Ce début de saison est marqué dans les coulisses par une usine Ducati qui fait bouger les lignes. Et sur tous les fronts. En MotoGP, sa démarche technique est devenue une jurisprudence politique tandis qu’en Superbike, l’écrasant domination de son modèle Panigale V4R dérange tout autant une concurrence pour le coup carrément humiliée. Une catégorie qui était jusque-là le jardin secret de Kawasaki. Le voilà piétiné par la nouvelle machine italienne, certes, mais seulement s’il y a un Bautista dessus. Que pensent les verts de cette annexion des rouges ? Voilà la réponse…

Le championnat du monde de Superbike, a connu quatre saisons de domination Kawasaki. Mais en 2019 c’est Ducati qui donne la leçon avec le couple Bautista/Panigale V4R. le moment de remise en question est peut-être arrivé pour les tenants du modèle Ninja. Ce qui amène à un rappel historique. Après la crise financière mondiale, Kawasaki a quitté le Championnat du Monde MotoGP en février 2009, et a fait une dernière année sous le nom de Hayate avec Marco Melandri.

En 2010, Kawasaki est entré en Championnat du Monde Superbike et, depuis 2012, aucun autre fabricant n’a eu autant de succès. En 2013, ils ont remporté le championnat des pilotes avec Tom Sykes et les quatre dernières années avec l’Irlandais du Nord Jonathan Rea.

Kawasaki investit plus que tout autre fabricant dans la technologie de la ZX-10RR. Presque chaque année, de nouveaux modèles sont homologués pour conserver le rôle de pionnier technique malgré les changements constants de règles.

Pour freiner la série de victoires de Kawasaki, la FIM et Dorna, le promoteur, ainsi que l’alliance manufacturière MSMA, ont défini des règles pour la saison 2018 et au-delà, qui veulent rapprocher un peu plus ces machines de celles présentes dans les concessions.

Le plan prévoit au moins qu’en 2019, Kawasaki ne progresse plus. Les premières courses de l’année ont été remportées par Álvaro Bautista sur la nouvelle Ducati Panigale V4R. Cette moto est une émanation de la MotoGP et son moteur prend 16 350 tr/min, ce qui est 1 450 tr/min plus élevé que le deuxième meilleur moteur, estampillé BMW.

Je n’ai pas approuvé les nouvelles règles, je les ai simplement acceptées“, souligne Yoshimoto Matsuda, développeur en chef du chef de projet Kawasaki ZX-10RR et Superbike.

C’est un secret de Polichinelle que Dorna veut pousser Kawasaki à revenir au Championnat du Monde MotoGP avec de telles règles. “Oui, c’est ce que certains disent“, confirma Matsuda. “Mais le MotoGP n’est pas la bonne façon pour nous. Vous devez penser à ce que le MotoGP exige de vous, à quelle technique il vous oblige. Et ce que cela vos apporte. Si nous tenons compte de cela, le MotoGP n’est pas notre choix “.

Le directeur de course de Kawasaki, Ichiro Yoda, a déclaré à Speedweek : “le MotoGP est trop cher pour Kawasaki, il s’agit d’une décision financière de notre part. Le MotoGP coûte, au moins, dix fois plus cher que le WSBK. Pour le MotoGP, vous avez besoin de 60 ou 70 millions d’euros par an, Honda dépense 100 millions. De plus, nous ne pouvons pas convaincre la haute direction de Kawasaki de remporter simplement la cinquième place du Championnat du Monde MotoGP. Ils s’attendent à des victoires, peu importe dans quelle catégorie. C’est pourquoi le Superbike a plus de sens pour Kawasaki d’un point de vue financier“.

Mais comme Kawasaki ne gagne plus, et ne semble plus visiblement être en mesure de le faire, que vont décider les pontes de la marque d‘Akashi ?

Tous les articles sur les Pilotes : Alvaro Bautista

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team