée. C’est pourquoi nous avons essayé de ne pas exagérer le stress le premier soir. Nous recherchons une bonne configuration de base, mais nous avons encore beaucoup de travail à faire. C’est comme chaque année : ici, au Qatar, tous les points faibles de la Honda se révèlent. Jusqu’à présent, nous sommes trop loin des pilotes les plus rapides. Nous avons le même problème que l’an dernier. Nous poussons à l’entrée du virage et en conséquence le pneu avant est soumis à trop de pression. Mais nous n’avons pas de graining, le pneu n’est pas “granuleux”, ce problème nous préoccupait beaucoup ici en 2019. Nous devons néanmoins améliorer l’équilibre de la moto et, honnêtement, je ne suis pas mieux qu’à Sepang. Je voudrais dire le contraire, mais un nerf est endommagé. Et avec un nerf, vous ne ressentez aucune différence en deux semaines. Bien sûr, les autres muscles du corps sont maintenant plus forts pour cela. Je m’entraîne beaucoup pour avoir plus de force. Mais la situation avec ce nerf n’a pas changé. Dans l’ensemble, je suis en meilleure forme physique qu’à Sepang, mais nous avons plus de mal avec la Honda sur cette piste . Dans les virages à droite, j’insiste beaucoup sur mon épaule. Si notre moto se comportait mieux en virage, ce serait physiquement moins pénible pour nous les pilotes. Mais la Honda est l’une des motos les plus épuisantes. Notre moto n’aime pas du tout ces longues courbes. ien n’a changé dans le caractère de la Honda. Nous voulions le changer, cela n’a pas fonctionné. Nous n’avons pas atteint notre objectif. »

 

 

 

A 17h20, Valentino Rossi bondit à la 3e position avant de s’en faire déloger par Andrea Dovizioso.

 

 

 

Johann Zarco est remonté à la 11e place, à seulement 0,537 seconde du leader provisoire…

11 minutes avant la fin de la cinquième heure, Álex Rins accélère le rythme et vient se positionner à 25/1000 de son coéquipier, offrant comme hier un doublé Suzuki en tête du classement.

Mais, dans la foulée, Francesco Bagnaia s’illustre à nouveau en réalisant un 1’54.520 lui permettant de devancer les deux GSX-RR…

 

 

 

Classement à 18h00 (16h00 en France) :

 

A priori, Cal Crutchlow en reste là pour aujourd’hui, au moments où ses adversaires se lancent dans des simulations de course. Le pilote britannique n’est pas blessé mais on imagine sans peine son humeur après sa journée très difficile d’hier…

 

 

 

Premier secteur allumé en rouge (meilleur partiel de la séance), deuxième secteur allumé en orange (meilleur partiel personnel), troisième secteur allumé en orange, Fabio Quartararo reperd du temps dans le quatrième secteur et conserve sa 10e place avant de rentrer à son box.

 

 

 

Pour le moment, les 14 premiers sont dans la même seconde ce qui montre des écarts moins serrés qu’à Sepang, d’autant que le circuit est plus petit ici.

Maverick Viñales reprend l’avantage en 1’54.264 améliorant enfin le meilleur temps global de ces essais 2020 et se rapprochant très près du 1’54.208 qui l’avait vu repartir en tête lors du test 2019
On est encore toutefois loin du record absolu de la piste, détenu par Marc Márquez en 1’53.380 et réalisé lors de la FP2 l’année dernière.

 

 

 

Dans la foulée, Franco Morbidelli confirme sa bonne forme et s’adjuge le deuxième temps.

Coïncidence ou pas, Fabio Quartararo allume alors le premier secteur orange puis les deux suivants en rouge avant de s’emparer de la “pole provisoire” en 1’54.038, soit 2 dixièmes plus vite que le meilleur temps des tests 2019!
Trois Yamaha dominent alors le plateau !

 

 

 

Massimo Meregalli sur Sky Sport : « Déjà hier, nous nous sommes bien comportés, nous avons toutes les confirmations que nous avions déjà eues en Malaisie. C’est très réconfortant. Favoris ? Certainement. Nous avons bien commencé et bien terminé, et depuis la seconde moitié de la saison dernière, nous avons fait des progrès importants. »

Attention à l’euphorie hâtive, les Suzuki nous semblent également très performantes, les Ducati ne sont pas loin, et l’extra-terrestre Marc Márquez… reste un extra-terrestre !

Chutes de Jack Miller sans le secteur 1 puis de Miguel Oliveira dans le 2e secteur: attention à l’arrivée de l’humidité !

 

Classement à 19h00 (17h00 en France) :

 

Le chrono de Joan Mir s’est arrêté dans le 2e secteur: peut-être une nouvelle chute sur une piste qui a l’air plus piégeuse qu’hier la nuit tombée…

Hier, Maverick Viñales disait qu’il pensait que Honda disposait également du “holeshot device” pour faciliter les départs. Cela semble se confirmer aujourd’hui avec ce montage assez curieux repéré par Crash.net sur la moto de Marc Màrquez

 

 

 

À 19h40, Álex Rins essaie de rejouer le même coup qu’hier en tentant de récupérer son leadership. Le pilote Suzuki parvient à se positionner à la deuxième place mais, pour le moment, ne peut détrôner Fabio Quartararo.

À cet instant, ce dernier roule juste devant le pilote Suzuki et Johann Zarco, ce qui permet au double champion du monde Moto2 de faire un vrai bond en avant jusqu’à la sixième place, devant 3 des 4 Ducati d’usine !

On attaque la dernière demi-heure…

Au vu du nombre de chutes assez important depuis que la nuit est tombée, les pilotes doivent maintenant se méfier de l’adhérence du revêtement car seulement cinq d’entre eux continuent à tourner alors qu’il reste seulement 20 minutes avant la fermeture de la piste : Valentino Rossi, Takaaki Nakagami, Aleix Espargaró, Marc Márquez et Bradley Smith.

Peu à peu, les moteurs s’éteignent et seule l’Aprilia de Bradley Smith continue encore à émettre inlassablement son bruit rauque…

Le Britannique rentre à son box au moment où Valentino Rossi en sort, peut-être pour un essai de départ avec son nouvel holeshot device.
Pendant ce temps, Jack Miller confirme à la presse qu’il utilise le changement de hauteur de sa Ducati depuis la Thaïlande l’année dernière… On n’a pas fini d’en parler !

 

 

Classement final J2 à 20h00 (18h00 en France) :

 

Classement combiné J1/j2 :

 

Rendez-vous ce soir pour les analyses et les débriefings, et demain à 11 heures pour la troisième et dernière séance !
Merci à vous d’être si nombreux à nous suivre !

Crédit classements: MotoGP.com
Crédit photos: Twitter, Facebook, Instagram, Sky Sport, Dorna Sports, etc.